Partagez | 
 

 SU JUN △▼ For the love of god, will you bite your tongue. Before we make you swallow it.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité

Invité
MessageSujet: SU JUN △▼ For the love of god, will you bite your tongue. Before we make you swallow it.   Ven 13 Déc - 23:22




Yeol Su Jun
Park Young Hee




Bonjour mon nom est Yeol Su Jun, je suis une androgyne femme de 24 ans depuis déjà quelques temps…Mon âge réel ? Il semblerait que j’aie actuellement 24 ans et que je sois d'origine coréenne. Je fais partie des level 1 et je ne sais pas encore si j'ai trouvé ma vocation mais pour le moment je suis dealeuse. Même si ma vie privée ne vous regarde pas, je suis actuellement célibataire et je ressens une forte attirance pour les gens, tout simplement.


   

   
   

   
   



기질 character

Pour moi la neige est semblable à des cendres, ces cendres qui ne sont le résultat que d'innombrables brûlures. J'ai grandi au milieu de cette grisaille, de ce brouillard. J'ai essayé de sonder le bonheur, mais c'était peine perdue. J'ai toujours voulu toucher le soleil jusqu'à m'en faire fondre les doigts, mais en retour je n'ai eu que la douleur. La lumière n'est jamais survenu, elle ne m'a jamais éclairé, me laissant seule avec mes peurs et mes angoisses. J'ai couru longtemps, trop longtemps, sur ce chemin qu'on appelle « la vie ». Mais je me suis soudainement engouffré dedans, pour atterrir dans les abysses les plus sombres. Il faisait noir, j'y étais comme aveugle. Je n'en suis toujours pas sorti, et je n'en sortirais jamais. Mon existence est vouée à la destruction. Je n'ai jamais fait partie de ces jolies petites filles à couettes, qui savaient embellir leur visage d'un sourire angélique. Sur mon crâne se sont immédiatement dressé des cornes pour pouvoir obtenir l’appellation de monstre. Mon regard était noir, et mes ongles croulaient sous la crasse. Mon enfance était néfaste, tout comme le reste de ma vie. C'est ainsi que j'ai appris à haïr, le genre humain et tout ce qui s'en suit. Je n'ai jamais apprécié une goûte de pluie descendant sur mon visage, une douce chaleur vous parcourant en plein mois d'été. Cela étaient tellement abstrait, que je ne pouvais en profiter. Je suis vide, tellement vide... C'est un sentiment que je ne saurais expliquer, mais le gouffre s'étend peu à peu sans jamais être comblé. La solitude a pris possession de moi, le silence est ma seule compagnie, et la dépression mon unique ami. Il y a longtemps que j'ai cessé d'espérer quoi que ce soit. Il y a longtemps que j'ai oublié comment faire pour sourire. Je me noie dans cette matière obscure, mais je ne sais pas nager. Je me suis perdu dans un désert trop dense, si bien qu'on a fini par m'y retrouver. Je sais qu'il est là, je ne suis pas démente... Il me parle, il me susurre ce que je ne veux pas entendre. Il n'a pas de nom, pas d'identité, il est simplement en moi … Je suis froide et distante, refusant toute sociabilisation. La proximité m'a tant dégoûté qu'à présent je sais que personne ne m'attend, personne n'a besoin de moi tout comme je n'ai besoin de personne. Je sais me faire discrète, me mettre dans un coin pour me faire oublier. La foule me fait peur, cette sensation de regard sur vous me tiraille. On pourrait dire que je suis égoïste, et que seul mon sort m’importe, et c'est tout à fait vrai. Je ne me préoccupe pas des autres, leur existence n'est qu'insignifiante. S'ils souffrent tant mieux, s'ils sont heureux j'en suis attristée. Vous voir emplie de désespoirs me satisfait. Je n'ai jamais dit que j'étais une bonne personne. Et après tout qu'est-ce donc ? Aider son prochain, embellir la vie d'autrui, non merci. Vous avez fait de moi ce que je suis aujourd'hui. Vous m'avez laissé dans cette grotte sans même essayer de m'en sortir. Pourquoi ? Parce que j'étais différente. Née bâtarde, morte bâtarde. Mon nom vous était associé à malédiction, ce jour-là je n'aurais jamais dû naître pour vous éviter la présence de ma face dédaigneuse. Une fille, ou un homme, que suis-je donc ? Peu importe. Je suis un humain c'est tout ce qu'il y a à savoir, ou du moins je l'étais. Je n'ai jamais eu une attitude féminine, car au fond cela m'importe peu. Tandis que vous baviez toutes au passage de mon frère, moi je restais dans son ombre, me contentant d'admirer avec quelle facilité il vous fascinait. Je ne suis pas, et je n'étais pas jalouse. Non, à chacun son vécu, ses cicatrices, je ne demande pas à voir les vôtres donc ne lorgnez pas les miennes. Le sang a coulé un nombre incalculable de fois. J'ai essayé d'en finir, mais la terre ne voulait pas de moi, elle me rejetait sans arrêt. Cela était bien plus divertissant de me voir couler lentement. Au point où cette torture physique est devenu un délice dont je sais me délecter. Vous me débecquetez autant que je me débecte. Je suis certainement trop violente, mais je ne m'en excuserai pas. Vous m'avez si souvent craché votre salive à la figure que je courbe l'échine bien trop facilement. Cependant, cela ne veut pas dire que je me laisse faire. Non bien sûre, je préfère tellement vous arracher le cœur de manière mentale. En dessinant déjà autour de vous les marques de votre cadavre, cadavre que vous aurez vous-même formé. Je suis folle ? Bien, c'est si aimable de le constater à ma place. Maintenant, saignez, mourrez, partez. Loin de tout, mais loin de rien. Car je désire simplement éviter votre contact si peu chaleureux.

force : ❚❚❚❚❚❚  régénération : ❚❚❚❚❚❚ sens : ❚❚❚❚❚

vitesse : ❚❚❚❚❚❚ adaptation : ❚❚❚❚❚❚ self-control : ❚❚❚❚❚




사람의 about the humans
Il m’indiffère, tous. Il n'y a pas si longtemps je faisais encore partie de l'humanité, à présent j'en suis exclue. Je ne les ai jamais aimé, qu'ils soient simples humains ou vampires de bases. Mais c'est sans doute leur esprit si peu ouvert qui me gène. Ce qui n'est pas banal est à bannir, ce qui n'est pas conforme l'est tout autant. À présent ce ne sont que de vulgaire garde-manger, des frigos ambulants. Lorsque je plante mes crocs dans leur chair cela ne me répugne pas. Les entendre gémir me fait rire, me comble. Je fais sans doute preuve de trop de sadisme, mais c'est ainsi. À leurs yeux je n'ai jamais été vivante, je n'ai jamais mérité ce statut d'humain. Je leur ferais comprendre pourquoi nous pouvons les surnommer ainsi... Je n'ai pas envie de les prendre de haut sachant mon nouveau statut d'être immortel. En réalité ce sont eux les chanceux, eux qui n'auront pas à vivre à travers les âges. Eux qui ne supporteront aucune souffrance après leur mort. Tandis que moi, nous, nous sommes condamné à airer sans but précis sauf celui de survivre. Je n'ai jamais concrètement entretenu de bonnes relations avec les gens de mon ex-espèce, alors je ne vois pas pourquoi cela surviendrait d'un coup. Mais je sais que parmi eux règne un groupe qui ne désire pas s'effacer face à notre existence. À n'importe quel prix ils veulent voir notre tête rouler. Femme, enfant. Cela n'est que le reflet de la peur, il n'y a aucune forme de courage dans cette action naïve.


1




Nous sommes nés il y a maintenant 19 ans, dans un hôpital à présent fermé à cause de son insalubrité. Notre mère était jeune, bien trop jeune pour s'occuper de bambins, qui plus est des jumeaux. Car oui, ce jour-là je n'étais pas seule, il a été présent dès mes premiers cris. Min Su. Ma chère mère venait d'obtenir ses 18 ans, et le malheur a voulu qu'elle rencontre un homme, plus âgé, plus mure, n’attendant certainement pas les mêmes choses qu'elle. Elle avait tout pour réussir, ses études étaient bien lancés, belle et agréable à ce qu'on disait. Mais cela ne pouvait s'accorder avec nous. Alors malgré son jeune âge, malgré que ses parents l'aient renié, elle nous a mis au monde avec tout le courage qu'elle avait en elle. Mais au fond nous n'étions que des bâtards... Ce jour-là il pleuvait, il pleuvait tellement fort que la pluie martelait les fenêtres. Un effluve désagréable régnait, une odeur mal propre. Toute la douleur qu'on lui procurait se matérialisait sous forme d'hurlements, hurlements toujours plus intenses. Elle était seule, aucun être pour la soutenir sauf les médecins bien entendu. Son père l'a jugé comme une honte, et sa mère a acquiescé sans penser qu'il s’agissait de son propre enfant. Aucun compagnon, non lui aussi l'avait abandonné, ne voulant pas assumer son acte. Pendant ses périodes de démence elle ne cessait de raconter cette scène, comme si elle la vivait encore. Je ne doute pas de l'amour qu'elle avait pour nous, malheureusement ce n'était pas suffisant. Mais j'ai tout de même un reproche à lui faire : tu m'as laissé vivre dans ce monde, tu m'as laissé souffrir, et tu l'as ignoré.
2



-Maman pourquoi tu pleures ? Pourquoi j'ai ces marques sur mon visage ? Pourquoi tu me fais mal … Pourquoi je suis seule ? Je n'ai pas d'ami tu sais ?

-Ferme-la ! Tout ça ! Tout ça c'est de votre faute !

Je ne sais combien de fois j'ai posé ces questions, pour n'avoir comme réponse que des coups toujours plus forts. Je souffrais, oui je souffrais comme ce ne devrait pas être permis. Autant physiquement, que mentalement. Mais, alors que mes hématomes finissaient par disparaître, les séquelles mentales qui s'accumulaient avec le temps, elles, perduraient. Nous n'avions rien … Nous étions pauvres et démunies. Notre mère nous battait tout en se saoulant, pour espérer que sa douleur s'estompe. Chaque jour elle pouvait voir l'origine de ces malheurs ; nous. À cette époque je ne comprenais pas, j'étais trop jeune. Mais Min Su restait de marbre face à cela, il était sans doute le plus tenace de nous deux. J'admirais de quelle manière il affrontait tout cela, mais je savais très bien que pour lui aussi cela était difficile. Alors que lui réussissait et ce même à l’école élémentaire, moi je ne faisais que couler. J'étais la petite fille seule sur la balançoire, celle qui avait pour amie la poussière. J'ai hérité de beaucoup de surnoms, mais celui qui me touche encore est très certainement ; bâtarde. Oui, comme vous pouvez le constater ce mot revient souvent. De manière si frénétique que cela en devient lassant. J'avais pris pour habitude de monter sur le toit délabré de notre immeuble pour y contempler la ville. Par-delà les nuages, j'imaginais ma vie avec les étoiles. J'ai souvent tendu ma main vers le ciel pour en décrocher une, mais jamais elles ne sont tombées. J'avais simplement besoin d'un faible rayon pour éclairer mon chemin. Chemin qui ne me menait que vers cette grotte sombre. Là-bas, il m'a retrouvé, me soufflant ma peine qui ne faisait que grandir. J'en viens à penser qu'il a toujours été là...
3

Les années lycées... J'ai ouï dire qu'il ne s'agissait là que des meilleurs moments de votre vie, alors pourquoi je n'en retiens que des malheurs. Je me souviens être tombée amoureuse pour la première fois. C'est un sentiment qui vous prend lentement, qui fait de vous un esclave, un faible esclave. Je ne pensais pas être sujette à ces choses. Je ne pensais même pas pouvoir ressentir un quelconque sentiment aussi futile soit-il pour autrui. Lorsque je dessinais mon futur, je l'imaginais seule. Alors quand j'ai vu ses longs cheveux glisser le long de son corps, quand j'ai vu son sourire n’égalant aucun paysage, j'ai su que je me trompais. Mon cœur me tiraillait, il y avait là une attirance sans nom. Mais une attirance qui s'est rapidement transformé en haine... C'est elle qui est venu vers moi, et non l'inverse, je l'ai toujours regardé timidement de loin, sans jamais chercher sa proximité. Elle m'a fait comprendre qu'aux yeux du monde je n'étais rien qu'une erreur de plus. Elle m'a fait traîner, ramper. Je ne savais que faire, j'étais totalement désemparé face à tant de violence. En rentrant chez moi, je n'étais plus moi-même, mon regard était vide, éteint, dénué de toute humanité. L'appartement était sombre, sans une once de vie. Je me suis alors enfermée dans la salle de bain  pour y contempler mon visage monstrueux. Mes traits n'étaient pas ceux d'un homme, mais ils n'étaient pas non plus ceux d'une femme. Qu'étais-je donc... La vue de ma face méprisable ne faisait naître en moi que le dégoût. Alors avec toute la force dont je disposais j'ai frappé contre le miroir, regardant toutes particules s'écrouler sur le sol. Mes poings saignaient, et les goûtent se rependaient peu à peu le long de mes bras. Aussi étrange que cela puisse paraître, j'ai aimé, oui j'ai aimé souffrir physiquement. Me sentir en vie à travers la douleur. C'est en regardant ce liquide suave se dégager, que j'ai compris que dans ma souffrance se trouvait mon bonheur. Et j'ai continué, maintes et maintes fois encore, cherchant à retrouver cette sensation unique. Oui... J'aimais éprouver la plus abominable des tortures.
4


Tout est flou... Tellement floue que j'ai du mal à croire en la réalité. Cela s'est passé si vite, trop vite. Elle était là, devant moi, et en quelques secondes elle a disparu... Pour tout vous dire, ma mère venait de m'appeler, elle avait besoin de moi sur le toit de l'immeuble. Endroit qui m'était habituellement réservé. Lorsque je suis arrivée elle se tenait face à moi, de l'autre côté de la barrière. Alors j'ai couru jusqu'aux bords, lui criant de revenir. Mais elle ne répondait pas... Elle ne semblait pas triste, aucune larme ne se dessinait. Elle souriait, je ne sais pourquoi une telle expression de bonheur s'affichait sur son visage. Et c'est ce qui était le plus inquiétant. Tout en essayant d'attraper sa main, je l'ai vu se laisser glisser. Je l'ai regardé doucement atteindre le sol, valser parmi le vent. Jusqu'à entendre les voitures klaxonner, et des passants hurlés. Mais genoux se sont écrasés à terre. Et d'un coup, tout est devenu noir. Je ne me souviens pas de la suite, j'ai volontairement dû oublier ce qui s'est passé, par peur te revivre cette scène dans mes cauchemars les plus sombres. Je ne mangeais plus, je ne dormais plus, je n'allais plus en cours. J'avais continuellement cette image dans ma tête, et elle ne désirait visiblement pas en sortir. Min Su, s'est occupé de moi, il s'est chargé de toute la paperasse administrative de manière probablement trop sérieuse. Je ne savais si c'était la mort de ma mère qui m'atteignait tant ou le fait d'avoir été abandonnée...
5

Nous avions réussi à garder notre appartement miteux, ce n'était le grand luxe, mais c'était toujours mieux que de vivre parmi les cartons. J'avais décidé d'arrêter définitivement les études, après tout cela ne me menait nulle part. Les petits boulots et les employeurs qui vous exploitent m'avaient laissé un goût amer dans la bouche. C'est pourquoi je me suis tournée vers une branche pouvant me rapporter plus, bien plus. Je ne vous parle pas de prostitution, j'en aurais été tout à fait incapable. J'ai rencontré cet homme étrange au regard de braise devant une discothèque. Sans que j'aie à dire quoi que ce soit, il a compris, il a lu en moi. Il a ressenti toute la peine que je dégageais. Il a vu tout le désarroi qui m'enivrait. Sans réfléchir je suis montée dans sa voiture, dénué de toute peur, de toute crainte. Il avait un effet apaisant inexplicable. Puis, il m'a tendu une mallette, me proposant de travailler pour lui. J'avais le droit à un nouveau téléphone, munie d'un numéro sécurisé pour m'indiquer mes "rendez-vous". J'ai accepté son offre, peu importe si cela était illégal, j'avais l’impression que rien ne pouvait m'arriver du moment qu'il était là. J'ai alors fait circuler du bloody steam, l'argent s’amassait rapidement. Mais j'ai égalemant chuté dans la débauche. L’alcool, la drogue, l'argent facile, les petits délits à droite et à gauche. J'ai goûté à ces luxures tout en m'en rongeant les ongles. Et un soir, alors que j'étais tout juste lucide, j'ai entrouvert la porte de mon domicile. Lorsque je suis rentrée, il n'y avait plus rien. Toutes les affaires de Min Su avaient disparu. Il n'y avait aucune trace de vie, de sa vie, c'est comme s'il n'avait jamais existé. J'ai tout d'un coup ressenti le même vide que le jour de l'accident... L'abandon. Oui... Lui aussi m'avait abandonné. Je me sentais misérable, tout était devenu si monochrome. Alors je me suis dit que c'était à mon tour de disparaître. J'ai gravi les marches de l'escalier une à une, sans me retourner, sans penser au néant que je pouvais laisser derrière moi. Une fois la barrière atteinte, j'ai fermé les yeux, espérant la passer au plus vite. Quand soudain une main glaciale s'est posé dans mon dos, me poussant à stopper mon geste.

-Tu tiens vraiment à faire ça ? Tu penses que la mort  une solution ?

-Quoi ? Tu serais bien emmerdé pour vendre ta merde après ça ?

Au fond de moi je savais que c'était faux, mais je préférais m'engouffrer dans ce mal. Les larmes ont commencé à couler, je ne pouvais les retenir. À une vitesse que je ne saurais décrire il s'est calé contre moi, me tenant par la nuque, puis par le poignet.

-Moi, moi je peux te montrer ce qui se passe de l'autre côté de la scène.

J'ai alors senti quelque chose de fort me pénétrer. Ma chair s'est écarté avec violence face à cette monstruosité. Cela n'était pas réel, les bêtes sauvages ne surgissent pas du haut des toits. Cependant, il s'agissait là de toute autre chose. Peu à peu je me sentais partir, comme emmener loin de toute vie. Il me suffisait juste de fermer les yeux pour en finir.  Mais l’étreinte s'est desserré, il a lâché prise. Pour finalement coller ses lèvres contre les miennes à fin de me faire ingurgiter un liquide dont la texture se reprochait du sang. Je savais qu'il était inutile de me débattre, il avait une emprise totale sur moi. Je ne croyais pas aux êtres de la nuit, et autres légendes, mais une fois devant dans le fait accomplit je n'ai eu d'autres choix que d'accepter. C'était un vampire... Je n'ai pas songé instant à ce qui allait se passer ensuitej je me suis sentie divaguer, j'ai rencontré le béton avec nonchalance. C'était fini.

Le temps que le vautour passe, le temps que les nuages s'arrêtent et que le ciel s'embaume d'un noir profond, ses yeux se sont ouvert avec fracas. Offrant au monde une part une noirceur incommensurable. Les ténèbres.


현실 the real me
Yosh bande de lama vert, appelez moi Neuux ! J'ai actuellement 16 ans, pour info je suis née le même jour que Tao ♥. Je RP depuis presque 3 ans mais j'ai récemment fait une petite pause, je me replonge dedans alors un peu de compréhension, huhu. Concernant le forum, je l'avais déjà vu avant avec l'ancien design (qui était tout simplement magnifique ! Je vais vous avouer que je préférais l'ancien :pastaperplease: ) Mais celui-ci est zouli aussi :3 Le contexte me plaît beaucoup, et il y a beaucoup d'originalité, ça change assez des autres forums o/  
Code du forum:
 
.



Code:
[*]<pr>Park Young Hee [Ulzzang] </pr> alias [url=http://calix-sanguinis.forumactif.org/u215]Yeol Su Jun[/url]
[*]



Dernière édition par Yeol Su Jun le Sam 21 Déc - 22:06, édité 18 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité
MessageSujet: Re: SU JUN △▼ For the love of god, will you bite your tongue. Before we make you swallow it.   Sam 14 Déc - 1:17

omg j'aime la demoiselle que tu joues ╮|。╹ρ╹。|╭

bienvenido en la casa et bonne chance pour ta fiche ! je viendrais certainement te harceler pour un lien|n◕∀◕|η
(aight t'es la première personne à qui je souhaite la bienvenue)
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité
MessageSujet: Re: SU JUN △▼ For the love of god, will you bite your tongue. Before we make you swallow it.   Sam 14 Déc - 12:35

Yong Hee  :18: 

Bienvenue jeune demoiselle ♥️ !!!! Je te souhaite bon courage pour ta fiche et si tu as la moindre question n'hésites pas à m'envoyer un mp ! Tonton Minou aura le plaisir de t'y répondre !

J'espère que tu te plairas parmi nous !!

 :31: 
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité
MessageSujet: Re: SU JUN △▼ For the love of god, will you bite your tongue. Before we make you swallow it.   Sam 14 Déc - 14:52

Merci à vous deux  :14: 

Ares, Il n'y a aucun pour le liens, je t'attendrais avec impatience ~ :5: 
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité
MessageSujet: Re: SU JUN △▼ For the love of god, will you bite your tongue. Before we make you swallow it.   Sam 14 Déc - 16:02

Neeuuux !!  :14:  :29: 

Contente de te voir ici aussi !! ♥️♥️

Bienvenue avec ce petit panda femelle et courage pour ta fiche ! ♥️♥️
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité
MessageSujet: Re: SU JUN △▼ For the love of god, will you bite your tongue. Before we make you swallow it.   Sam 14 Déc - 16:11

Bambi-chou !  :9: :1: 

On se retrouve partout, oh my god ♥️♥️♥️

PANDA *-*

Merci à toi ~ ♥️
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité
MessageSujet: Re: SU JUN △▼ For the love of god, will you bite your tongue. Before we make you swallow it.   Sam 14 Déc - 18:23

Hello ! Bienvenue ! :D
Et bonne chance pour ta fiche ~
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité
MessageSujet: Re: SU JUN △▼ For the love of god, will you bite your tongue. Before we make you swallow it.   Sam 14 Déc - 18:31

Merci merci ~

Il ne reste que l'histoire, fighting ♥
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité
MessageSujet: Re: SU JUN △▼ For the love of god, will you bite your tongue. Before we make you swallow it.   Sam 14 Déc - 19:23

hello mademoiseeelle ♥️ bienvenue chez nous ! fighting pour ta fiche tu vas y arriver ! èé hâte de te retrouver dans le forum, amuses toi bien une fois validé  :41: 
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité
MessageSujet: Re: SU JUN △▼ For the love of god, will you bite your tongue. Before we make you swallow it.   Sam 14 Déc - 19:52

Merci merci  :14: 
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité
MessageSujet: Re: SU JUN △▼ For the love of god, will you bite your tongue. Before we make you swallow it.   Dim 15 Déc - 13:13

Bienvenue a toi sur le forum :1: !

Une belle nouvelle dis donc ! Cette demoiselle a un style vraiment sympathique <3 En tout cas, si tu as besoin de quelque chose n'hésite surtout pas a demander !

Bon courage pour la fin de ta fiche de présentation  :28: 
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité
MessageSujet: Re: SU JUN △▼ For the love of god, will you bite your tongue. Before we make you swallow it.   Dim 15 Déc - 14:16

Je te remercie ~  :5: 
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité
MessageSujet: Re: SU JUN △▼ For the love of god, will you bite your tongue. Before we make you swallow it.   Mer 18 Déc - 22:44

Bienvenue sur Calix!
Très bon choix d'avatar (j'adore le style un peu androgyne de cette nana!) ♥
Courage pour la suite!
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité
MessageSujet: Re: SU JUN △▼ For the love of god, will you bite your tongue. Before we make you swallow it.   Jeu 19 Déc - 3:49

PARK YOUNG HEE *-*
Je m'ennuie de la jouer tiens... elle est juste trop parfaite ♥
Il nous faudra un lien *-*
Bienvenue !
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité
MessageSujet: Re: SU JUN △▼ For the love of god, will you bite your tongue. Before we make you swallow it.   Jeu 19 Déc - 15:20

Merci à vous deux ♥

Sang Min pas de soucis pour le lien *////*
Yu Ha Min devait être mon futur pv à la base :3


info pour le staff

ça fait maintenant quelques jours que j'ai un soucis avec mon pc et je ne sais pas du tout quand il sera opérationnel T-T je risque donc de ramer pour poster le reste de mon histoire ... j'ai un deuxième pc mais qui est plus "à tout le monde" donc je ne peux pas en avoir le monopole. Je vais quand même essayer de m'arranger. Désolé de mon retard T-T
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité
MessageSujet: Re: SU JUN △▼ For the love of god, will you bite your tongue. Before we make you swallow it.   Sam 21 Déc - 20:33

Me voilààààà sur mon destrier blanc ... Enfinnn... J'ai lu ta fiche ! Cependant y'a un mais, eh oui ! Nous avons un souci de code, cela n'est pas le bon mademoiselle ! ^^ Donc avant de te valider, il me faut ce dernier =D Bon courage à toi ^^
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité
MessageSujet: Re: SU JUN △▼ For the love of god, will you bite your tongue. Before we make you swallow it.   Sam 21 Déc - 21:56

ummfff désolé

voilà changé
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité
MessageSujet: Re: SU JUN △▼ For the love of god, will you bite your tongue. Before we make you swallow it.   Sam 21 Déc - 22:28

Cela est parfait à présent =D Je te valide jeune padawan !  :6: 


Bravo, tu as été validé(e) !
Pour commencer, nous te souhaitons la bienvenue sur Calix Sanguinis ! Si tu reçois ce message, c'est que tu as été validé(e) par un de nos magnifiques administrateurs (héhé) ! Comme tu peux le constater, tu as à présent une magnifique couleur accordée à ton groupe. Afin de bien débuter sur le forum, un guide du petit nouveau a été créé pour vous faciliter la tâche, n'hésite donc pas à y jeter un coup d'oeil ! Comme nous sommes sympas, voici un petit récapitulatif des tâches que tu dois accomplir à présent ! Pour commencer il serait donc judicieux de créer ta fiche de de liens & de topics. Si tu te sens seul(e), tu peux te trouver un colocataire, créer ton groupe ou même rejoindre un gang ! Afin de nous faciliter la tâche, il est obligatoire d'aller faire un tour sur la liste des membres classés par groupe et par rang et d'y remplir le code mis à ta disposition pour que nous puissions t'y ajouter ! Il ne te reste qu'à rp ! Ah et oui, n'hésite pas à voter pour calix sanguinis en cliquant sur les petits étoiles affichées sur la page d'accueil et à commenter le forum à l'endroit prévu à cet effet !

Votre staff adoré ♥️
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: SU JUN △▼ For the love of god, will you bite your tongue. Before we make you swallow it.   

Revenir en haut Aller en bas
 
SU JUN △▼ For the love of god, will you bite your tongue. Before we make you swallow it.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Calix Sanguinis :: Hors jeu † :: Cemetery :: Calix Version 1 :: Anciennes Présentations-
Sauter vers: