Partagez | 
 

 ô baby ~ Tu sais comment j'étais avant, avec le temps tout disparaîtra. Baby, I'm not a monster...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité

Invité
MessageSujet: ô baby ~ Tu sais comment j'étais avant, avec le temps tout disparaîtra. Baby, I'm not a monster...   Ven 3 Jan - 18:13




Park Jin Kyong
Choi Seung Hyun (TOP)




Bonjour mon nom est Park Jin Kyong, je suis un jeune homme de 25 ans depuis déjà quelques temps…Mon âge réel ? Il semblerait que j’aie actuellement 210 ans et que je sois d'origine Coréenne. Je fais partie des Vampire, level 3 et je ne sais pas encore si j'ai trouvé ma vocation mais pour le moment je suis Schyzophrène. Même si ma vie privée ne vous regarde pas, je suis actuellement veuf, célibataire...'fin je crois et je ressens une forte attirance pour ma défunte fiancée mais aussi pour les deux sexes juste pour le fun


   

   
   

   
   



기질 character
Serait-ce la vérité ? Cette voix que j’entends sans cesse ne serait rien d’autre que le fruit de ma création ? Séchant mes larmes, je ne cesse mes scarifications, recherchant dans cet acte désespéré, l’espoir de ne plus exister. Me relevant, je fais le tour de la pièce, tel un animal en cage, attendant le moment ou on viendra me chercher pour m’emmener jouer,  sous le feu de la rampe si je puis dire. Le sang continu de couler de mon poignet, tachetant le sol de son magnifique rouge. Observant mes plaies, je lèche celle-ci et ferme les yeux, laissant couler ce liquide dans ma gorge, me délectant de ces milles saveurs agitant mes sens, me rendant fou. Tu n’a pas envie de tuer ?  Un sourire glacial orne mes lèvres, ressentant le désir, le besoin de massacrer, écorcher, déchiqueter, le corps d’une personne. Un corps encore chaud, plein de vie et pourquoi pas, après une étreinte charnelle, juste l'instant suivant l'orgasme ? Un rire passe la fine barrière de mes lèvres, un rire sombre, dément et pourtant, tellement lucide. Je veux faire couler le sang…

Souffrant de schizophrénie, soyez convaincu que vous ne me verrez pas dans le même état mental à chaque fois que vous aurez le plaisir de voir ma personne. ô bien entendu, elle ne s'est pas manifestée d'un coup comme ça. On ne se réveille pas un beau matin atteint de ce genre de chose, non, elle est apparu en moi, s'est installée doucement comme le venin d'un serpent glissant en moi comme un immonde parasite, et a commençait à prendre de l’ampleur, lentement mais sûrement. Ma maladie, pour le moins assez compliqué à gérer, se reconnaît grâce à plusieurs symptômes, effrayants les gens.  La vue du sang, d’une contrariété ou d’un moment d’énervement, peut déclencher ce que je pourrais appeler d’une manière enfantine « mon côté sombre ». Cruel, sadique, froid, dans ce genre d’instant, j’aime tout particulièrement arracher des membres, faire couler le sang, ou faire bien d’autres choses, riant aux éclats à la vue de la douleur d'autrui ressenti par la faute de nul autre que ma grandiose personne. N'est-ce pas magnifique, prodigieux, aveuglant ? Telle l’aurore d’un jour nouveau, naissant sur un beau matin calme. Entends-tu le chant de l’hirondelle comme elle prononce ce mot magique ? Le sang, le sang, le sang, encore et encore. Le plop du sang répandu au sol, le bruit de la chaire déchirée, des os broyés, les hurlements d’effrois émient par les victimes…Haaa…qu’elle douce symphonie. N'était-elle dont pas exquise ? Une revanche sur la vie. Une revanche de braise, à l'arrière-goût infâme de la cendre, ainsi qu'à l'exquise saveur digne de l'un des meilleurs crus de France. Avez-vous déjà entendu le « crac » singulier d’un os se détachant du reste d’un corps. Non ? Tentez le coup, à mon goût, c’est d'une sonorité particulièrement éblouissante et un moment de douleur pour la victime, absolument divin.

Lorsque mes épisodes meurtriers cessent et que le calme revient dans mon être, il m’arrive d’avoir des crises de larmes, doublé de moments d’angoisses mais ceux-là ne se fonds que beaucoup plus rares. Nudiste dans l’âme, je ne comprendrais jamais pour quelle raison stupide il est mal venus de se mettre tout nu, moi qui aime tant ça. Peut-être est-ce donc un complot contre ma personne ? Arrogant et dominateur, j’aime narguer mes adversaires avant tous types d’altercations, ou combat, m’amusant, les rabaissant, trouvant dans ces actes, le plaisir de me sentir supérieur. ô oui, quel charmant ressenti que de les voir se sentir misérable, plus bas que terre huhuh

Malheureusement, cela me provoque de vilains retournements de situations, ils m’épient, ils me traquent ? Qui ? Personnes. Tout le monde. Ils veulent quelque chose mais quoi, que recherche-t-il ? Puis, elles aussi, les voix, me disent de les tuer, ça serait si simple de s’en débarrasser. Mais tout ça est-il vraiment la réalité ? Je crois, je les crois, qu’en serait-il autrement ? Et ces regards braqués sur moi, m’enchaînant aux murs comme un vulgaire animal, faut-t-il les abattre ? Je n’en doute pas, ou que très peu.

Il m’arrive parfois de ne plus rien contrôler, situation qui se produit davantage lors de la chasse. Haa…les chasses, mon passe-temps préféré. Tuer, déchiqueter, sous les feux des projecteurs de Satan, sous les feux de la rampe de la mort, j’en suis si fier et à la fois, tellement triste. Ce monde est horrible, pourquoi ces gens doivent-ils mourir, c’est atroce. Et plus encore, certain épisodes lucides entraînent mon esprit dans le monde réel, ce monde que l’on m’a fait abandonner de force pour que…pour que…je ne révèle pas ce que je sais, nee ? Autoritaire, hautin, franc et d’une droiture aussi inébranlable qu’inégalable, je mets au service de tous mon talent inné pour garder les autres pendus à mes lèvres pour remettre de l’ordre, faisant ressortir cette philosophie qui reste encrée en moi malgré ma folie, seul héritage de mon paternel. Lors de ces moments, je crois me rappeler ce que cette femme représente pour moi, ce qu’elle est pour moi : ma femme. Ma tendre et douce épouse de mon vivant, celle que je recherche désespérément, en vain.

Je suis un monstre, je sais que je le suis. Je sais aussi que ma folie effraie mais je veux pas, je veux pas et…vous savez ce qui est le plus drôle ? Tu es sans doute le prochain sur ma liste.





force : ❚❚❚❚❚❚  régénération : ❚❚❚❚❚❚ sens : ❚❚❚❚❚❚

vitesse : ❚❚❚❚❚❚ adaptation : ❚❚❚❚❚❚ self-control : ❚❚❚❚❚❚




사람의 about the humans
Jolies petites créatures toutes fragiles que l’ont peu écorcher, édenter et pleins d’autres choses amusantes. Maman n’aime pas quand je suis méchant avec les humains, mais c’est tellement drôle de les voir souffrir, ressentir leurs odeurs, l’odeur de la peur. Fringuants petits poissons qui nagent autour du globe, je sais qu’ils sont nombreux, comme des animaux, des…chiens ? Leurs sangs chauds, exquis, glissant dans ma gorge, brulant mon esprit. A chaque fois de nouvelles saveurs. A chaque fois de nouveaux goûts. Hum. Ils ne sont rien, rien que des clébards, des parasites, des insectes et moi, la vermine, je l’écrase, la brise, la piétine au sol comme la brise de l’été souffle sur les bateaux, attrapant la lune dans l’eau. Je les voies. Je les sens. Naître et mourir. Tellement idiots, j’aimerais disséquer leurs cerveaux pour étudier leurs stupidités, comprendre comment leurs pensées agissent. Ils me passionnent. Ils me font du bien. J’aime parler avec eux, ils m’inspirent pour composer des partitions de piano. Mais la lune me parle, il ne faut pas les tuer dit-t-elle, il faut s’en servir pour avancer, s’éduquer et apprendre le nouveau monde. Je voudrais m’allonger dans une jardinière de fleurs, entouré de terre et d’épines de roses aux côtés d’un humain gisant à moitié dans les ténèbres de la mort pour connaître ses dernières pensées. Quelle exquise situation huhuh


1
Il y a des histoires qui ne devraient être contés, de par leurs cruautés et un arrière-goût inhumain. Fatalité ? Destin ? Rien de tout cela, il ne s’agit que d’évènements se succédant, entraînant le contexte du présent et qui ne peut être éclairé uniquement par le passé. Cette histoire, celle de Park Jin Kyong, sans doute bien plus sombre et glaciale que les livres traitants des démons de l’enfer. Saviez-vous que certains détails de cette même histoire sont devenus légendaires ? Ou n’est-ce que sa folie qui le serais devenus ?

Il y a de cela plus de deux siècles, ma mère nous donna naissance, mon jumeau et moi en une froide nuit de décembre, au milieu de la peur et du sang. Ayant accouchée presque seule, sans véritables aides médicales, elle faillit nous emporter avec elle dans la mort. En effet, à cette époque, la médecine n’était pas aussi miraculeuse qu’aujourd’hui et il arrivait fréquemment que des mères et nourrissons perdent la vie lors des accouchements,  mais par un saint miracle, nous sommes parvenus à enfin croiser les yeux de notre génitrice et à survivre ensemble. Nous avons eu la chance de grandir auprès de parents attentionnés, nous comblant d’amour et d’attention, une vie, une enfance parfaite si je puis dire.

Ma mère…je me souviens de son visage, elle était très belle et je ne dis pas ça parce qu’elle était ma maman, loin de là, c’était une femme magnifique et ce qui me fasciné le plus chez elle : ses yeux, pouvant changer de couleur par moment. Elle était si douce, si gentille, posant toujours sur nous un regard emplie d’une infinie tendresse, je l’aimais tellement…elle me manque atrocement. En tant qu’ « homme », en tant que fils, il était de mon devoir de la protéger envers et contre tous, et malgré ce que je pouvais penser, c’est elle qui m’apporter sa protection, me prenant dans ses bras pour me consoler, baisant mon front avant de me coucher, moi, le petit dernier, le jumeau cadet, le bébé. Ma mère est la toute première femme que j’ai aimée et aucune autre ne pourra remplacer ce sentiment de sérénité qui m’envahit lorsque je repense à tous ses moments passés auprès d’elle.

Et je me souviens aussi, que tous les soirs, lorsque ma mère nous bordait mon frère et moi, mon père nous observait, adossé à la porte de notre chambre, offrant un sourire tout simplement franc et heureux. Mon père, un brave homme avec des valeurs et des principes, un humain prêt à se battre pour ces mêmes croyances. Un homme qui n’a pas hésité une seconde à sauver la vie d’une Aureus Sanguin en danger de mort, cette descendante des calices, ma mère dont il est tombait amoureux. Un homme comme il en existe rarement de nos jours. Les années sont passaient et pourtant, je n’ai jamais pu oublier tout ce qu’il a fait pour moi, il m’a enseigné les choses en lesquelles il croyait, sa philosophie était celle d’un homme sage qui avait vu et vécues bons nombres d’évènements au court de sa vie. Des enseignements dont je ne suis plus capable d’honorer, malgré le profond respect que j’éprouvais et que je ressens encore, à son égard.

2
Mes parents furent enrôlés dans la résistance dès leurs plus jeunes âges, ou ils ont grandi parmi ses membres, un détail qui échappe à mon souvenir, mais peu importe. Ayant grandi parmi les résistants, je les ai souvent observé se battre ou s’entraîner avec leurs pairs, et enfant, j’aimais narguer les autres de mon âge, mettant en avant les compétences fabuleuses de mes parents. Cela changea bien assez vite, plus précisément lorsque je pris la décision de rentrer moi aussi dans cette famille de guerriers pour terrasser les vampires. Jin Kyong est à la base, un nom de fille, et quelle ne fut pas ma surprise et ma tristesse lorsqu’on m’offrit le doux surnom de « princesse », sans jamais qu’ils osent le crier devant mes parents. Non. Ces gens ne le faisait que par pur humour me disaient-t-ils mais à chaque fois, les mots me blessaient au plus profonds de moi. Pourtant, mon objectif ne changea pas. Je ne devais pas faiblir, ni abandonner. Mon désir était de devenir comme eux, la force et la douceur, la puissance et la sagesse. Ils étaient ma fierté…et j’ai causé leur perte…

Plus le temps passé, plus mes entrainements se faisaient efficaces, dessinant mes muscles, m’octroyant une vitesse exagérée, une efficacité dont je pouvais me vanter, si bien que lors d’un affrontement, j’ai été le seul à pouvoir écraser un groupe de vampire. Dès lors, je fus acclamé, respecté et adulé, tout comme mes parents. J’en fus fier, si fier, et cette fierté m’est monté à la tête. Cependant, ma nouvelle condition d’Homme respecté à fait de moi, un jeune chasseur comblé par l’amour. La fille que j’aimais depuis mon enfance m’avait enfin remarqué et ensemble, nous avons au préalable formé une équipe de choc pour les patrouilles, puis nous en sommes venus aux fiançailles. Il ne manquait plus qu’un heureux évènement pour que notre vie de couple soit parfaite.

Rien ne se passe jamais comme on le prévoit…

Une nuit, rien ne s’est passé comme prévu, rien, absolument rien. Le plan a connu des complications, certains de mes hommes ont trouvé la mort. Cette même nuit, j’ai revu le visage d’une personne que je croyais morte depuis des années. Mon frère, mon sang. Celui que je nommais mon miroir et aîné. Quelque chose paraissait différent en lui, mais je ne me suis pas méfié pour autant, agissant comme un débutant naïf devant un potentiel ennemi. Il était devenu un vampire et avant même que je puisse faire un seul mouvement, il s’attaqua à moi, me faisant perdre connaissance après un combat acharné que je savais tantôt, impossible de gagner.
3
Des heures, ils m’ont fait subir milles tourments. Brisant ma chair, broyant mes os, se délectant du goût de mon sang, s’enfonçant dans ma peau jusqu’à en toucher l’intérieur de celle-ci. Jamais je n’ai autant souffert. Mon frère voulait me garder dans une cage au plus profonds du gouffre de la cachette de la milice pour me faire parler, très certainement, sur ce que j’avais appris et que je comptais révéler. Il n’est jamais venus me rendre visite, sauf pour s’assurer que j’étais toujours en vie, mais il semblerait que je n’étais pour lui, qu’un vulgaire tas de viande que les autres pouvait utiliser comme mangeoire de substitution ou encore, comme simple défouloir, davantage pour s’amuser que me faire révéler ce que je possédais en ma connaissance.

Rabaissé, humilié, mes tortionnaires savaient autant utiliser leurs poings que les mots pour me déstabiliser, ébranler mes croyances et toucher ceux que j’aimais au plus profonds de mon cœur. Au fil du temps, les tortures n’avaient plus d’importance, mon esprit vagabondé ailleurs dans les méandres de mon esprit brisé. Mes parents avaient trouvés la mort tout autant que ma fiancé que j’aimais tant. La femme que j'aimais, que j'aime par dessus tout, c'est moi qui l'ai tué. Arraché ses membres, la vidant de ses tripes, me roulant dans son sang. Je ne veux pas le croire et pourtant, leurs mots semblent réel. C'est ce qu'ils ont dit. C’est ce qu’ils m’ont mainte fois rabâchés, alors, même si mon âme voulait croire le contraire, il se pourrait que je me voile uniquement d’illusions.

Mes larmes ne fonds que couler alors que je repense désespérément au passé…
4
Ils continuèrent leurs maltraitances sur mon corps déjà bien trop meurtri, frappant plus fort, plus durement si bien que mes larmes se mélangeaient à mon sang. En silence, seulement ponctué par ma respiration chaotique, j’attends que mon supplice prenne fin. Mon frère ne dit rien, ne vient pas, ne leur ordonne pas de stopper tout cela, me haït-t-il à ce point pour laisser une personne me faire souffrir ? La douleur me fait perdre la notion du temps, une douce folie s’empare de mon esprit. Plus rien, je ne vois plus rien, plus rien à part le néant de mon esprit atteint de lumière rougeâtre. Ils me libèrent et me jette au sol, me frappant encore et encore et dans un acte de bravoure, je tente de me relever pour me défendre et appliquer ce que l’on m’a enseigné.

Pourtant, rien n’y fait, ils sont trop fort, trop brutes et finalement l’un d’eux, je crois même qu’il me ressemble, s’approche de moi pour me mordre. Est-ce donc moi qui fais cela ? Je ne sais pas, plus rien n’a d’importance, si ce n’est le sang perlant sur mon cou, sortant de ces plaies faites par mon bourreau. Ma tête tourne, puis je perds connaissance.


Les hommes, ou en tout cas ils le sont d’apparence, trainent la carcasse de ce pauvre rebelle vers sa cellule. Baignant dans son propre sang, sa propre folie, ils ne le nourrissent que sur leurs bons vouloirs, assez cependant pour ne pas le tuer et pourtant, personne ne vient à son secours, pas même son aîné. Personne ne comprends, personne ne le sais. Peut-être est-ce parce que tous deux se sentent trahis l’un par l’autre. Le premier car l’aîné l’a enchaîné et l’autre, car le cadet lui a volé la femme qu’il aimé ? Personne ne peut savoir, aucunes théories ne sont fondés, si bien que les liens de la haine prospèrent, l’oublie s’installe. Un oubli de l’esprit de Jin Kyong, qui finit par oublier le visage même de ses bourreaux, son maître.

Puis on ne sait comment, il réussit à s’enfuir, récupérant dans ses bras un grimoire ancien, celui de Lilith. Arpentant les rues, se cachant, il fini par l'ouvrir par simple curiosité malsaine ou par hasard et devint un enfant de Lilith. Un vampire et puissant level 3. Dès cet instant de cette nouvelle vie ou la mort l'accompagnerait sans cesse, il se nourrissait et vivant comme un animal. Sans foyer, ni vêtements, il tente de survivre comme la vie le lui permet, retrouvant la trace de sa fiancé.

Il a oublié qui il était, ce qu’il était, d’où il venait. Il ne connait son nom que grâce à un médaillon qu’il porte autour du cou. D’aussi loin qu’il s’en souvienne, il ne l’a jamais quitté, jamais enlevé. Park Jin Kyong, et la photo meurtrie d’une belle jeune femme, photo qui ne laissé que trop peu d’indication sur l’identité de cette personne. C’est tout ce qu’il sait. Et à chaque fois qu’il osait poser son regard sur la photo d’apparence ancienne, de la belle, une chaleur enivrante l’envahissait, un sentiment de plénitude masquait sa souffrance. Il le savait, Jin Kyong l’aimait et il fut un temps ou s’était réciproque, peut-être encore aujourd’hui et elle était la seule qui pouvait l’aider, lui rendre cette force que, jadis, il possédait. Pendant des siècles il la chercha, en vain, sans jamais perdre l’espoir de la retrouver mais sans jamais vraiment espérer retrouver cette femme qui le hantait, même en rêves.

5
Ça commençait peu à peu à se dissiper, après ce qui me parut une éternité. Lentement, je tentais de bouger avec difficulté. Des liens fortement serrés me retenaient au lit sur lequel on m’avait allongé. Je fermais les yeux avec forces, puis les rouvris doucement.
-Je l’ai retrouvé complètement nu dans une ruelle, il semblait terrorisé.
-C’est impossible, ça ne peut pas être lui

De qui diable, parlent-ils ?.....de…moi ?
Je n’ai pas la force de garder mes yeux ouverts ne serais-ce qu’une minute de plus, ils se referment d’eux-mêmes.
Je les sens à mes côtés, que fond-ils là ?

-Quand je me suis approché de lui, il m’a entouré de ses bras et a fondu en larmes. Je ne peux pas le laisser.

Je l’aime toujours se disait-t-elle, même s’il n’est plus l’homme que j’ai connu, ou en tout cas, plus tout à fait lors de ces instants de folies.

Mes yeux s’ouvrent encore une fois difficilement sur une jolie femme posant sur moi un regard d’une infinie douceur…tout comme…

-Maman… ?

Ainsi, sa fiancée ressemblait fortement à sa mère, elle-même crue morte par Jin Kyong, tuée de la main même de Jin, il y a des siècles.

Ma voix est pâteuse, mes lèvres bougent avec peine. Elle me regarde, mais ne me réponds pas. Pas tout de suite. La belle femme me regarde un instant, tendrement, puis pose sa main sur ma joue pour la caresser doucement.

-Oui, mon bébé, maman est là. Tu n’as plus rien à craindre, je vais m’occuper de toi.

Je déglutis, ne sachant quoi dire, encore secoué et craintif et lorsqu’elle me libère enfin de mes liens, maman m’entoure de ses bras pour me bercer et murmurer des paroles qui ne me sont pas inconnus, sans pouvoir me souvenir de leurs origines.

La jeune femme, vampire elle aussi, verse des larmes tandis qu’elle prend contre lui, son fils. Ses larmes sont faites de joies mais aussi d’un profond chagrin. Cette femme est celle que Jin Kyong a recherchée pendant des années, sa fiancée qu’il pensait morte. Heureuse d’avoir retrouvé l’homme qu’elle aimait, elle sait aussi que son esprit est mort alors, pour lui et uniquement pour lui, elle renferma ses sentiments d’épouse et accepta le rôle qu’elle devait endosser dès à présent, le rôle que lui avait attribué son Jin et rang qu’elle devrait savoir tenir pour pouvoir le garder à ses côtés.

-Merci.

Depuis presque une dizaine d’années, la belle prenait son rôle de mère avec le plus grand sérieux, félicitant son fils, lui apportant tout l’amour dont il avait besoin ou encore, le punissait lorsqu’il le fallait. Elle était heureuse mais se voilée la fasse, se forçant en vérité à rendre son cœur heureux alors qu’elle savait cela impossible. Pourtant, quelques changements s’étaient opérés depuis quelques temps, depuis que Jin menait une vie plus paisible, sans responsabilités et dans laquelle, sa tendre mère prenait soin de lui comme d’un enfant dépendant. Un changement, sur sa personnalité. Il se souvient. Parfois, il se souvient, mais cela ne sont que des épisodes très court ou il redevient l’homme qu’il était mais sans plus savoir ce qu’il est aujourd’hui, c’est pourquoi, il devint vulnérable et une proie facile pour les autres vampires, la milice qui ne le porte pas dans son cœur pour avoir tué bon nombres de vampires miliciens, ou pire encore, les rebelles, pauvres humains représentants pourtant une grande menace.



현실 the real me
Yosha mes chocobos, j'suis le Roi Schtroumpfs mais plus connu sous le nom de MadHatter huhu Hé ouaip, je suis le Double compte de Choi Kang Dae, Dada pour les intimes xDD Et j'vous nems tous à la framboise ^O^ Que dire de plus...je suis revenue avec mon bias Ultime, TOP -frère jumeau de l'autre TOP....merciiii Moman Natia *agite le bras* - et voili voilu C:
Code du forum:
 
.



Code:
[*]<pr>Choi Seung Hyun (TOP) [BigBang] </pr> alias [url=lien de votre profil]Park Jin Kyong[/url]
[*]



Dernière édition par Park Jin Kyong le Sam 4 Jan - 23:43, édité 13 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité
MessageSujet: Re: ô baby ~ Tu sais comment j'étais avant, avec le temps tout disparaîtra. Baby, I'm not a monster...   Ven 3 Jan - 18:14

MA FIFILLLEEEEEEUUUH ♥

Re bienvenue à toi sur le forum ♥ Si besoin n'hésite pas à demander !
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité
MessageSujet: Re: ô baby ~ Tu sais comment j'étais avant, avec le temps tout disparaîtra. Baby, I'm not a monster...   Ven 3 Jan - 18:16

HAHA comment j'étais sûre que c'était toi avec TOP en vatar afufufu 8D /SORT
Rebienvenue~ et bon courage pour ta fichette )o)
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité
MessageSujet: Re: ô baby ~ Tu sais comment j'étais avant, avec le temps tout disparaîtra. Baby, I'm not a monster...   Ven 3 Jan - 18:16

MUHAHAHAHAHAHAHAHA Faible que tu aies ! (Oui, je suis bien placée pour faire cette remarque <.<)

Re-bienvenue parmi nous *0*
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité
MessageSujet: Re: ô baby ~ Tu sais comment j'étais avant, avec le temps tout disparaîtra. Baby, I'm not a monster...   Ven 3 Jan - 18:22

Môman : Yeahhh oh mais oui, si besoin je viendrais te harceler huhuh

Aoi : C'était si prévisible que ça ? Kkkk ~ Ou on est accros, ou on l'est pas huhu <3 Mercii, coeur sur toi baby **
Chan : T'es tout a fait placé pour la remarque babe, t'veux que j'te lèche les fesses ? ok okok viens pars là, sur les genoux de tonton TOP huhuh


Dernière édition par Park Jin Kyong le Sam 4 Jan - 17:07, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité
MessageSujet: Re: ô baby ~ Tu sais comment j'étais avant, avec le temps tout disparaîtra. Baby, I'm not a monster...   Ven 3 Jan - 22:52

Ouaiiiiiiiiiis ! T'es faibleuuuuuuuuuuuuuuuuuh ! 8D Mais on t'aime quand même !
Re-Bienvenue ! ♥
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité
MessageSujet: Re: ô baby ~ Tu sais comment j'étais avant, avec le temps tout disparaîtra. Baby, I'm not a monster...   Ven 3 Jan - 23:41

Re-bienvenue mon fiston et fight pour ta fiche !!!!!! =D
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité
MessageSujet: Re: ô baby ~ Tu sais comment j'étais avant, avec le temps tout disparaîtra. Baby, I'm not a monster...   Sam 4 Jan - 17:06

Baby Angel : Thanks ma belle, et ouai je suis trop aimé, je suis the King *meurt*

Dudu : Yo o/ J'vais te faire souffrir sous ce compte. Thanks padre <3
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité
MessageSujet: Re: ô baby ~ Tu sais comment j'étais avant, avec le temps tout disparaîtra. Baby, I'm not a monster...   Sam 4 Jan - 20:23

Bienvenue sur le forum beau jeune homme !
Bonne chance pour ta fiche & surtout amuses-toi bien parmi nous *-*
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité
MessageSujet: Re: ô baby ~ Tu sais comment j'étais avant, avec le temps tout disparaîtra. Baby, I'm not a monster...   Sam 4 Jan - 22:19

Thanks joli coeur <3
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité
MessageSujet: Re: ô baby ~ Tu sais comment j'étais avant, avec le temps tout disparaîtra. Baby, I'm not a monster...   Sam 4 Jan - 23:47

Eh ! Ma folle de fille ♥️ :p

Ben écoute, pour moi tout est parfait mon jeune padawan ! :1: Je peux donc te valider sans aucun problème :2:


Bravo, tu as été validé(e) !
Pour commencer, nous te souhaitons la bienvenue sur Calix Sanguinis ! Si tu reçois ce message, c'est que tu as été validé(e) par un de nos magnifiques administrateurs (héhé) ! Comme tu peux le constater, tu as à présent une magnifique couleur accordée à ton groupe. Afin de bien débuter sur le forum, un guide du petit nouveau a été créé pour vous faciliter la tâche, n'hésite donc pas à y jeter un coup d'oeil ! Comme nous sommes sympas, voici un petit récapitulatif des tâches que tu dois accomplir à présent ! Pour commencer il serait donc judicieux de créer ta fiche de de liens & de topics. Si tu te sens seul(e), tu peux te trouver un colocataire, créer ton groupe ou même rejoindre un gang ! Afin de nous faciliter la tâche, il est obligatoire d'aller faire un tour sur la liste des membres classés par groupe et par rang et d'y remplir le code mis à ta disposition pour que nous puissions t'y ajouter ! Il ne te reste qu'à rp ! Ah et oui, n'hésite pas à voter pour calix sanguinis en cliquant sur les petits étoiles affichées sur la page d'accueil et à commenter le forum à l'endroit prévu à cet effet !

Votre staff adoré ♥️
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité
MessageSujet: Re: ô baby ~ Tu sais comment j'étais avant, avec le temps tout disparaîtra. Baby, I'm not a monster...   Dim 5 Jan - 1:27

Merciiii Môman <3
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: ô baby ~ Tu sais comment j'étais avant, avec le temps tout disparaîtra. Baby, I'm not a monster...   

Revenir en haut Aller en bas
 
ô baby ~ Tu sais comment j'étais avant, avec le temps tout disparaîtra. Baby, I'm not a monster...
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Calix Sanguinis :: Hors jeu † :: Cemetery :: Calix Version 1 :: Anciennes Présentations-
Sauter vers: