Partagez | 
 

 Quoi de mieux pour terminer la journée qu’un séjour imprévu à l’hôpital ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Humans
we are weak

Pseudo : Nuage / Nalcarya
Avatar : Kim Won Shik (Ravi) [VIXX]. By Helvia
Messages : 217

avatar
Shimizu Naoya
MessageSujet: Quoi de mieux pour terminer la journée qu’un séjour imprévu à l’hôpital ?   Dim 25 Sep - 17:55


Quoi de mieux pour terminer la journée qu’ un séjour imprévu à l’ hôpital ?

Sim Bo Ra & Shimizu Naoya

Aujourd’hui s’annonçait comme une journée des plus banales, comme une journée de travail comme les autres. Naoya s’était rendu en ce début de matinée dans la librairie où il travaillait et avait passé le plus clair de son temps à conseiller les clients, à les orienter dans les différents rayons du magasin pour les aider à dénicher un simple de chevet ou la perle rare. Néanmoins, l’atmosphère calme et reposante qu’il avait pu y avoir en cette matinée changea brusquement quand trois heures de l’après-midi sonna. Les clients avaient afflués par dizaines, et bien que le japonais fût accompagné de quelques collègues, il s’était rapidement retrouvé débordé et ne cessait de se déplacer au pas de course d’une étagère à une autre, sans qu’il puisse se reposer ne serait que quelques instants.

Alors que le mortel avait emprunté une échelle et avait grimpé dessus pour pouvoir attraper un ouvrage en particulier, l’un de ses collègues percuta légèrement l’échelle. Cette dernière vacilla, bien que vaguement, mais bien assez pour que le japonais tomba lourdement sur le sol, entraînant quelques livres au passage qui le suivirent dans sa chute. Inconsciemment, Naoya s’était rattrapé sur l’un de ses poignets et un craquement se fit entendre. Quand il reprit peu à peu ses esprits, il ressentit une vive douleur à cette partie précise de son anatomie. Ses yeux s’humidifièrent d’eux-mêmes et il se retint, non sans difficulté, de pousser un cri de douleur. Un groupe de personnes vint alors l’encercler, et Naoya avait simplement envie qu’ils s’en aillent pour ne plus être au centre de leur attention. Il ne supportait pas de sentir leur regard posé sur lui, comme s’il était devenu une sorte d’attraction touristique. Heureusement pour lui, le collègue qui avait percuté l’échelle s’était rapproché de lui et avait intimé aux clients de se reculer. Son regard inquiet se tourna en direction de son poignet, puis il s’empressa de l’aider à se relever tant bien que mal. Naoya essayait de lui souffler un simple « merci », mais y parvint péniblement à cause de la douleur qu’il ressentait.

Une bonne demi-heure avait passée quand Naoya et son collègue passèrent finalement les portes de l’hôpital le plus proche. Après s’être arrêtés à l’accueil, ils furent tous deux dirigés vers la salle d’attente, où une dizaine d’autres personnes patientaient. « Tu n’es pas obligé de rester… Je ne voudrais pas que tu ais des ennuis avec le patron à cause de moi. » Bien qu’il appréciait sa compagnie et sa gentillesse, le mortel ne voulait pas l’obliger à attendre avec lui, alors qu’il avait certainement d’autres occupations plus importantes. Son collègue insista quelques instants, avant de céder et de quitter le bâtiment. Naoya l’avait chaudement remercié, avant de retourner s’asseoir. Son poignet le faisait encore souffrir, et bien qu’il sache que sa blessure n’était pas sérieuse, il ne put s’empêcher d’être légèrement angoissé. De plus, l’endroit où il se trouvait ne l’aidait pas à se détendre. Les murs immaculés, l’état de certains patients présents à ses côtés, le silence uniquement brisé par des respirations bruyantes ou douloureuses… Tous ces petits détails le mirent brusquement mal à l’aise…

Néanmoins, Naoya fut sorti de ses pensées quand une femme, d’apparence curieusement jeune, pénétra dans la pièce et l’appela par son nom. Le libraire lui adressa un « bonjour » en tentant de maintenir un sourire, bien que cette action lui soit difficile à cause de la douleur, puis commença à la suivre jusqu’à la pièce où elle le menait.

Code by Fremione.


_______________________________

Born to be free

« Just believe in love. Breathe in life. You'll seize the world of difference, you'll cross the line... It's endless. As if destiny has it's own mind, it's love covers mine with blindness, it's hatred cuts through the skin of shallowness. But I wont run, I will rule. »
© ZIGGY STARDUST.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Level 3
theyarepowerful

Pseudo : Hyunnie
Avatar : Park Hye Min
Messages : 31
avatar
Sim Bo Ra
MessageSujet: Re: Quoi de mieux pour terminer la journée qu’un séjour imprévu à l’hôpital ?   Mer 28 Sep - 18:00

Quoi de mieux pour terminer la journée qu'un séjour imprévu à l'hôpital?
Naoya & Bo Ra

Bo Ra était de service depuis la veille et malgré la belle nuit blanche qu'elle venait de passer, elle restait toujours aussi sérieuse et proactive, comme si elle était encore pleine d'énergie. Elle avait l'habitude des astreintes et bien souvent elle n'avait pas d'autre choix, enchaînant les urgences le soir. Enfin bien heureusement pour elle, aujourd'hui, elle put se prendre une belle pause histoire de récupérer. Ainsi après un bon déjeuner, elle s'autorisa vingt bonnes minutes de sieste. La vampire n'avait pas tellement le choix que de savoir s'adapter ainsi à son métier, malgré son intolérance à la lumière du jour. Fort heureusement, l'hôpital regorgeait d'endroits sans fenêtre, et tout particulièrement dans son service, entre les pièces pour les examens radiographiques et IRM, les salles d'opérations au sous-sol, son bureau et la salle de repos, elle avait tout le loisir d'éviter le soleil.  

Elle se reposait encore un peu, quand son bippeur sonna. On la demandait aux urgences. Le service était quelque peu débordé, et la salle d'attente était pleine. Elle s'étira et reprit son travail, la blouse blanche bien ajustée sur le dos. Elle se rattacha correctement les cheveux et alla directement en salle d'attente pour prendre les premiers patients. Elle était chirurgienne, mais elle se permettait tout de même de faire des consultations rapides. De simple fractures, des entorses bégnines... pour l'instant, Bo Ra n'avait pas eu de patients bien particuliers et la plupart étaient envoyés directement vers un autre service pour recevoir plâtre ou attèle.

Elle alla chercher le patient suivant :
- Shimizu Naoya ? avait-elle prononcé machinalement, en regardant son porte-document. Ce n'est que lorsqu'elle leva les yeux et vit la personne concernée se lever, qu'elle le reconnu : c'était le libraire chez qui elle se rendait souvent et qu'elle trouvait fort sympathique. Elle lui souria, se voulant chaleureuse et amicale. Elle le sentit assez tendu. Elle s'autorisa alors à poser doucement sa main sur son épaule. Ca va aller, suivez-moi.  Dites-moi tout... Que vous est-il arrivé ? Elle le laissa entrer dans son cabinet et ferma la porte derrière elle. Les bruits du couloir s'estompèrent d'un coup, laissant place à un espace calme, neutre et sans doute un peu moins stressant ?

Elle l'invita à s'installer sur la table d'osculation, et dans un geste très doux, elle prit le bras blessé. Pour qu'il se détende un petit peu, elle engagea la conversation sur autre chose que son bras :
- Je viens souvent à votre librairie vous savez ? J'apprécie vraiment cet endroit. Vous avez des tas de livres extraordinaires. Dans le même temps, elle analysait les moindres grimaces et réflexes du libraire concernant son bras. Et puis elle reprit le sujet principal de la venue du jeune homme : Il va falloir faire une radio, mais je crains fort que vous ne vous soyez fracturé le poignet
Code by Silver Lungs
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Humans
we are weak

Pseudo : Nuage / Nalcarya
Avatar : Kim Won Shik (Ravi) [VIXX]. By Helvia
Messages : 217

avatar
Shimizu Naoya
MessageSujet: Re: Quoi de mieux pour terminer la journée qu’un séjour imprévu à l’hôpital ?   Dim 9 Oct - 11:42


Quoi de mieux pour terminer la journée qu’ un séjour imprévu à l’ hôpital ?

Sim Bo Ra & Shimizu Naoya

A peine eut-il passé la porte du cabinet de la doctoresse que Naoya inspecta les moindres recoins de la pièce, essayant de focaliser son intention sur autre chose que la douleur qu’il ressentait au niveau du poignet. Les murs, vraisemblablement de la même couleur que ceux de la salle d’attente, donnaient néanmoins au bureau une ambiance bien plus chaleureuse aux yeux du japonais. D’épais livres de médecine aux consonances quelques fois latines trônant sur une étagère, et bien que le libraire ne possède aucune connaissances concernant le domaine médical, il eut malgré tout envie de les feuilleter pour satisfaire sa curiosité naissante. Quelques instruments et appareils étaient également rangés dans la pièce, mais mise à part ces infimes détails, Naoya ne remarqua rien de particulier dans la pièce. Elle ressemblait finalement à n’importe quel cabinet médical… même s’il avait l’étrange impression d’être moins asphyxié et plus détendu que dans la salle d’attente. Le japonais en ignorait la raison, mais peut-être était-ce dû au geste de la jeune femme qui, en déposant doucement sa main sur son épaule, aurait pu l’apaiser sans qu’il en soit conscient.

Obéissant à la jeune femme, Naoya s’installa finalement sur la table d’auscultation et commença à répondre aux questions de la doctoresse, tandis que cette dernière inspectait son poignet. « Et bien… Je suis… tombé d’une échelle après avoir tente d’attraper un livre qui se trouvait en haut d’une étagère… » Le japonais soupira intérieurement, bien conscient que son accident était plutôt ridicule. Certes, il n’y était pour rien si l’échelle s’était renversée… Mais s’il avait su se réceptionner correctement, il ne se trouverait certainement pas dans cette pièce. Néanmoins, son interlocutrice était si aimable envers lui qu’il en oublia peu à peu ses réflexions. Cette dernière continua par ailleurs de manipuler son bras, et bien qu’elle fasse preuve d’une douceur extrême, les lèvres du mortel se crispèrent de temps à autre sous l’effet de la douleur.

Mais cette douleur s’estompa vaguement, ou du moins le japonais ne se focalisa plus sur elle, quand la jeune femme lui avoua qu’elle visitait régulièrement la librairie dans laquelle il travaillait. Entrouvrant légèrement la bouche, Naoya commença finalement à se rappeler de sa présence dans le magasin. « Oh.. ! Je me souviens… Vous aviez acheté un livre sur… la chirurgie… orthopédique la dernière fois, c’est bien cela ? » Désormais, les souvenirs qui la concernait devenait plus clair, plus précis. « Je suis sincèrement désolé de ne pas vous avoir reconnu… » Il arbora un sourire gêné, essayant de lui faire comprendre qu’il était ennuyé. Il allait une nouvelle fois lui présenter ses excuses, mais un mot le stoppa finalement dans son élan. « Fra… cturer… ? » Même si au fond, cette annonce ne le surprenait pas, il aurait tout de même préféré ne pas entendre ce terme. « Je… Comment ça va se passer… ? Je veux dire… ce n’est pas si grave, n’est ce pas… ? Enfin, oui… ça ne l’est pas… Mais… je vais avoir le droit à une opération… ? Enfin… » Il interrompit son flot de paroles et adressa une fois de plus un sourire gêné à la jeune femme, se sentant particulièrement idiot de réagir ainsi, étant donné que ce fracturer un os n’était clairement pas la fin du monde. Mais vraisemblablement, il ne parvenait plus vraiment à gérer son stress.

Code by Fremione.


_______________________________

Born to be free

« Just believe in love. Breathe in life. You'll seize the world of difference, you'll cross the line... It's endless. As if destiny has it's own mind, it's love covers mine with blindness, it's hatred cuts through the skin of shallowness. But I wont run, I will rule. »
© ZIGGY STARDUST.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Level 3
theyarepowerful

Pseudo : Hyunnie
Avatar : Park Hye Min
Messages : 31
avatar
Sim Bo Ra
MessageSujet: Re: Quoi de mieux pour terminer la journée qu’un séjour imprévu à l’hôpital ?   Mer 2 Nov - 12:32

Quoi de mieux pour terminer la journée qu'un séjour imprévu à l'hôpital?
Naoya & Bo Ra

Bo Ra avait l'habitude d'être confronté à des patients anxieux, angoissés, stressés. Certains témoignaient même d'une véritable peur panique. Elle avait appris avec le temps à gérer ces angoisses, notamment en se montrant la plus agréable et la plus compréhensive possible. Son cabinet n'avait rien d'extraordinaire, mais elle savait qu'un espace et un environnement neutre pouvait que provoquer des effets positifs. De plus, il était assez vaste, ce qui contrairement à la salle d'attente, rendait l'endroit bien moins étouffant. Elle prenait même le temps avec chacun des malades, quitte parfois à les prendre en retard. Les plus impatients n'aimaient pas vraiment ça, mais finalement, personne ne faisait de réclamations, car finalement, chacun trouvait chez elle une oreille attentive.

La chirurgienne inspectait tranquillement le poignet du libraire et l'écoutait donc avec attention. Elle eut un sourire en le voyant ainsi soupirer de son malheureux accident. A ses yeux, il n'y avait pas d'accident plus ou moins bêtes. Juste des accidents plus ou moins graves. Cependant, ayant déjà mis les pieds à la librairie elle savait que Naoya y travaillait souvent seul. Peu étonnant donc qu'un accident de ce type ait pu se produire. Elle se souvenait même de la façon dont il travaillait. Cette fois, il n'aura pas le choix de toute manière. Il faudra qu'il se fasse aider.
Tout en continuant son examen, elle lui avoua être une cliente régulière de sa librairie. Elle sourit de nouveau, alors que le libraire se rappela enfin de la première fois où elle y avait mis les pieds.
- Il n'y a pas de mal voyons. Avec ce qu'il vient de vous arriver, c'est tout à fait normal de ne pas y avoir pensé. Cela dit, cela me vexe un peu de voir que vous vous souvenez uniquement de cette fois là. fit-elle juste pour le taquiner lâchant un petit rire sympathique juste après. Votre librairie est si merveilleuse que j'y viens très souvent. Et pas uniquement pour des livres de médecine. Cela dit, je dois avouer que celui sur la chirurgie orthopédique était assez... Conséquent. pour ne pas dire énorme. Sans doute était-ce pour cela que Naoya avait évoqué cette fois là. Un tel livre d'une telle taille était forcément plus marquant qu'un plus petit.

L'examen terminé, elle lui dévoila son premier diagnostic. Elle sentit toute l'inquiétude de Naoya dès ce moment. De nouveau elle lui mit la main sur l'épaule et tenta de le rassurer.
- Nous allons faire une radio d'abord, pour être sûr de ce qu'il en est. L'opération ne sera pas nécessaire si votre poignet est toujours dans l'axe. Un plâtre ou une attelle suffira pour rétablir votre poignet. Je ne la ferai que si elle est vraiment obligatoire. Ne vous inquiétez pas, je vous promets que tout se passera bien.

Elle voulait au moins lui faire sentir, qu'avec elle, il était entre de bonnes mains, tentant de réduire son stress. Aussi avant de l'emmener en salle de radiologie, elle prit le temps de lui mettre le bras en écharpe, avec soin et toujours en évitant de réveiller la douleur, immobilisant déjà un peu le poignet blessé, de sorte à le soulager.
- Suivez-moi, la radio ne sera pas longue à faire. Et posez-moi toutes les questions que vous voulez.

La salle de radiologie n'était pas loin. Et même si deux infirmières étaient là pour ça, Bo Ra tenait à les assister. Il s'agissait de son patient après tout. Et bizarrement, elle voulait vraiment s'occuper de lui à toutes les étapes. Peut-être encore une fois pour réduire le stress au maximum... Il ne fallut que d'une bonne trentaine de minutes pour faire les deux radios nécessaires. Et ce qu'elle avait pensé s'était avéré juste. Elle retourna à son cabinet, munie des deux radios, en compagnie de Naoya.

Le moment sans doute le plus attendu arriva. Elle invita Naoya à s'assoir face à son bureau, tandis qu'elle alla s'assoir en face de lui de l'autre côté. Elle afficha les radio sur le tableau lumineux installé au mur et finalisa le diagnostic :
- Alors... Votre poignet est bien cassé, à ce niveau là. Elle lui montra la fracture sur les radios. Ceci dit, vous n'aurez besoin que d'une immobilisation de l'articulation pendant un temps. Tout est dans l'axe, et la fracture n'est pas bien grande. Donc l'opération ne sera pas nécessaire. Ceci dit, vu l'épaisseur de votre bras, j'ai peur qu'un plâtre ne soit pas une bonne idée. Une attèle vous conviendrait mieux. Cela évitera certains problèmes ultérieurement. Elle ne critiquait pas la minceur du jeune homme. Elle en avait simplement fait le constat et elle voulait juste le meilleur pour qu'il se rétablisse correctement. Cela signifie également que l'on devra se revoir de nouveau, de façon à ce que je m'assure de votre rétablissement régulièrement.
Code by Silver Lungs
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Humans
we are weak

Pseudo : Nuage / Nalcarya
Avatar : Kim Won Shik (Ravi) [VIXX]. By Helvia
Messages : 217

avatar
Shimizu Naoya
MessageSujet: Re: Quoi de mieux pour terminer la journée qu’un séjour imprévu à l’hôpital ?   Ven 13 Jan - 18:59


Quoi de mieux pour terminer la journée qu’ un séjour imprévu à l’ hôpital ?

Sim Bo Ra & Shimizu Naoya

Tandis qu’il répondait aux questions de son interlocutrice, le libraire observait chacun de ses mouvements minutieux et infiniment précis. Il trouvait fascinant de voir à quel point ces gestes semblaient avoir été répétés des centaines de fois par la jeune femme jusqu’à qu’elle puisse les exécuter machinalement. Elle ne semblait éprouver le moindre doute quand à ce qu’il faillait faire pour diagnostiquer et ainsi soigner ses patients. Le japonais applaudissait sincèrement le travail qu’elle devait accomplir tous les jours. Etre médecin ou encore chirurgien étaient des métiers tous deux fascinants aux yeux du japonais. Ils parvenaient grâce à leur savoir à sauver des vies ou à les rendre plus agréables, et Naoya ne pouvait qu’en être admiratif.

Après s’être souvenu de la jeune femme et avoir eu quelques réminiscences d’elle alors qu’elle était cliente dans la librairie où il travaillait, le japonais eut une moue désolé après lui avoir avoué qu’il ne souvenait d’elle au travers d’un unique souvenir. « Je… je suis désolé de ne pas avoir plus de souvenirs de vous… Je… je vous avoue que j’ai un peu de mal à les retrouver depuis l’accident… » A vrai dire, la seule chose qui lui obsédait l’esprit actuellement était de savoir quel allait être le diagnostic. Ses pensées étaient presque pleinement concentrées sur cette idée et il était incapable de se focaliser sur autre chose afin de farfouiller au fin fond de sa mémoire pour trouver d’autres souvenirs. Mais il espérait qu’avec le temps, ces derniers allaient finir par ressurgir. Mais désormais, la seule chose dont il se rappelait était cet énorme livre orthopédique qu’elle avait emprunté. Pourquoi se rappelait-il de ça ou non d’autre chose ? Il n’en savait rien. La mémoire était quelque chose de beaucoup trop complexe et difficile à cerner pour lui. Mais comme la jeune femme l’avait indiqué, il était en effet possible que la taille du livre y soit pour quelque chose.

Une fois l’examen terminé, la moue désolée qu’il affichait se transforma rapidement en une moue bien plus paniqué à l’idée d’entendre les résultats de l’examen de la jeune femme. Il était réellement paniqué et quand la jeune femme lui annonça son diagnostic et l’obligation de procéder à une radio, le stress qu’il ressentait alors légèrement pris rapidement le dessus et il lui débita un flot d’interrogations. Il sentit finalement la main de la jeune femme se poser doucement sur son épaule, ce qui eut pour effet de le rassurer légèrement. Il ignorait comment cette dernière parvenait à le rassurer quelque peu de cette manière, mais il avait désormais d’autres préoccupations en tête que celles de chercher à élucider ce mystère. Puis à l’entente des mots rassurants, Naoya afficha un léger sourire et lui souffla un faible « d’… d’accord » avant de la suivre en direction de la salle de radiologie. Une fois qu’il fut correctement installé, le japonais essaya d’adopter une respiration régulière qui pourrait l’apaiser le temps de l’examen. Et finalement, les deux radios furent rapidement effectuées et Naoya pu se rendre à nouveau dans le cabinet de la chirurgienne.

S’asseyant docilement sur la chaise faisant face au bureau, le libraire commença à jouer avec ses doigts sous l’effet de l’attente et de l’inquiétude quand à l’annonce des résultats. Posant tout d’abord son regard sur la jeune femme, il le dériva rapidement qu’elle lui présenta les deux radios sur un tableau lumineux. Et le diagnostic qu’il redoutait tant finit par tomber. Se mordant inconsciemment la lèvre inférieure, Naoya écouta tout de même les dires de la chirurgienne. Au moins, l’un des points positifs était qu’il n’aura pas le droit à une opération, perspective qui le terrifiait outre mesure. « Vous… vous pensez que mon rétablissement va prendre beaucoup de temps ? Et… je ne devrais pas avoir de complications n’est-ce pas ? » Mais au vu de la chance qu’il avait, il était persuadé qu’il pourrait en avoir…

Code by Fremione.


_______________________________

Born to be free

« Just believe in love. Breathe in life. You'll seize the world of difference, you'll cross the line... It's endless. As if destiny has it's own mind, it's love covers mine with blindness, it's hatred cuts through the skin of shallowness. But I wont run, I will rule. »
© ZIGGY STARDUST.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Quoi de mieux pour terminer la journée qu’un séjour imprévu à l’hôpital ?   

Revenir en haut Aller en bas
 
Quoi de mieux pour terminer la journée qu’un séjour imprévu à l’hôpital ?
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Calix Sanguinis :: Hors jeu † :: Cemetery :: Calix Version 2-
Sauter vers: