Partagez | 
 

 and you begin to wonder why you came + SANG CHOL

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Humans
we are weak

Pseudo : ethan.
Avatar : wu ji ho (zico).
Messages : 63
Double compte ? : //


Age : 20 ans.
avatar
Yu Anh Hào
MessageSujet: and you begin to wonder why you came + SANG CHOL   Mer 14 Sep - 20:48



Il fait attention, d'habitude. Il ferme la porte, il s'arrange pour que ses visites se fassent dans ses heures libres. A savoir les heures sans clients. Il a une sorte d'angoisse, de peur inconsciente qui lui tord l'estomac. La peur qu'il découvre. Qu'il se rende compte de quel genre de vie il mène, en réalité. Anh Hào, sans même en prendre conscience, se prépare quand il sait qu'il va le voir, qu'il va passer un de ces instants avec lui. Morceaux de rien, trésors trop éphémères à savourer. Il n'est qu'un jeune homme tout à fait ordinaire, plutôt clean, qui loge dans une chambre d'hôtel honorable en attendant de pouvoir se payer un chez-soi. Avec Sang Chol, c'est la peau qu'il enfile, l'image bancale qu'il tente de conserver. Parce que celui ne peut pas savoir. Il se détournerait, le laisserait derrière sans un mot. C'est avec horreur que le plus jeune craint son jugement. Parfois, il se demande  depuis quand l'idée de perdre qui que ce soit lui est aussi insupportable. Depuis qu'il l'a rencontré. Depuis qu'il a reçu son attention pour la première fois, depuis qu'il a compris qu'on est pas tous forcément pourris jusqu'à la moelle. Sand Chol est une exception, quelque chose de magnifique et de nouveau. La nouveauté l'effraie. Il refuse de ne pas comprendre. Mais il ne peut pas s'en empêcher ; quand il lui adresse un sourire, lui tend des cadeaux, le gâte tout entier d'une tendresse implicite, sincère mais jamais affirmé à haute voix. Il se sent crouler sous les questions anxieuses, futiles, inutiles. Pourtant il ne peut s'en empêcher, il attend toujours ses visites avec impatience.
Mais là il a merdé. Il a fait n'importe quoi et maintenant il sentirait presque les remords s'insinuer sournoisement dans ses veines qui semblent chauffer sous sa peau. Sang déjà trop chargé d'alcool. Il a bu et pas qu'un peu, et même s'il n'en ressent pas encore les effets dans leur intégralité, une migraine diffuse lui martèle les tempes. Il pensait que ça passerait s'il prenait du temps pour une douche rapide. Se rafraîchir et secouer les pensées. Mais c'est justement en arrêtant l'eau et en s'enroulant une serviette autour de la taille qu'il réalise que ça s'est empiré. Grimaçant, trop concentré sur ses idées brouillés, il remarque à peine l'heure. Il ne pas tarder à arriver mais le vietnamien l'ignore encore, les yeux fixés sur son reflet dans le miroir. Il a l'impression de ne pas se reconnaître. Les traits sont pourtant les mêmes que d'habitude ; il a juste le sentiment d'avoir perdu de son épaisseur, de s'être perdu tout court. Un soupir passe la barrière de ses lèvres. Ça se voit qu'il a bu ? Sûrement pas. Pas pour le moment. Dans quelques minutes peut-être. Il passe une main dans ses cheveux mouillés, les ramenant en arrière.
Et voilà qu'on toque à la porte. Déjà ? Froncement de sourcils, et juron lancé dans sa langue maternelle, spontanément, alors qu'il se rend compte qu'il va devoir l'accueillir et qu'il n'est pas prêt. Il entrouvre la porte, reste sur le seuil.
"Salut." Sourire habituel pour lui dire bonjour. Si seulement il savait combien il est chanceux de recevoir régulièrement un sourire de sa part.    

_______________________________


Serré, fourmillant, comme un million d'helminthes, dans nos cerveaux
ribote un peuple de Démons, et, quand nous respirons, la Mort dans
nos poumons descend, fleuve invisible, avec de sourdes plaintes. Si le viol,
le poison, le poignard, l'incendie, n'ont pas encor brodé de leurs
plaisants dessins le canevas banal de nos piteux destins, c'est que notre
âme, hélas ! n'est pas assez hardie.


(c) acidbrain
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://calix-sanguinis.forumactif.org/t1401-anh-hao-he-d-trade-h
Calices
willing slaves

Pseudo : Kwonhyo
Avatar : Ivan Chang
Messages : 13
Double compte ? : Cheo & Soo Hyun

Age : 29 ans
avatar
Ryeom Sang Chol
MessageSujet: Re: and you begin to wonder why you came + SANG CHOL   Mer 14 Sep - 22:06

Trainant des pieds, se souciant peu de l’état qu’auront ses semelles d’ici quelques temps à marcher de la sorte, il laisse son regard vagabonder ici et là dans la rue trop peuplée à son goût. Comment pouvait-on avoir envie de vivre dans ce quartier ? Il ne pourrait pas supporter l’idée de croiser tant de monde en sortant de chez lui. C’était juste impossible à imaginer. Pourtant c’était une habitude maintenant. Une sorte de routine qui dure depuis un moment et dont il ne se lasse étrangement pas.

Les mains dans les poches, il s’arrête devant une vitrine et laisse son regard détailler chaque vêtement qui se trouve à l’intérieur. Est-ce qu’il va trouver quelque chose ici ? Décidant d’aller voir de plus près, il rentre dans la boutique avec la plus grande désinvolture du monde. Ses oreilles se font assommer par la musique du magasin mais son expression de change pas le moins du monde, même le vendeur qui lui sourit et lui lance un bienvenue à peine le droit à un regard. Il n’est pas là pour se sociabiliser, juste pour trouver quelque chose pour la personne qu’il va voir. Sang Chol repasse dans sa tête tout ce qu’il lui a acheté depuis le temps qu’ils se connaissent et opte pour des pantalons cette fois. Se souciant peu du prix, il se contente juste d’imaginer ce qui pourrait aller le mieux à Anh Hào. Celui-ci ? Celui-là ? Pour une fois, il semble hésité… Alors comme il n’arrive pas à se décider, il prendra simplement les deux.

Une fois la taille du garçon trouvé, il file en caisse pour payer toujours sans un mot ni un regard vers le vendeur. Ses doigts attrapent le sac qu’on lui tend et il se retourne pour quitter la boutique et reprendre son chemin. Après plusieurs minutes, le voilà devant la chambre du garçon qu’il vient voir depuis un moment maintenant. Il frappe à la porte doucement, se disant que Anh Hào devait avoir l’habitude maintenant qu’ils se voient alors il espère, bêtement et naïvement, qu’il l’attendait. Il ne faut pas longtemps pour voir la porte s’ouvrir et lui faire voir le visage souriant de celui qui pourrait être son petit frère. Pourtant aujourd’hui, quelque chose semble différent… Et il met un peu de temps à se rendre compte que le garçon devant lui est simplement vêtu d’une serviette.

Le coin de ses lèvres bouge dans un léger sourire, à peine visible si on ne le connait pas lui et son visage de marbre, mais notable pour ceux qui le côtoie régulièrement. « Salut..» dit-il tout doucement avant de lui tendre le sac contenant les vêtements encore une fois. Est-ce qu’il devait lui dire qu’il ne savait pas lequel prendre ? Est-ce que ça à de l’importance seulement… ? Se disant qu’il vaudrait peut-être mieux expliquer que de le laisser avoir un malentendu, il se contente de dire : « J’ai hésité. » pour expliquer la présence de deux vêtements. Il ne voudrait pas qu’il pense qu’il ne viendrait pas la prochaine fois ou quoi que ce soit, il aime beaucoup trop le voir pour manquer rien qu’une seule de leur rencontre.

Se disant qu’il n’allait pas rester dans le couloir, de toute façon il connait les lieux, il rentre dans la chambre du jeune homme pour voir que rien n’a vraiment changer depuis la dernière fois. Maintenant libéré du sac, l’aureus Sanguis plonge ses mains dans ses poches et se tourne pour voir Anh Hào, ne se gênant pas pour détailler son corps qu’il n’a pas l’habitude de voir aussi dénudé. Jamais il ne lui viendrait à l’idée d’ouvrir la porte en étant nu… Vraiment, il n’aime pas ce qu’il est alors il préfère se cacher mais Anh Hào… C’est limite un gâchis de cacher son corps sous des vêtements…

Il lui faut quelques secondes de battement pour se rendre compte de ses propres pensées qui le font gentiment rougir et décide d’abandonner sa contemplation pour s’asseoir dans le lit l’air de rien. Ses mains se posent derrière lui, dans les draps dans lesquels il n’imaginerait jamais Anh Hào faire autre chose que dormir et son regard se repose naturellement sur son cadet, se demandant si ce qu’il lui a acheté lui plait tout en profitant pour admirer son visage si enfantin, si mignon comparé au corps d’homme qu’il possède.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Humans
we are weak

Pseudo : ethan.
Avatar : wu ji ho (zico).
Messages : 63
Double compte ? : //


Age : 20 ans.
avatar
Yu Anh Hào
MessageSujet: Re: and you begin to wonder why you came + SANG CHOL   Mer 14 Sep - 22:54


Coup d'oeil discret jeté à l'intérieur du sac alors qu'il lui murmure un "merci" qui prend tout son sens. C'est le genre de mots qu'Anh Hào trouve futile et creux. Mais avec lui ça ne sonne pas faux, avec lui c'est sincère et presque doux aux oreilles. Il n'avait jamais pensé pouvoir ressentir du plaisir à recevoir quelque chose que quelqu'un aurait payé pour lui. Mais Sang Chol lui offre des cadeaux. De lui-même. Sans qu'aucune demande n'ait été faite, sans occasion spéciale. Juste pour le faire sourire, juste comme ça. Et sourire, ce n'est pas rien, loin de là, surtout de la part du vietnamien qui a oublié comment faire. Il a oublié comment vivre avec les autres, il a oublié le sens du mot gratitude. C'est la raison pour laquelle il lui faisait peur, au début. Il se demandait s'il n'avait pas une raison pour se montrer aussi attentif. Mais il a fini par vouloir croire. Faire confiance, penser qu'au final, peut-être qu'il n'y avait rien. Que Sang Chol était juste... gentil. Alors maintenant voilà. Deux pantalons, parce qu'il n'a pas su choisir. Sérieusement ? Le jeune homme se mord la lèvre, se sent rougir d'embarras, à l'idée qu'il le fait payer autant pour rien. C'est dingue ; la gêne suinte par tous ses pores quand il s'agit d'être reconnaissant, alors qu'il a vécu tellement de situations dérangeantes et malsaines sans même réagir. "Ça t'a coûté combien ?"  Question tout juste soufflée alors qu'il reste debout, posant le sac à côté du lit. "Je vais les essayer. Tout à l'heure." Quels mots utiliser ? Comment dire qu'on aime, comment dire qu'on regrette ? Il ne trouve jamais le bon vocabulaire, jamais la bonne façon de formuler les phrases. Il est juste là, être fragile et sensible coincé dans un corps maladroit et un cerveau trop compliqué. Dans sa bulle qui menace d'éclater, dans des nuages qui lui noient les pensées.
Pour l'instant il a juste trop chaud. La séance mannequinat passera après. C'est en lâchant un soupir qu'il se passe une main dans les cheveux. Il n'a même pas eu le temps de sécher... Grimaçant, comme s'il allait s'excuser, il lance un nouveau regard à son visiteur. "Désolé hyung, j'étais dans la douche." Evidemment. Énoncer ce fait semble presque ridicule, mais son esprit embrouillé n'y prend pas gare. Il a du mal à raisonner droit, à savoir ce qu'il veut dire exactement. Et étrangement, l'idée de simplement s'habiller ne l'effleure même pas. Trop chaud, encore une fois. C'est marrant, cet effet qu'a l'alcool, de le rendre mille fois plus bavard qu'il ne l'est réellement. Il s’assoit sur les draps, aux côtés de son... ami ? Il réalise qu'il ne peut pas le qualifier de tel, qu'il ne sait pas comment le qualifier alors. Il le fixe de ses yeux sombres. Sale habitude à lui, de dévisager les autres. Mais c'est juste pour voir. Pour voir qui ils sont, ce qu'ils font là. A quoi ils pensent. S'ils veulent de lui. Sang Chol n'a jamais voulu de lui. Il n'a jamais remarqué un semblant d'envie, de désir physique, de vice. Ce n'est pas pour profiter de son corps qu'il lui offre des pantalons. Ce n'est pas pour passer une séance professionnelle qu'il vient là toutes les semaines. Il ne sait pas, de toute façon. Et ça rend le plus jeune heureux. Il est un être humain pour lui, peut-être misérable, mais humain tout de même. C'est trop compliqué de méditer tout ça, ça se brouille, ça fait fouillis, pour ne laisser que la vague impression d'affection et de reconnaissance qui fait gonfler sa confiance en lui.  
Il s'allonge, la serviette toujours impeccablement nouée. Bas sur la taille, laissant entrevoir la courbe de ses hanches et les lignes en v que forment ses muscles délicatement dessinés, par ce travail qui mise tout sur le physique et c'est tout. Même si au final, il n'est rien d'autre qu'un objet dans lequel ils se vident tous. Il sert un sourire à Sang Chol. Ce genre de sourire extatique, un peu distant qui n'a pas vraiment de signification, qui s'efface d'ailleurs en une seconde à peine. Il se mord la lèvre, laissant ses paupières se fermer doucement. "On meurt de chaud bordel..." Ou bien c'est juste lui. C'est juste lui mais il n'a pas le recul nécessaire pour s'en rendre compte.  

_______________________________


Serré, fourmillant, comme un million d'helminthes, dans nos cerveaux
ribote un peuple de Démons, et, quand nous respirons, la Mort dans
nos poumons descend, fleuve invisible, avec de sourdes plaintes. Si le viol,
le poison, le poignard, l'incendie, n'ont pas encor brodé de leurs
plaisants dessins le canevas banal de nos piteux destins, c'est que notre
âme, hélas ! n'est pas assez hardie.


(c) acidbrain
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://calix-sanguinis.forumactif.org/t1401-anh-hao-he-d-trade-h
Calices
willing slaves

Pseudo : Kwonhyo
Avatar : Ivan Chang
Messages : 13
Double compte ? : Cheo & Soo Hyun

Age : 29 ans
avatar
Ryeom Sang Chol
MessageSujet: Re: and you begin to wonder why you came + SANG CHOL   Dim 18 Sep - 21:18

Sang Chol n’est pas le genre de garçon assez gentil ni assez naïf pour acheter tout et n’importe quoi à n’importe qui. Pourtant, dès qu’il s’agit d’Anh Hào, il ne peut s’empêcher de lui acheter des choses. Comme lui, il ne sourit jamais, il se méfie de tout le monde, survit plus qu’il ne vit. Peut-être que cette ressemblance lui a donné un déclic pour l’aider ? Peut-être que la bouille d’enfant qu’il arbore lui a donné envie de le choyer ? Il ne sait pas trop. Il le fait parce qu’il en a… envie. Tout simplement. Sans oublier que puer l’argent ne l’intéresse pas non plus. Il n’est pas matérialiste, avoir trop de choses le fatigue plus que le rassure. Alors autant faire sourire quelqu’un en lui offrant un cadeau, sans penser que ça pouvait gêner ou être mal interprété puisqu’il n’a jamais vécu la situation où il recevait quelque chose. Pas d’anniversaire, pas de cadeau pour simplement faire plaisir. La triste vie d’un enfant qui a vécu toute sa vie en foyer à vrai dire. Voilà pourquoi il ne comprend pas la réaction du garçon quand il lui demande aussi bas combien ça lui a coûté. D’ailleurs il ne lui répond même pas. Pourquoi lui répondre ? Ça ne servirait à rien. Ce n’est pas comme si il attendait quelque chose en retour de sa part, même le mot ‘merci’ lui semble être de trop…

Alors il reste silencieux, les yeux rivés sur la silhouette devant lui jusqu’à ce qu’il lui dise qu’il les essayera tout à l’heure. Un simple hochement de tête pour lui dire qu’il n’y avait pas de soucis, qu’il pouvait prendre son temps et même les essayer plus tard s’il voulait. Ce n’est pas important. Du moment qu’ils lui vont et lui plaisent, c’est l’essentiel. Mais alors que son cadet grimace et s’excuse, un sourire prend place sur les lèvres du plus âgé, visiblement légèrement amusé par ses mots. « J’avais deviné, t’inquiètes pas. » Il ne fallait pas être devin pour remarquer ce genre de choses. Ce n’est pas comme si Anh Hào avait pour habitude de se balader en serviette chez lui ou pire encore ! Se promener nu dans sa chambre alors que n’importe qui pouvait venir le voir. Non, ce n’est pas dans ses habitudes alors la douche était la seule option possible. Même si avouons-le, à ce moment, Sang Chol se demande pourquoi il ne prenait pas la peine de s’habiller…

Il ne bouge pas quand Anh Hào s’installe à ses côtés, ni quand il le dévisage, il sait que c’est dans ses habitudes de faire ça, ça ne le gêne plus à présent contrairement à avant. Ce n’est que quand il lui offre un sourire qu’il ne fait fonctionner les muscles de son visage pour lui en offrir un en retour. Mais lorsque le contact visuel est rompu, toute son attention est attirée par le corps du plus jeune. Comment il peut aussi bien bâti à son âge ? Les pupilles brunes du plus vieux s’aventurent sur cette peau de porcelaine sans un semblant de gêne jusqu’à ce qu’il ne voit la serviette et… Détourne le regard. Il déglutit. Il n’aime pas cette sensation qui grimpe en lui. Il commence à avoir chaud d’ailleurs. Il est mal dans ces vêtements, dans cette pièce. Il veut partir, ne plus voir Anh Hào, ne plus l’entendre. Mais quelque part, il n’a pas envie de partir non plus. Il est heureux de le voir, de constater qu’il est assez à l’aise pour être vêtu de la sorte, dans un lit, avec lui…

« On meurt de chaud bordel... »

Alors lui aussi à chaud ? Peut-être que c’est juste la température de la pièce au final… ? Décidant de se lever pour remédier à ça, il va vers la fenêtre et l’entrouvre assez pour laisser un filet d’air rentrer sans que ça ne soit trop important pour le faire tomber malade. Une fois fait, il revient dans le lit, à sa place initiale, ou peut-être un peu plus loin du garçon ? Sans doute plus loin oui. Ses coudes se posent sur ses genoux et il appui sa main contre sa joue, les yeux tournés vers le plus jeune.

« Il fait plus chaud que d’habitude… T’as le chauffage ? »

Il sait que son état à lui n’est pas dû à la température de la pièce, mais celui du garçon ? Pourquoi il a chaud comme ça ? Oh. La douche ? « Prends pas tes douches trop chaudes... » Malgré lui, ce conseil sonne comme un ordre, effet de sa voix monotone et grave dans toutes les circonstances. Une lassitude interne le gagne en se rendant compte de cela mais Anh Hào ne s’en est jamais plaint pour le moment… et il espère que ça continuera. Tout comme il espère qu’il ne relèvera pas le fait qu’il ait chaud lui aussi, sinon sa timidité et sa gêne risquerait d’être plus violente que jamais.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Humans
we are weak

Pseudo : ethan.
Avatar : wu ji ho (zico).
Messages : 63
Double compte ? : //


Age : 20 ans.
avatar
Yu Anh Hào
MessageSujet: Re: and you begin to wonder why you came + SANG CHOL   Lun 19 Sep - 18:35


D'habitude, il se détourne au bout de quelques secondes, pour la simple et bonne raison qu'être lui-même dévisagé trop longtemps le rend vulnérable. Pas cette fois. Et là, alors qu'il s'allonge sur le dos, il peut sentir les yeux de Sang Chol qui lui collent à la peau. Il ne dit rien pour autant, n'est pas sûr de savoir à quoi il pense. Battant des paupières, il rencontre son regard, esquisse un sourire. Ça aussi, c'est tout sauf normal venant de lui. Mais ce soir, il n'est pas normal. Son sang est chaud, son esprit embrouillé et ses idées trop légères pour faire preuve d'un tant soit peu de cohérence ou de bon sens. Et il voit. Il voit la façon dont il le regarde. Il comprend, parce que ce n'est pas la première fois de sa vie qu'il est sujet à ce genre de choses. Il l'entend lui donner des conseils, lui ordonner de ne pas faire ci ou ça... Il écoute à peine. Il s'en contrefout, il se sent bien. Pour une fois. Dans un coin reculé de son cerveau, il y a toujours la culpabilité d'avoir bu et la conscience que cela ne va pas durer, qu'après avoir plané il va retomber. Et la chute risque d'être douloureuse. Mais de ça aussi, il s'en contrefout. Tout d'un coup il fronce les sourcils alors qu'une nouvelle question lui allume les neurones, comme s'il venait d'entendre la phrase prononcée par Sang Chol... plusieurs secondes auparavant. "Quel rapport entre ma douche et le chauffage ? Il plisse tout d'abord les yeux. Comme s'il se demandait vraiment.. avant de hausser un sourcil. "Ah, tu cherches des excuses..." Il laisse couler les mots d'une voix languissante comme si ce n'était rien du tout. Pas important.
"Sang Chol." murmure-t-il sans se départir de son sourire qui semble juste posé là, distant et sans aucune signification. Il ne prononce jamais son prénom. Il l'appelle hyung, toi ou bien il le traite d'idiot en vietnamien. Mais jamais, au grand jamais il n'utilise son prénom. Ça sonne beaucoup trop intime, trop personnel pour eux deux. "Sang Chol," répète-t-il doucement comme si mouvoir ses lèvres pour former ces syllabes lui était agréable. "Il t'arrive quoi ?" Question ponctuée d'un ricanement bas et presque inaudible, alors qu'il se redresse vers lui. Parce que le concerné a l'air mal-à-l'aise, parce qu'il est trop loin de lui, parce que la façon dont il le fixait un peu plus tôt ne va pas avec son air distant et froid. Il ne l'est pourtant pas plus que d'habitude. C'est Anh Hào, qui est différent. Il se demande ce que l'autre lui veut, pourquoi il se rapproche pas, lui donne pas plus d'affection ou de chaleur humaine tiens... à coup sûr il en crève d'envie. Qui n'a pas envie de lui après tout ? ils le fréquentent tous, les uns comme les autres, seulement pour recevoir quelque chose en échange. Songes sans queue ni tête qui s'accumulent inutilement, illogique incarnée dépourvue de toute forme de gêne ou même d'arrières pensées. "J'ai fait quelque chose de mal ?" On pourrait l'imaginer arborant une expression innocente et curieuse, joueuse, mais ce n'est pas le cas. Il le fixe juste de ses grands yeux noirs qui semblent impénétrables mais pourtant débordants d'émotions en tous genres et pas forcément plaisantes. Il a perdu son recul. "Regarde-moi." Encore une fois, il rit un peu. La situation n'a rien de comique, mais le moindre malaise semble avoir déserté son corps. Il se sent juste euphorique. Mais ce bonheur n'est qu'éphémère, sans valeur, malsain et faux. Depuis quand l'alcool ça rend heureux ? Ça rend con un instant, c'est tout. Et ce qui est bien quand on est con, c'est de ne pas se rendre compte de ce qui nous entoure.
Le Anh Hào bourré ne comprend pas l'individu en face de lui et ne cherche pas à comprendre.  

_______________________________


Serré, fourmillant, comme un million d'helminthes, dans nos cerveaux
ribote un peuple de Démons, et, quand nous respirons, la Mort dans
nos poumons descend, fleuve invisible, avec de sourdes plaintes. Si le viol,
le poison, le poignard, l'incendie, n'ont pas encor brodé de leurs
plaisants dessins le canevas banal de nos piteux destins, c'est que notre
âme, hélas ! n'est pas assez hardie.


(c) acidbrain
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://calix-sanguinis.forumactif.org/t1401-anh-hao-he-d-trade-h
Calices
willing slaves

Pseudo : Kwonhyo
Avatar : Ivan Chang
Messages : 13
Double compte ? : Cheo & Soo Hyun

Age : 29 ans
avatar
Ryeom Sang Chol
MessageSujet: Re: and you begin to wonder why you came + SANG CHOL   Lun 19 Sep - 20:35

Quelque chose ne va pas. Un truc ne tourne pas rond. Tant pour lui que pour Anh Hào. Ce n’est que quand il entend la voix du garçon l’appeler par son prénom qu’il le comprend. Sang Chol est assez attentif pour savoir qu’il ne l’appelle jamais comme cela, jamais il n’a prononcé son nom mais… Quelque part, ça lui fait plaisir de l’entendre sortir de la bouche du garçon. Peut-être parce qu’il n’est pas très frais dans sa tête à cet instant ? L’homme tourne la tête pour poser son regard aussi froid que d’habitude sur le visage de son cadet.

«Qu’est-ce qui lui arrive ? »

C’est la seule question qu’il a en tête et c’est la même qu’il entend, comme un écho des paroles d’Anh Hào. Sauf que lui ne rigole pas et le garçon face à lui si. Est-ce qu’il aurait bu ? Ou pris quelque chose ? Cette pensée n’a jamais atteint Sang Chol jusqu’à maintenant, en même temps, il ne l’a jamais vu boire de l’alcool ou bourré encore. Serait-ce la première fois ? Imperceptiblement, ses yeux se plissent en l’observant attentivement.

« Qui peut bien vendre ce genre de choses à cet enfant ? »

Il se rend compte qu’il ne connait personne dans l’entourage du garçon, il ne sait pas ce qu’il fait quand ils ne se voient pas. Il pensait qu’il ne faisait rien de mal, peut-être même qu’il étudiait ? Mais à le voir dans cet état, il en doute. Il est plus bavard, ce qui est pas plus mal cela dit. Ça change du silence auquel il est habitué, et la voix d’Anh Hào n’est pas la plus désagréable à entendre… Pour ne pas dire qu’elle était même agréable tout aussi déchiré qu’il peut être. Il ne doit pas penser à ça maintenant. Il secoue doucement la tête de droite à gauche, comme pour répondre à une question qu’il vient de se poser et soupire silencieusement en reportant toute son attention sur son hôte qui… lui pose une nouvelle question.

En l’entendant, ses yeux s’agrandissent légèrement sous la surprise. Quelque chose de mal ? Il n’a rien fait de mal, jamais. Pourquoi il penserait ça ? Mais la façon dont il s’est rapproché, sa tenue, tout font qu’il détourne les yeux de nouveau. Pourquoi il sent son corps se réchauffer encore plus ? Il ne peut pas poser la main sur Anh Hào, il ne veut pas.

« Regarde-moi. »

Instinctivement, il tourne les yeux encore une fois vers Anh Hào. Qu’il le regarde ? Il était mal à l’aise à l’époque quand il le fixait et maintenant il demande à être regarder ? « Peut-être qu’il a besoin d’a… d’atten…tion ? » Le plus âgé se mord la lèvre inférieure doucement et lève la main vers le visage du garçon pour poser sa paume sur ses cheveux encore un peu humide, les caressant maladroitement.

« T’as rien fait de mal Anh Hào. »

Voilà qu’il dit son nom aussi… Peut-être qu’ils seront encore plus proche après ça ? Cette pensée le rend nerveux et heureux à la fois. Il veut vraiment être plus proche d’Anh Hào mais… ça signifie s’attacher, faire attention… avoir ce genre de gestes… C’est dur pour lui. Rien que poser sa main dans les cheveux du garçon lui semble difficile alors imaginer qu’il veuille un câlin et c’est la fin du monde.

D’ailleurs il sent ses joues rougir juste en y pensant. Le corps d’Anh Hào, contre le sien, ses bras autour de lui… Non. Non et non. C’est trop bizarre. Et puis il doit se concentrer sur la situation actuelle, il sait ce que ça donne d’avoir un type bourré avec lui, alors évitons tout débordement avec celui qu’il considère comme son protégé.

« Je… » Il commence à parler pour tenter de le rassurer sur le fait que c’est lui qui se sent bizarre mais… Comment il pourrait dire ça ? Comment il pourrait formuler sans lui faire comprendre ? … Ah… Les relations humaines sont tellement difficiles. Voilà pourquoi il les limite au maximum. Ça fatigue, ça angoisse, ça rend bizarre. Il est bizarre. Encore plus à force de réfléchir à tout ça.

« C’est moi. C’est pas toi… Le souci. » Avec ça, c’est assez clair n’est-ce pas ? Peut-être qu’il va lui demander plus de détails, lui poser des questions ou peut-être tout simplement lire dans son esprit ce à quoi il pense… Il n’en sait rien. Personne n’a jamais réussi à le comprendre alors ça l’étonnerait énormément que Anh Hào y arrive. Même si ça lui ferait plaisir… Un peu ? Oui, mine de rien, ça lui plairait d’être compris mais pas dans cette situation… Pas alors qu’il a aussi chaud, qu’il est aussi mal à l’aise, d’ailleurs ça ne fait qu’empirer en se disant qu’il était dans le lit avec le garçon totalement nu sous le seul tissu qui le couvre.

Sang Chol détourne les yeux à nouveau et soupir de lassitude. « Recule. » Plus qu’un conseil ou une demande, c’est un ordre qu’il lui donne. Il ne veut pas l’avoir aussi près de lui. Il ne veut pas sentir sa chaleur ou sa peau près de la sienne. Le pire serait de sentir son odeur, de sentir son souffle sur sa peau… Encore une fois, il fait taire son cerveau comme il peut et se met même à serrer les dents. Il n’a pas le droit d’avoir ce genre de pensées. Pas maintenant. Une fois chez lui oui, mais pas avec le garçon à ses côtés..
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Humans
we are weak

Pseudo : ethan.
Avatar : wu ji ho (zico).
Messages : 63
Double compte ? : //


Age : 20 ans.
avatar
Yu Anh Hào
MessageSujet: Re: and you begin to wonder why you came + SANG CHOL   Mer 21 Sep - 21:32



Il le regarde, enfin. Il fait attention à lui. Dieu sait à quel point il a besoin d'attention. L'alcool le rend faible, et son corps se secoue d'un léger sursaut lorsqu'il sent la main de Sang Chol dans ses cheveux trempés. C'est si... agréable. Agréable car inhabituel. Ça aussi, c'est quelque chose de nouveau, qu'ils ne font pas. Aucun des deux n'est friand de contacts physiques. Leur relation est purement platonique. L'a toujours été. Surprenant d'ailleurs, puisque le vietnamien n'entretient jamais de relation platonique. Ils ne sont pas amis non plus. Anh Hào bat des paupières, garde les yeux confortablement perdus dans ceux du plus âgé. Troublé et confus, tout fond dans sa tête. Stupide, il se sent stupide d'avoir fait une telle connerie juste avant leur moment passé ensemble. Mais voilà, il ne peut même pas se concentrer là-dessus, il ne peut penser à rien. C'est ce qu'il voulait, non ? En dépensant tout cet argent dans des bouteilles. Un soupir tremblant lui échappe. Il se sent bizarre, fébrile. Ferme les yeux quelques secondes, sent les caresses de Sang Chol et décide de s'y abandonner sans réfléchir. Mauvaise idée. C'est trop étrange pour eux deux, trop intime. Il n'a pas le droit. C'est mal. Il n'a pas le droit de penser à ça, il a l'impression de souiller la pureté si précieuse de leur relation rien qu'en y songeant. Mais il a vu la façon dont il le dévisageait. Il a vu, il a compris et maintenant il ne sait plus s'il doit aller bien ou mal. Il ne peut pas imaginer ces choses, pas avec lui. Pas avec le seul homme qui ne lui a jamais rien demandé en retour, qui n'a jamais essayé de prendre quoique ce soit de lui.
"C’est moi. C’est pas toi… Le souci. " Il le dévisage de son regard vide et noir sans comprendre. Qu'est-ce qui ne va pas, alors ? Y-a-t'il quelque chose... qui... ne colle pas ? Entre eux deux ? Tout à coup des dizaines d'hypothèses insensées, guidées par une angoisse irrationnelle : Est-ce qu'il se force à venir me voir ? Est-ce qu'il sait...? Est-ce qu'il a décidé de venir pour me payer et..? Non, c'est définitivement répugnant de l'imaginer agir de cette manière. Jamais Sang Chol ne ferait quelque chose comme ça. "Alors dis moi ce que c'est.. ton souci." Il se force à prendre du recul, de la hauteur. Pourquoi il s'inquiète, même ? Ça ne lui ressemble pas. Il n'en a rien à faire. Est censé n'en avoir rien à faire. Ce n'est qu'un homme parmi tant d'autres... Il est bourré, donc émotif. Ça doit être ça. Juste ça et rien dire. C'est mal de te mentir à toi-même. C'est rassurant. Pour le moment. Il sait qu'il ruminera plus tard, qu'il aura des remords et des angoisses. Tout va bien, pour l'instant. Tant qu'il ne passe pas encore ses journées à penser à lui, tant qu'il n'est pas encore trop attaché pour être incapable de faire marche arrière.
"Recule." C'est tout. Juste ce mot prononcé de sa voix grave et qui ne laisse pas place à la discussion dans ce cas-là. Il a soupiré. Comme s'il n'avait aucune envie d'être là.
Anh Hào fronce les sourcils, alors qu'une envie de... désobéir monte en lui sournoisement. Ce n'est pas juste soudain, spontané sans aucune raison. Il a l'impression que son corps entier est en ébullition, et c'est tellement, mais tellement putain de frustrant de voir l'autre se comporter de la sorte, le laisser sans réponse satisfaisante, l'obliger à se poser des questions. Il n'a pas envie de s'embêter ou de se prendre la tête. Il a envie de se détendre, de se sentir mieux, de recevoir de l'attention. Un rire nerveux franchit la barrière de ses lèvres. "Tu me donnes des ordres ?" Comme pour se confronter à lui, lui montrer qu'il ne l'intimide pas le moins du monde. Pas quand il est dans cet état, en tout cas. Il ne s'arrête que quand il est à quelques centimètres à peine de son visage, pouvant presque sentir son souffle. Là où il aurait d'ordinaire ressenti de la gêne, il ne perçoit qu'une envie de lui tenir tête, alors que son humeur brouillée et surexcitée se trouve agrémentée d'une pointe d'adversité. "Et pourquoi j'devrais faire c'que tu dis, dis moi ?" Il murmure les syllabes très lentement, les détachant bien les une des autres, tellement doucement que s'il n'avait pas été aussi proche, ça se serait apparenté à un chuchotement sans signification. Un sourire sans joie étire ses lèvres, un sourire teinté de sarcasme, un sourire purement provocateur. Il ne sait plus à quoi il pense ou ce qu'il fait vraiment. Il veut juste le faire réagir, bordel. "Menteur... T'as pas envie que je recule, hein ? fais pas semblant avec moi."
Une partie de lui se rend compte d'à quel point ce jeu stupide est risqué. Cette partie lui conseille vivement d'arrêter, dans un coin de sa tête qu'il préfère éteindre pour le moment. Sang Chol ne sait pas qui il est, quel genre de personne il est, quelle vie il mène. Il ne doit pas savoir. Mais même ça lui apparaît comme un détail maintenant.  Il soupire. Il sent l'alcool, et vu la distance qui les sépare - quasiment inexistante - ce ne serait pas étonnant qu'il ne le remarque.

_______________________________


Serré, fourmillant, comme un million d'helminthes, dans nos cerveaux
ribote un peuple de Démons, et, quand nous respirons, la Mort dans
nos poumons descend, fleuve invisible, avec de sourdes plaintes. Si le viol,
le poison, le poignard, l'incendie, n'ont pas encor brodé de leurs
plaisants dessins le canevas banal de nos piteux destins, c'est que notre
âme, hélas ! n'est pas assez hardie.


(c) acidbrain
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://calix-sanguinis.forumactif.org/t1401-anh-hao-he-d-trade-h
Calices
willing slaves

Pseudo : Kwonhyo
Avatar : Ivan Chang
Messages : 13
Double compte ? : Cheo & Soo Hyun

Age : 29 ans
avatar
Ryeom Sang Chol
MessageSujet: Re: and you begin to wonder why you came + SANG CHOL   Mer 21 Sep - 22:43

Lorsqu’Anh Hào lui demande quel est son souci, il ne répond rien. Il ne veut pas lui dire. Ce n’est pas ce genre de relation qu’il veut avec lui, ni avec personne d’ailleurs. Tout ça est tellement inutile, futile, embêtant. Pourquoi son corps doit-il se comporter de cette façon ? Il n’aime pas ça et pourtant, il le vit parfois. Très rarement. C’est ce qui est encore plus frustrant. Le fait que ce très rarement soit maintenant… ça aurait pu attendre. N’importe quand, n’importe où, mais pas dans cette chambre avec le garçon. Alors il lui donne l’ordre simple de reculer ce qu’il ne fait visiblement pas. Est-ce qu’il a vraiment l’intention de se comporter de cette façon ? Il veut vraiment jouer la carte de la confrontation entre eux ? Il n’en a pas envie. Il ne veut pas se prendre la tête avec le plus jeune. Mais il semble devoir le faire s’il veut pouvoir garder la même relation qu’avant avec lui. « Fatiguant. » pense-t-il alors. Comme toujours. Comme tout le monde. Est-ce que Anh Hào est finalement comme la plupart des gens qui font ce monde ? Une pointe de déception le gagne soudainement, chose incroyable le connaissant…

« Et pourquoi j'devrais faire c'que tu dis, dis-moi ? »

De l’alcool. Il sent parfaitement l’odeur d’éthanol sortir des lèvres du plus jeune et la déception qu’il ressentait disparaît peu à peu. Il n’est pas dans son état normal, alors il le pardonnera. En temps normal, il se sentirait extrêmement mal d’avoir quelqu’un aussi près de son visage, mais cette fois, il laisse passer et le fixe dans les yeux sans se détourner. S’il veut une confrontation, il l’aura. Sang Chol n’a pas l’intention de l’abandonner aussi facilement ce petit. « Menteur... T'as pas envie que je recule, hein ? Fais pas semblant avec moi. » Un sourire étire les lèvres de Sang Chol, incapable de le réprimer tellement le comportement de Anh Hào l’amuse… Et l’énerve en même temps. Il lève une de ses mains, plis chacun de ses doigts sauf son index qu’il dépose sur les lèvres pulpeuses du garçon.

« Tu penses pouvoir me comprendre alors, puisque t’affirme que je mens. »

Le plus vieux s’amuse à caresser les lèvres beaucoup trop proche de son hôte de son doigt frais, retraçant chaque contour de celle-ci. « Dans ce cas dis-moi. Pourquoi est-ce tu devrais écouter ce que je te dis de faire ? » Après avoir retracé chaque partie de ses lèvres, son index se glisse jusqu’à son menton et remonte vers son oreille en effleurant sa mâchoire lentement. Sa voix, malgré la proximité, malgré ses gestes, restent aussi monotone qu’habituellement. Ses vêtements le dérange toujours autant et pourtant, il ne montre pas le montre signe de désir envers le garçon. « Pourquoi je te dirais de reculer si je ne voulais pas que tu le fasse ? »

Ses doigts maintenant sur sa mâchoire, il les laisse glisser vers son cou et l’entoure de ses doigts pour le pousser doucement de force. Chacun de ses gestes reste délicat et calculé, comme s’il ne voulait pas le briser ou lui faire mal d’une quelconque façon tout en gardant un certain contrôle sur lui. Une fois à une distance raisonnable, il se redresse sur ses deux pieds, les yeux baissés vers le jeune garçon.

Comment il va gérer le souci d’Anh Hào bourré ? La dernière fois qu’il a eu un type bourré sur lui, il s’est endormi sans prévenir… Peut-être que ça fera pareil avec lui ? Cela dit… Il n’a pas franchement envie de tenter le coup. S’il se laisse mettre en position d’infériorité, dieu sait ce qu’il peut se passer… Un autre soupir passe ses lèvres et il ferme les yeux quelques secondes le temps de réfléchir pour ne pas avoir la vision du garçon en serviette dans un lit et être plus enclin à prendre une décision correcte. « Qu’est-ce que je vais faire de toi… » souffle-t-il tout bas, plus pour lui-même que pour Anh Hào véritablement. Le voilà dans une impasse. Donner ce qu'il veut à Anh Hào? L'attacher au lit jusqu'à ce qu'il redescende sur Terre? Le mettre sous une douche froide? Il ne sait pas quoi faire exactement et c'est le plus embêtant pour lui qui aime que tout soit fait correctement...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Humans
we are weak

Pseudo : ethan.
Avatar : wu ji ho (zico).
Messages : 63
Double compte ? : //


Age : 20 ans.
avatar
Yu Anh Hào
MessageSujet: Re: and you begin to wonder why you came + SANG CHOL   Jeu 22 Sep - 19:37

Il voulait juste attirer son attention, le provoquer, espérant une réaction de sa part, lui qui ne montre jamais rien. Ou pas assez en tout cas. Mais là, il se sent à sa merci, totalement piégé alors que ses poumons se vident de tout leur air en l'espace de quelques secondes. Son doigt sur ses lèvres, sa voix basse qui lui adresse ces mots impossibles à interpréter. Il déteste ça, il le déteste tellement. Il déteste être vulnérable, il déteste ne pas savoir ce qu'il pense, et surtout, il déteste s'inquiéter à ce propos. Mais plus que tout, il se dégoûte. Il sait que Sang Chol a envie de lui, il en est certain. Juste comme tout le monde. Pourquoi il est celui qui se sent faible maintenant ? Pourquoi il pense à tout ça alors que le désir est une chose qu'il n'est pas censé connaitre, qui le répugne ? Pour lui ça n'a toujours été qu'une histoire d'argent, d'intérêt. Pour lui, ça n'a rien à voir avec les sentiments. Il ignore ce qu'il veut, où il s'égare et ça lui fait peur, ça l'irrite. Il se déteste tellement, il a envie de se cacher ou de s'éloigner le plus possible de lui. "Dans ce cas dis-moi. Pourquoi est-ce tu devrais écouter ce que je te dis de faire ?" Il plisse les yeux, sans le quitter du regard parce qu'il n'en est pas capable, même s'il aimerait pouvoir. Il ouvre la bouche comme pour répondre mais a l'impression que les mots ne sortiront pas de toute manière. Les mouvements que Sang Chol effectue du bout des doigts, la façon dont il effleure sa peau sont bien trop... distrayants. Il a déjà du mal à se concentrer, alors comme ça... "Pourquoi je te dirais de reculer si je ne voulais pas que tu le fasse ?" Le contrôle. Le contrôle est la chose la plus importante. Il le sait et prend quelques secondes pour soupirer, inspirer, soupirer encore. "Tu as envie de moi mais t'assumes pas." Il murmure ces mots dans un souffle, et cette fois, ce n'est pas parce qu'ils sont proches, mais parce que sa voix risquerait de trembler sinon. Il a peur de ne plus en être si sûr à présent. Vu comment l'autre le mène par le bout du nez, sans avoir même l'air d'en avoir quelque chose à faire. Blessant. Il se mord la lèvre. Finit par détourner le regard quand il sent ses doigts froids entourer sa gorge brûlante. Il n'y arrive pas, il ne peut pas lui tenir tête éternellement de cette façon. Et ça l'énerve, oh que ça l'énerve.
Leur proximité n'a été qu'éphémère, et voilà que Sang Chol est sur ses deux pieds, alors que lui n'a pas bougé du lit. Déjà trop loin. C'est dingue, comment la distance est facile à franchir. Il pourrait se lever, s'approcher de lui et presser ses lèvres contre les siennes, détruire ce vide qui les sépare en moins de temps qu'il ne faut pour le dire, et anéantir toute pensée déplaisante. Mais même cette image, il doit la chasser. Il ne pense jamais à ce genre de choses. Mais ce n'est pas de sa faute, il ne peut pas oublier les yeux du plus âgé rivés sur lui, laissant comme des marques invisibles sur sa peau nue. "Qu’est-ce que je vais faire de toi…" Ces mots sonnent de façon extrêmement déplaisante. Il se décide à fixer le sol comme si c'était la chose la plus passionnante qu'il ait jamais vue auparavant. Toujours de la haine, qui bouillit dans ses veines, et de la rancœur, une envie de chercher la merde. Mais il a compris que ça ne marchera pas avec Sang Chol. Car Sang Chol s'en fout, car il est le seul à être vexé. C'est tellement stupide, d'ailleurs. Il a l'impression d'être un enfant qui découvre le monde, d'être immature et incapable de se contrôler. Et même l'alcool ne l'empêche pas de se maudire. "Si ça t'fait chier tu peux t'en aller, hein." Ce n'est que de la provocation, une simple réaction presque indignée qu'il lui sert avec un regard noir. S'il part vraiment, il ne saura pas quoi faire... Et il est incapable de s'excuser. Incapable même de retenir ses paroles, de ne pas sortir juste n'importe quoi. Surtout maintenant. Il agit spontanément, sans aucun bon sens ou réflexion. "J'comprends pas pourquoi tu me rejettes, je sais que t'en as envie bordel..." Il murmure tout ça en se levant à son tour, ne prenant pas cette fois la peine de se rapprocher plus que nécessaire. "J'te connais pas. Tu montres rien, j'sais pas ce que tu penses de moi." Qu'est-ce qu'il raconte ? Le Anh Hào sobre n'aurait jamais dit ça. N'aurait presque jamais pensé à ça, même. Mais c'est comme ça, il voit rouge, il grince des dents et laisse même échapper un petit ricanement sans joie, débordant de sarcasme. Il lui sert un sourire en coin qui pourrait sembler joueur, mais ce n'est en vrai que du cynisme, une pointe d'ironie dans sa frustration réelle. - qui vient du fait qu'il ait bu, qui vient de l'aspect psychologique de la relation mal définie qu'ils entretiennent; mais à présent, l'aspect physique ne parait pas négligeable non plus. "Ça m'soûle. Pourquoi t'inverses les rôles ? C'est toi qui veux ça, et pas le contraire. J'l'ai remarqué putain, je suis pas con Sang Chol." Les sons coulent d'entre ses lèvres, sur un ton calme mais qui transpire la fureur. Il ne parle jamais autant. Jamais pour dire autant de connerie, surtout.
Il va regretter.

_______________________________


Serré, fourmillant, comme un million d'helminthes, dans nos cerveaux
ribote un peuple de Démons, et, quand nous respirons, la Mort dans
nos poumons descend, fleuve invisible, avec de sourdes plaintes. Si le viol,
le poison, le poignard, l'incendie, n'ont pas encor brodé de leurs
plaisants dessins le canevas banal de nos piteux destins, c'est que notre
âme, hélas ! n'est pas assez hardie.


(c) acidbrain
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://calix-sanguinis.forumactif.org/t1401-anh-hao-he-d-trade-h
Calices
willing slaves

Pseudo : Kwonhyo
Avatar : Ivan Chang
Messages : 13
Double compte ? : Cheo & Soo Hyun

Age : 29 ans
avatar
Ryeom Sang Chol
MessageSujet: Re: and you begin to wonder why you came + SANG CHOL   Jeu 22 Sep - 22:14

Sans comprendre pourquoi, Anh Hào semble s’animer. S’énerver même ? Sang Chol reste silencieux en le voyant dans cet état, peu habitué à le voir aussi… expressif et émotif. Est-ce qu’il a dit quelque chose qu’il ne fallait pas ? Quelque chose qui aurait blessé le garçon ? A voir la façon dont il fixe le sol, ce regard noir qu’il lui lance juste après et ses mots qu’il semble presque lui cracher à la figure avec un sarcasme indéniable… Il sait qu’il a dit quelque chose qu’il ne fallait pas. Mais il n’arrive pas à mettre le doigt sur ce que c’est exactement. Le fait qu’il le repousse ? Qu’il lui dise les choses comme ça lui vient ? Ou qu’il « n’assume pas » avoir envie de lui comme dirait Anh Hào ?

Le cerveau, peu habitué à la socialisation, de Sang Chol semble tourner à plein régime pour savoir ce qui se passe. Pourquoi. Et comment arranger cette situation. Mais voilà que le plus jeune est sur ses pieds et semble… Lui faire des reproches ? Il ne le connait pas, il ne montre rien, il ne dit rien, il le sait. Il a horreur de parler de lui en même temps, rien de bien étonnant donc. Mais venant d’Anh Hào qui ne se plaint jamais, qui ne lui reproche jamais son comportement… ça gêne. Ça fait même mal. Et puis il repart sur un autre sujet qu’il ne comprend pas forcément. C’est lui qui a voulu ça… ? Il ne comprend pas. Il a voulu quoi ? Qu’est-ce qu’il a instauré qui aurait pu rendre Anh Hào aussi sensible ? Son silence ? Ses cadeaux ? Son éloignement ? Tout à commencer quand il s’est éloigné alors ça doit être ça. A moins qu’il ne parle de l’envie qui a décidé de venir son foutre son bordel dans leur moment rien qu’à eux ? Toutes les théories s’enchainent dans son esprit mais avant qu’il ne puisse continuer à l’embrouiller d’avantage, Sang Chol pose sa main sur les lèvres du jeune homme pour le faire taire.

« Calme-toi… S’il te plait, reste calme. »

Il soupire, encore, et espère avoir quelques secondes au moins avant de devoir parler à nouveau. Il va devoir s’expliquer. Lui dire pourquoi il a reculé. Pourquoi il ne veut pas poser la main sur lui. Pourquoi… Pourquoi trop de choses. Il ne s’est jamais expliquer et va à présent devoir le faire. Voilà ce qui arrive quand on passe trop de temps avec quelqu’un, quand on ne veut pas s’éloigner de quelqu’un parce qu’on se sent bien avec cette personne… Pour la première fois de sa vie, un sentiment de peur le gagne et s’installe dans son ventre. Le plus âgé libère le plus jeune après un moment et plante ses yeux dans les siens, tentant de comprendre son humeur pour savoir par où commencer.

« J’ai envie de toi aujourd’hui. » Premier malentendu levé se dit-il alors avant de penser à ce qu’il devra dire ensuite. Il se contrôle tant bien que mal pour s’exprimer correctement et rassuré Anh Hào comme il faut. « Mais.. J’ai pas envie de te toucher… Enfin… Je veux pas. Plus précisément. » Ses sourcils se haussent doucement, comme s’il voulait avoir l’air sérieux et convaincant envers lui sans savoir si ça marchait vraiment. Il plonge les mains dans ses poches et plisse légèrement les yeux, déjà occupé à réfléchir au reste. Ce qu’il pense de lui…

Voilà autre chose d’embêtant. Qu’est-ce qu’il pense de lui ? Ce n’est pas vraiment un ami. Ni une connaissance, il est plus que ça. Comme un frère ? … Il ne sait pas ce que c’est que d’avoir un frère. Pendant quelques secondes, il fixe le sol avant de murmurer tout bas. « J’t’aime bien. » Il l’aime bien… Ok. Il l’a dit. Alors que ses joues prennent une jolie teinte rosâtre, il réfléchit à changer le sujet aussi vite que possible. Il ne le connait pas. C’est vrai. Qu’est-ce qu’il pourrait dire pour qu’il le connaisse ? Ce n’est pas comme si il lui posait des questions sur sa vie, ses passions ou quoi non plus… Et lui ne sait pas parler de sa personne alors le voilà dans une petite impasse de ce côté-là.

« Si… T’as des questions… J’y répondrais… »

« Comme ça c’est plus simple pour tout le monde » se dit-il alors. En tout cas plus simple pour lui. Il pince les lèvres et repose toute son attention sur Anh Hào. Encore une fois. Il a toute son attention. Ses épaules se tendent sous le stress, la tension, tout est tellement… Bizarre aujourd’hui. Pourquoi les choses ont changées à ce point entre eux ? Sang Chol commence à se mordre la lèvre et tend la main vers lui avant de lui faire signe de venir contre lui. Il sait que Anh Hào à besoin d’attention, d’affection même. Chose qu’il ne lui a jamais vraiment offert jusqu’à maintenant alors il peut tenter de se rattraper… S’il n’est pas trop tard ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Humans
we are weak

Pseudo : ethan.
Avatar : wu ji ho (zico).
Messages : 63
Double compte ? : //


Age : 20 ans.
avatar
Yu Anh Hào
MessageSujet: Re: and you begin to wonder why you came + SANG CHOL   Lun 3 Oct - 17:41

Il n'a même pas l'opportunité de se rendre compte à quel point il est mal. L'alcool empoisonne son sang, son cerveau, son système nerveux et ses émotions déjà bien trop endommagées avec le temps ; il le sait mais à chaque fois il finit par par recommencer. C'est pour ça qu'au lieu de lui sembler rassurant ou mal-à-l'aise, Sang Chol lui apparaît simplement comme désinvolte : il s'en contrefout, il ne fait pas d'efforts pour lui, il se contente de lui demander de se calmer, comme il parlerait à un enfant en plein caprice. Il a l'impression de converser avec quelqu'un d'un autre monde, ou alors c'est son monde à lui qui est complètement décalé. Toujours est-il que la frustration se mue en chagrin, le chagrin en colère. Il est rarement énervé, pour ne pas dire presque jamais. Mais les passions sont comme du gaz jeté dans une cheminée, elles menacent de vous faire exploser à tout moment. Il ne fait aucune exception à la règle. Et Sang Chol avait envie de lui, et il s'était apprêté à retirer la dernière couche de tissu le recouvrant et à lui proposer un instant d'extase et de flottement sans qu'il n'ait rien à payer en échange. Comme une pute. Parce qu'au final c'est tout ce qu'il est, une pute, ce mot qu'il a entendu toute sa vie, et qui réduit à néant ses sentiments, ses désirs, ses relations humaines qu'il essaie de protéger. A chaque fois, malgré lui, il en est réduit à ça, à être un objet qui s'en contente et rien d'autre. "J’t’aime bien.", qu'il lui dit. C'est si peu, c'est tellement pas assez. Et il est si calme (si froid) et il lui parle comme s'il avait fait une grave erreur (comme si encore une fois il n'avait rien été de plus qu'une pute.)
Ça fait plus de mal que ce n'est censé en faire.
"Tu dis n'importe quoi." murmure-t-il alors qu'un sourire nerveux se dessine sur ses lèvres. "Tu paierais pour une bonne pipe, comme tout le monde." Sa voix s'est faite faible, surtout vers la fin. Il essaie de s'en persuader, et surtout de comprendre pourquoi Sang Chol n'est pas comme tout le monde, pourquoi il est le plus répugnant des deux. Mais savoir qu'il a été, lui, Anh Hào, celui qui l'a voulu et qui a fait des avances sans réciprocité, ça le rend fou. Il n'a jamais, au grand jamais senti son attirance, une attirance propre, et il n'a jamais, au grand jamais eu le rôle du pervers qui vient demander. "Pourquoi tu joues avec moi ?" Ses mots sont trempés de doute, de remords, presque tremblants alors que des sanglots viennent se perdre dans sa gorge. Intoxiqué par ses effluves d'alcool, il ne réalise même pas qu'il souffre de ses propres images et que le plus âgé n'a rien fait, si ce n'est être là. Ce qui est déjà beaucoup trop. "Pourquoi tu fais ça ?" Il déteste douter, et des larmes de fureur ou d'impuissance - ou les deux - lui brouillent la vue. Il se redresse en position assise, les poings serrés sur le lit alors qu'il contracte les muscles de sa mâchoire, incapable de se calmer ou de se retenir. Comment il peut lui faire ça ? Le rejeter comme ça ? Et après lui sortir des choses incompréhensibles, prétendre qu'il l'apprécie même ? Ce n'est pas comme ça que les hommes fonctionnent, les hommes couchent ensemble, abusent les uns des autres, le traitent comme de la merde et le considèrent comme étant un bien acquis.
Non pas qu'il aime ça. Non, non. Mais comment ne pas être confus après tout, comment tenter de prendre du bon sens les paroles de Sang Chol, comment interpréter son refus alors qu'il était prêt à faire son boulot bordel ? "Tu peux pas t'contredire comme ça. Tu peux pas juste me servir tes putain d'mensonges."
Il ne sait pas, il ne sait rien de toute façon. Il ne sait pas comment vivre et communiquer avec les gens comme lui, les gens gentils et bien intentionnés.

_______________________________


Serré, fourmillant, comme un million d'helminthes, dans nos cerveaux
ribote un peuple de Démons, et, quand nous respirons, la Mort dans
nos poumons descend, fleuve invisible, avec de sourdes plaintes. Si le viol,
le poison, le poignard, l'incendie, n'ont pas encor brodé de leurs
plaisants dessins le canevas banal de nos piteux destins, c'est que notre
âme, hélas ! n'est pas assez hardie.


(c) acidbrain
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://calix-sanguinis.forumactif.org/t1401-anh-hao-he-d-trade-h
Calices
willing slaves

Pseudo : Kwonhyo
Avatar : Ivan Chang
Messages : 13
Double compte ? : Cheo & Soo Hyun

Age : 29 ans
avatar
Ryeom Sang Chol
MessageSujet: Re: and you begin to wonder why you came + SANG CHOL   Lun 3 Oct - 19:44


Sang Chol tentait d’oublier son côté solitaire pour pouvoir parler avec Anh Hào et ainsi lui expliquer ce qui le dérangeait dans un calme apparent et habituel des plus solennels. Mais au lieu de calmer le garçon, cela eut l’effet inverse. Il n’arrive pas à le convaincre mais ça ne l’étonne même pas en fait… Si lui-même ne croit pas en ses mots, comment quelqu’un d’autre pourrait les croire ? Alors il pince les lèvres et reste silencieux le temps de quelques instants pour pouvoir trouver une solution. N’importe qu’elle solution qui permettrait de calmer le problème actuel et de rassurer l’enfant qu’il a sous les yeux. Parce qu’Anh Hào n’est qu’un enfant vu leur différence d’âge plutôt conséquente. Mais alors qu’il se dit cela, dans une panique intérieure assez importante, ses oreilles captent une phrase qu’il n’aurait jamais voulu entendre de cette voix. Il tourne les yeux vers le plus jeune sans prononcer un seul mot. A-t-il bien entendu ? Il en est persuadé. Son expression n’a pas changé mais son regard, celui avec lequel il fixe Anh Hào silencieusement, se fait d’un noir plus profond que la nuit, plus perçant que n’importe quelle arme. Il sent son sang bouillir dans ses veines de façon incontrôlable. Quelqu’un ose vendre Anh Hào… ? Des hommes posent les mains sur ce corps faible ? L’abusent ? Profitent ? Le salissent… ? Lui.. ? Un simple enfant un peu perdu…? Il ne prend même plus la peine d’écouter ce qu’il lui raconte, Sang Chol est déjà perdu dans une haine meurtrière envers ceux qui ose toucher à SON Anh Hào.

Ce n’est que lorsqu’il entend la voix déraillée de ce dernier qu’il reprend conscience de la situation. Ce n’est pas le moment de penser à ça, il pourra lui en reparler, maintenant il doit seulement le rassurer, le réconforter. Même si tout ça est dû à l’alcool, il ne peut pas l’abandonner, il n’a pas le droit. Alors son regard s’adoucit, s’attendri, comme si dans son état il pouvait voir toute la gentillesse qu’il tente de lui transmettre. L’aureus n’arrive plus à penser correctement, l’esprit perturbé par ce qu’il vient d’apprendre et les larmes qui roulent sur les joues du garçon qu’il aimerait protéger. C’est trop pour lui alors il n’arrive pas à trouver les mots. Rien qu’un mot, une phrase, quelque chose qui pourrait le faire arrêter de pleurer à défaut de trouver les bons mots pour le calmer définitivement… Il se passe une main dans les cheveux en signe de détresse alors que son cœur est surmené. Il ressent beaucoup trop de choses d’un coup. De la haine, de la peur, de la colère, mais aussi de la tristesse et, plus difficilement réalisable, de l’amour. Il a l’impression d’être tiraillé de l’intérieur, d’être perdu lui aussi. Sachant son cerveau hors d’état de fonctionné, il décide donc d’agir, sur l’instinct, sans trop se poser de questions car il ne trouvera aucunes réponses à celle-ci de toute façon. Voilà comment il finit assis à côté d’Anh Hào, les bras autour de son corps pour le serrer contre lui dans une étreinte des plus innocentes. Il reste silencieux quelques instants avant de parler d’une voix plus calme que d’habitude mais aussi beaucoup plus grave.

« Écoutes-moi s’il te plait… Je veux pas de ton corps… Il est beau.. Attirant.. Tout ce que tu veux…. Mais… » Il n’arrive pas à finir sa phrase. Mais quoi ? Qu’est-ce qu’il veut de lui ? Il n’attend rien en particulier… Oui, c’est ça, il n’attend pas de retour pour ce qu’il lui achète ni le temps qu’ils passent ensemble. « Mais.. Je suis juste… heureux quand est on ensemble… Je le montre pas forcément… mais j’aime te faire plaisir… J’aime te voir sourire… » Il ne lâche pas Anh Hào un seul instant, le serrant contre lui un peu plus à chaque fois que la gêne et la timidité le gagne, comme si il pouvait trouver une certaine force à l’avoir entre ses bras. Il devait même être capable de sentir son cœur battre, de façon totalement irrégulière et puissante, mais pour n’avoir jamais serrer quelqu’un dans ses bras, Sang Chol n’en sait rien. Il ne manquerait plus que la gêne de le savoir pour l’abattre d’ailleurs.

Il remplit ses poumons d’air rapidement et souffle par-dessus l’épaule du plus jeune, les yeux fermés, mal à l’aise en se sentant aussi secouer. C’est inhabituel. Déplaisant. Et même si son cœur s’est mis à s’emballer encore plus quand il s’est collé à Anh Hào, il ne veut pas le libérer. Pas tout de suite. Il trouve un certain plaisir à l’avoir dans ses bras de la sorte. Une sorte de bien-être qu’il ignorait jusqu’alors et dont il pourrait devenir dépendant très rapidement. Il sent une de ses mains caresser le dos nu du plus jeune tout doucement, comme pour consoler un enfant en larme. « Excuses-moi… De t’avoir fait souffrir sans m’en rendre compte… »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Humans
we are weak

Pseudo : ethan.
Avatar : wu ji ho (zico).
Messages : 63
Double compte ? : //


Age : 20 ans.
avatar
Yu Anh Hào
MessageSujet: Re: and you begin to wonder why you came + SANG CHOL   Jeu 20 Oct - 15:18

Il se demande ce qu'il fait là, pourquoi même il se laisse faire, quel sens tout ça est en train de prendre. L'autre est si près, il peut entendre les battements de son cœur. Pourquoi est-ce qu'il a l'impression qu'ils sont aussi rapides que les siens ? Pourquoi c'est absurde ? Sang Chol n'est pas comme ça. Sang Chol s'en contrefout, il vient pour discuter, pour lui offrir des cadeaux sans qu'on sache jamais pourquoi. Il vient pas parce qu'il ressent quoi que ce soit pour le vietnamien. Toutes ces histoires d'amour ne sont que le fruit de la frustration de ceux qui n'aiment qu'à sens unique.
Est-ce que j'aime à sens unique ?
C'est tellement con qu'il se sent honteux de lui-même à une telle pensée. Tais-toi et puis c'est tout. Arrête de penser, arrête de pleurnicher et serres le contre toi tant que tu peux.
Il ne veut pas de son corps. C'est ce qu'il a dit. Comment doit-il le prendre ? C'est positif ? C'est négatif ? Il a l'habitude qu'on ait envie de lui. Mais Sang Chol bouscule toutes ses habitudes. Il lui fait peur. J'aime te faire plaisir... J'aime te voir sourire... Les mots sonnent comme irréels, lointains, et c'est à peine s'il en saisit vraiment le sens. Il n'y a plus que sa voix et rien d'autre, il n'y a aucune signification à tout ça. Rien que des couleurs, des angoisses et des émotions qui le secouent tout entier, lui qui avance de jour en jour à moitié endormi. Encore quelques secondes dans ses bras, il pose ses mains sur son torse, probablement parce qu'il ne sait pas où les mettre à vrai dire. Embarrassé, alors qu'il sent une douce chaleur lui chauffer les joues. Il déteste ça ; il n'est pas un gosse en chagrin d'amour.  Pendant une seconde, il se sent soulagé par le fait le plus âgé ne puisse pas voir son visage. Et comme pour en être bien sûr, il enfouit celui-ci dans son épaule, respirant doucement.
Pourquoi il s'excuse même ? "C'est... c'est moi. Désolé." Il l'a dit tout doucement, sur un ton qui se veut indéchiffrable mais encore affaibli par les larmes.
Il y a tant de choses qu'il aimerait pouvoir lui dire, mais il ne sait pas s'exprimer. Et il a peur qu'il s'en aille, après ce qu'il s'est passé. Ou qu'il ne revienne pas la prochaine fois. Ce serait possible. Au fait, Anh Hào est une pute qui se bourre la gueule, en plus. Dégoûtant. Ça pourrait arriver, non ? C'est probablement ce qu'il craint le plus, alors qu'il est supposé n'en avoir rien à faire. Mais s'il reste alors ? S'il continue à lui rendre visite ? Et bien il n'oubliera tout de même pas la façon misérable dont il s'est comporté ce soir, et tout ça à cause d'un léger abus d'alcool. Il se mordille la lèvre, gagné par une nervosité nouvelle alors qu'il se rend compte tout d'un coup que Sang Chol ne partira pas comme ça. Il ne saurait pas l'expliquer, mais il le sait c'est tout. "Dé..désolé encore..."
Et dire qu'il a tenté de le chauffer... Qu'il s'est approché de lui, qu'il lui a fait les yeux doux... il a l'impression qu'il ne pourra jamais se comporter comme avant après ça. C'est tellement humiliant.
Et  il n'y a pas que ça. Il y a tout ce que son ami lui a avoué plus tôt. A présent il se sent bien trop coupable, d'avoir osé lui reprocher quoique ce soit alors qu'il prend la peine de venir le voir avec des cadeaux toutes les semaines. Il n'est qu'un enfant capricieux en manque d'attention, voilà ce qu'il est. "Sang Chol..." Il l'appelle par son prénom mais cette fois ce n'est pas pour le provoquer, ou en tout cas pas dans le même but que précédemment. Il veut le faire réagir un minimum. "...qu'est-ce que tu penses de ça ?" Part ça, il entend leur relation, le fait qu'ils se voient régulièrement sans trop de raison. Il entend ce qui vient de se passer, mais c'est encore tellement flou que la question lui apparaît presque directement comme stupide. Il se mordille la lèvre. Se décide à reculer légèrement, pour le regarder dans les yeux, et ce qu'il y voit le trouble plus que jamais auparavant. Il reste quelques secondes immobile, à la fixer sans rien dire, noyé dans ses pensées. Il se perd dans cet échange sans paroles ni gestes. Il finit par battre des paupières, comme pour s'y arracher, un soupir tremblant passant la barrière de ses lèvres. "Tu devrais t'en aller." C'est soufflé presque inaudiblement, et directement, il se prend à espérer que Sang Chol n'a rien entendu. Impossible évidemment. Il rêve de le voir rester le plus longtemps possible, il rêve de l'avoir près de lui jusqu'au lendemain peut-être, rendant sa gueule de bois un peu plus supportable. Mais il a du mal à l'avoir aussi proche, respirer le même air que lui semble toxique, comme si l'oxygène était chargé d'une drogue qu'il découvrait à peine. Alors il attend comme ça, juste à le dévisager, le peu de distance entre eux lui donnant le tournis. Il attend quoi même ? Qu'il dise quelque chose, qu'il fasse quelque chose ou qu'il se lève et s'éloigne, juste.

_______________________________


Serré, fourmillant, comme un million d'helminthes, dans nos cerveaux
ribote un peuple de Démons, et, quand nous respirons, la Mort dans
nos poumons descend, fleuve invisible, avec de sourdes plaintes. Si le viol,
le poison, le poignard, l'incendie, n'ont pas encor brodé de leurs
plaisants dessins le canevas banal de nos piteux destins, c'est que notre
âme, hélas ! n'est pas assez hardie.


(c) acidbrain
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://calix-sanguinis.forumactif.org/t1401-anh-hao-he-d-trade-h

Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: and you begin to wonder why you came + SANG CHOL   

Revenir en haut Aller en bas
 
and you begin to wonder why you came + SANG CHOL
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Calix Sanguinis :: Hors jeu † :: Cemetery :: Calix Version 2-
Sauter vers: