Partagez | 
 

 Now, you know who I am. (Kim Eun-Mi & Yim Jung Won)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Level 2
Do not underestimate

Pseudo : Kim Eun-Mi
Avatar : Kim Seolhyun © M
Messages : 16
Double compte ? : Non


Age : 21
avatar
Kim Eun-Mi
MessageSujet: Now, you know who I am. (Kim Eun-Mi & Yim Jung Won)   Mar 12 Juil - 22:16


Now, you know who I am.

Kim Eun-Mi & Yim Jung Won

Minuit. L'heure à laquelle les plus riches du quartier,  trop éméchés à cause de leur abus d'alcool, sont engloutis par la débauche et baissent leur garde. Ils sortent des boîtes, des bars et des karaokés, entourés de filles attirées par l'argent, gloussant à gorge déployée, sans se soucier de la gêne sonore qu'ils engendrent autour d'eux. Leurs corps sont couverts de sueur, suite aux danses effrénées qu'ils accomplissent en pensant être tendance. On peut voir leur peau luire sous la lumière tamisée des néons des clubs, et leurs pupilles dilatées prouvent qu'ils n'ont déjà plus le contrôle sur leurs actes et leurs paroles. Ils crient fort, interpellent des inconnus sur leur chemin, et oublient le danger qui rôde tout près d'eux. Ils croient que rien ne leur arrivera cette nuit, et qu'ils auront de nouveau l'occasion de se dépraver de la sorte, de s'amuser un soir de plus. Cependant, ce n'est pas toujours le cas.
J'attendais depuis quelques heures, devant l'un des nombreux nightclubs du quartier, que ma cible daigne enfin sortir de cet endroit pullulant d'humains. J'attendais qu'elle me donne enfin ce que je cherchais depuis plus de deux semaines. Dans mes mains reposait mon téléphone, l'un de mes outils de travail, que je ne cessais de déverrouiller pour connaître l'heure qui semblait ne jamais avancer. Le son de la musique assourdissante me parvenait douloureusement aux oreilles, me crevant les tympans à chaque nouveau morceau. J'entendais sans difficulté le bruit provoqué par le froissement des vêtements lorsque les corps se collaient les uns aux autres pour se déhancher sans retenue. Je percevais avec distinction chaque voix, chaque rire, chaque cri que laissaient échapper les personnes présentes dans le club. L'odeur du tabac, de l'alcool et de la sueur flottait tout autour de moi, me donnant de plus en plus l'envie de partir. Je n'aimais pas particulièrement les endroits bondés. La présence d'autant d'humains autour de moi me donnait toujours du fil à retordre concernant mon self-control. Mais je n'avais pas le choix. J'avais reçu une demande de la part d'un client, et pour recevoir l'argent qu'il m'avait promis en échange de certains clichés, je n'avais pas d'autre option que de suivre la cible. Et malheureusement pour moi, ce soir-là, il avait décidé de se rendre ici pour passer du bon temps.
Ma gorge commençais à s'assécher, et j'étais extrêmement tentée par l'idée de laisser tomber pour ce soir, et d'aller à la chasse. Rien que le fait d'imaginer le sang de ma victime couler sur mes lèvres me faisait saliver. Peut-être devrais-je m'en aller ? Après tout, un jour d'attente de plus pour mon client ne changerais rien à ma récompense. Puis, franchement, je n'en pouvais plus d'attendre ici, à observer des dizaines de personnes sans intérêt dont je me fichais éperdument.
Brusquement, je rangeai mon téléphone dans la poche arrière de mon jean, et sans réfléchir plus longtemps, je me retournai et partis en direction des ruelles plus sombres du quartier de Gangnam. Plus je m'éloignais du club, et plus les rues devenaient désertes. La musique n'était plus qu'un son flou, et les effluves d'alcool n'envahissaient plus mon air comme elles le faisaient il y avait peu de temps. Je pouvais enfin respirer à plein poumons sans craindre l'asphyxie. Même si, techniquement, cela ne pouvais pas me tuer. Mais cela restait toujours très désagréable.
L'air nocturne que nous avait apporté l'été était doux, presque chaud, même. La brise faisait doucement virevolter mon haut, dévoilant mon ventre nu. Je marchai pendant une bonne heure jusqu'à atteindre les abords du quartier, mes pensées dérivant parmi les souvenirs que je gardais de ma vie humaine. Je me remémorais ma vie avec mes parents, ma vie lorsque j'étais encore une étudiante. Et plus j'y pensais, plus je me disais que je ne regrettais en rien ma métamorphose. Non, je ne regrettais rien de ma vie d'avant.
Soudainement, dans le pseudo silence qui régnait autour de moi, j'entendis des voix. En y prêtant plus attention, je devinai qu'il s'agissait d'un petit groupe de jeunes fêtards. Je n'avais pas besoin de les voir pour savoir qu'ils revenaient d'une soirée bien arrosée. Leurs cris et leurs rires montraient bien à quel point ils étaient imprudents. Si l'alcool, ou bien même la drogue, n'avait pas altéré leurs esprits, ils n'auraient jamais pris le risque de faire autant de bruit dans un endroit aussi peu fréquenté.
Un rictus vint se dessiner sur mes lèvres. La chasse pouvait commencer.
Je m'approchai doucement de l'endroit d'où provenaient les voix, puis allai me dissimuler dans l'ombre d'un mur, à quelques mètres seulement du groupe d'étudiants qui se trouvait là. Ils n'étaient que quatre, et semblaient avoir passé ce que les humains appelaient une "bonne soirée". Cela ne serait pas compliqué d'attraper l'un d'eux pour venir planter mes crocs dans la délicate peau de son cou.
C'est lorsque celui que je pensais être le plus jeune du groupe s'écroula à terre après avoir trébuché sur un débris que je me décidai à sortir de l'ombre. Déjà que c'était, pour moi, d'une étonnante simplicité, alors si ma cible était, en plus de ça, saoule, cela serait un jeu d'enfant. Je m'avançai doucement vers lui, le regard obstinément fixé sur le jeune homme, et ce fut sans doute le claquement de mes talons sur le sol qui attira leur attention, dévoilant ainsi ma présence parmi eux. Ils n'avaient aucune idée de ce que j'étais. S'ils avaient su, ils auraient sûrement cherché à s'enfuir. Leurs visages laissaient paraître leur surprise ainsi que leur incompréhension, ce qui me donnait une certaine satisfaction. J'aimais voir la confusion dans le regard de ma proie avant que je ne me nourrisse de son sang. Cela rendait la chasse plus ... attrayante.
Avant que qui que ce soit ne commence à me poser des questions, je me ruai sur ma cible et la saisis par le poignet avec force. Je m'éloignais sans plus attendre du groupe tout en tenant fermement le jeune homme. Maintenant que j'avais trouvé quelque chose à me mettre sous la dent, je ne voulais pas le perdre. D'autant plus qu'il était toujours agréable d'avoir un « repas » physiquement attirant.
Ce fut après avoir estimé que nous étions assez loin des potentielles gênes que je m'arrêtai dans ma course. Et sans perdre de temps, j'allai plaquer ma proie contre le mur qui se trouvait face à moi. Je n'avais aucune crainte concernant le fait qu'il pouvait s'enfuir. J'étais beaucoup trop forte pour lui, et beaucoup plus rapide. Si jamais il parvenait à s'échapper d'entre mes griffes, je n'aurais aucun mal à le rattraper.
Mon regard dériva progressivement sur la peau nue du coup de ma victime. J'entendais à présent les battements de son cœur affolé, de ce cœur qui propulsait son sang dans la totalité de son corps, y compris dans la veine saillante qui ornait sa gorge. Je n'allais pas attendre une minute de plus.
Tout en gardant le regard rivé vers mon objectif, je dévoilai mes canines et approchai lentement mes lèvres de sa nuque. Je jetai rapidement un coup d’œil en direction du visage de mon nouvel ami, et fus satisfaite en découvrant l’incompréhension et la terreur que son regard trahissait.
Mais alors que mes crocs étaient à deux doigts de s'enfoncer dans sa chair, il me stoppa en me demandant d'une voix tremblante : "Fais ... Fais attention ... Hein ? Je ... Je ne veux pas mourir...".
Tellement pathétique.
Sans laisser paraître une quelconque émotion sur mon visage, j'approchai ma bouche de son oreille, tout en veillant à coller autant qu'il m'était possible mon corps contre le sien. Je voulais qu'il comprenne bien que je n'étais pas qu'un horrible cauchemar. Je voulais qu'il comprenne que j'étais bien là, et qu'il était pris au piège. "Donne-moi une seule raison de faire attention à toi." lui dis-je dans un chuchotement. Je sentais son souffle chaud et rapide caresser le profil gauche de mon visage, me procurant de délicieux frissons. Après tout, s'il me disait quelque chose de convainquant … Peut-être le laisserais-je s'en aller. Même si c'était très peu probable. Mais comme je m'y attendais, il ne me répondit que par de vulgaires gémissements.
Après tout, il n'était pas différent des autres humains. Lorsqu'ils étaient confrontés à une mort probable, ils n'étaient plus capables de rien. Eux, qui étaient si arrogants et sûrs d'eux lorsqu'ils étaient loin des vampires, nous suppliaient de les épargner lorsqu'ils étaient entre nos mains.
Une fois de plus, un rictus s'imposa sur mon visage dénué d'émotions.
"Tu vois, il n'y en a aucune."
© M

_______________________________


"I will always remember that. Whatever I do, I'll never succeed to chase these memories of my memory. ©️ M


Dernière édition par Kim Eun-Mi le Dim 17 Juil - 22:31, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://calix-sanguinis.forumactif.org/t1411-kim-eun-mi-liens#176
Humans
we are weak

Pseudo : M (엗랜)
Avatar : Seo Kang Joon + M (엗랜)
Messages : 78
Double compte ? : Kim Jun Myeon + Wu Gao Sheng

I will, for you.
avatar
Yim Jung Won
MessageSujet: Re: Now, you know who I am. (Kim Eun-Mi & Yim Jung Won)   Mer 13 Juil - 0:17







 ~ Fucking monster ~

 Kim Eun Mi & Yim Jung Won




"La peur mène à la colère, la colère mène à la haine, la haine mène à la souffrance"

- George Lucas



Encore un soir à vagabonder dans les rues de Séoul, encore un soir où il me fallait veiller à ce que le calme règne sur notre terre. Oui, j’entends bien ici la nôtre, et non, à celle de ces buveurs de sang que je répugnais du fin fond de mon être. Non, vraiment, je ne pouvais les porter dans mon cœur. Peut être, il eut une fois où je n’avais ressentis de tels sentiments à leurs égards, aujourd’hui, ce fut bien différent, cette « fois » n’existait plus, elle avait été simplement bannie à jamais, et je ne pouvais à présent qu'ignorer  ces êtres que je méprisais atrocement. Ils n’avaient droit de vivre parmi nous, parmi les humains, et je ferai tout en mon pouvoir, pour les chasser tous, sans exception.
Combien de sang avait été versé pour satisfaire leur appétence ? Combien de vies ont été prises, pour combler leur folie ? Avaient-ils seulement pensé, ne serait-ce une fois, aux conséquences ? N’avaient-ils pas été, pour la majorité d’entre eux, des humains auparavant ? Pourquoi devoir ôter la vie de l’un de leurs anciens confrères, alors qu’ils pourraient tout simplement s’en procurer de multiples façons, bien plus raisonnables ? Et ce n’était pas tout … si seulement, s’ils n’avaient osé toucher à l’un de ses cheveux, peut être que ma haine n’aurait été aussi grande, si frappée. Ces monstres n’avaient l’ombre d’une seule pitié, ils méritaient tout simplement châtiment.

Il se faisait tard tandis que je longeais les murs des innombrables lotissements de Gangnam, en silence, j’avais pris le soin de garder toujours avec moi mon arme précieuse qui se faisait rare de nos jours, et qui, bien évidement, permettait de pouvoir offrir le même sort ironique aux vampires, lorsqu’ils s’amusaient avec nous, quant à eux. « Quels inconscients. » Dis-je alors que j’entendais une foule s’agitait non loin de moi. Ils prenaient malin plaisir à se jeter dans la gueule du loup, mais en soi, qu’en savaient-ils ? Pour bien d’entre eux, les vampires n’existent que dans les contes, et légendes, pour d’autres, ils devaient certainement en avoir pleinement conscience, mais cela n’allait en rien les arrêter de continuer à vivre d’une façon, telle qu’ils l’ont toujours mené. Et, ils n’avaient pas entièrement tors, mais est-ce que cela suffisait assez, pour faire comprendre à ces buveurs de sang, que nous, humains, ne les craignons pas ? J’en doutais.

« Alors tu as tiré ton coup pour ce soir ? », « J’ai récupéré son numéro. » Parfois si je pouvais devenir sourd cela m’arrangerait pour ne pas avoir à écouter de telles conneries. Ces jeunes étaient complètement saouls, et s’ils tardaient à rentrer chez eux, je n’imaginais pas quel dégât les vampires feraient d’eux. Et bien que mon rôle fût de jouer la police, à coffrer les méchants, et rendre la justice, je les laisserai franchement bien dans le pétrin pour ce soir.
Depuis que j’ai rejoins les Rebels, j’ai beaucoup plus l’impression d’avoir perdu de mon temps, qu’autre chose. Je m’étais dis qu’ils pourraient m’apporter quelque chose, m’être bénéfique dans mes recherches pour remonter jusqu’aux assassins, mais en réalité, cette activité ne faisait que me ralentir dans ma quête.

Un soupir s’échappa d’entre mes lèvres tandis que l’une de mes mains s’était mise à glisser lentement dans ma chevelure rebelle. Que faire ? Je n’allais non plus jouer leurs parents, alors j’optais finalement pour tracer mon chemin, m’éloignant en vitesse de tout ce brouhaha infernal. Et, finalement cela à bien fait les choses, si j’étais venu quelques minutes après elle n’en aurait fait qu’une bouchée de lui. Ce soir, les vampires étaient au rendez-vous, comme presque à chaque soir, après les douze coups de minuit.

« Moi j’en vois une. » Avais-je rétorqué suite à ses paroles. Cette jeune femme vampire aurait mieux fait de le prendre à part, dans un lieu plus discret, maintenant que me voilà, elle n’en sortira pas sans égratignures et plus est, qui sait.

Ma main qui s’était déposée sur son épaule avec délicatesse s’était resserrée un peu plus, suffisamment assez pour qu’elle ressente une légère, à peine, douleur, pour l’obliger à lâcher sa proie. En réalité je doutais qu’elle ressente quelque chose, mais si elle persistait, je ne la laisserai sans aucun doute, se tirer d’affaire aussi aisément qu’il se pourrait bien être.


© M

_______________________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Level 2
Do not underestimate

Pseudo : Kim Eun-Mi
Avatar : Kim Seolhyun © M
Messages : 16
Double compte ? : Non


Age : 21
avatar
Kim Eun-Mi
MessageSujet: Re: Now, you know who I am. (Kim Eun-Mi & Yim Jung Won)   Mer 13 Juil - 20:13


Now, you know who I am.

Kim Eun-Mi & Yim Jung Won

Chaque personne qui demeure sur cette planète est coupable de quelque chose. Cela peut aller d'un simple regard empli de haine à un meurtre froid et injustifié, en passant par le vol d'un souvenir précieux, par la violence engendrée par une rage sourde et aveugle, ou encore par des paroles blessantes dites après que l'on ai soi-même souffert des actes de quelqu'un d'autre. Que ce soit des vieillards silencieux, des enfants encore souriants ou bien des adultes en plein épanouissement, que ce soit des hommes d'une honnêteté remarquable ou des femmes affublées d'un lourd fardeau. Que ce soit des vampires pacifiques, ou des humains désabusés. Jamais personne n'a pu un jour dire avec sincérité "Je ne suis coupable de rien". Les imbéciles qui l'ont fait ne pouvaient aucunement êtres convaincus de leurs paroles. Ils revêtaient simplement un masque de confiance et de satisfaction puérile pour paraître convainquant aux yeux de leurs amis crédules. Au fond, tout le monde sait qu'il aurait pu faire mieux. Mais l'on se trouve sans cesse des excuses pour justifier nos fautes, tentant ainsi de faire disparaître cette culpabilité qui s'installe progressivement dans nos cœurs. On cherche à prouver au monde entier que l'on est digne de vivre, que l'on est digne de continuer à faire des erreurs. C'est cependant lorsque l'on doit dire la vérité que mentir devient une véritable épreuve. Parce qu'à ce moment-là, nous nous disons que peut-être, il serait temps d'arrêter. Que peut-être, il serait temps de faire au mieux. Et que peut-être, il serait temps de changer. Je demande toujours la même et unique chose à mes victimes, avant de subtiliser leur sang. Et aucune d'entre elles n'a réussi à me répondre. Jamais. Parce que comme lorsque l'on doit être sincère, comme lorsque l'on est confronté à ses propres fautes, les mensonges ne parviennent plus à franchir leurs lèvres. Parce qu'aucun d'entre eux ne pouvait m'affirmer qu'il était innocent.

J'expirai lentement tout en fermant mes paupières tandis que la pointe de mes canines étaient posées sur la peau de cet humain, prêtes à s'enfoncer dans sa chair à tout instant. Une seule petite pression de ma part, et le sang coulait directement dans ma bouche. Moi qui avait hâte de prendre mon repas ... Je reculai de quelques centimètres lorsque la prise que cet inconnu exerçait sur mon épaule se resserra. Je ne ressentais aucune douleur, si ce n'était qu'une légère pression contre mon épaule. Visiblement, j'allais devoir attendre le lendemain pour pouvoir avaler quelque chose de correct.

"Tu devrais penser à lui dire merci." Susurrai-je à l'oreille du jeune homme encore tremblant. Il n'allait pas oublier cette expérience en ma compagnie de sitôt. Je m'écartai doucement du mur, relâchant l'emprise que j'avais sur ma proie, puis, tout en gardant mes yeux encrés dans les siens, je le bousculai faiblement pour qu'il s'en aille loin de moi, pour qu'il profite d'une vie que j'aurais pu lui enlever sans aucun problème. Il manqua de chuter, encore une fois, mais se rattrapa bien vite et, après avoir lancé un dernier regard effrayé dans ma direction, s'en alla en courant. Je pouvais encore entendre le rythme affolé des battements de son cœur. Dorénavant, il prendra garde à rester sobre s'il souhaite trainer dans les rues de Séoul.

Une fois que ma proie eut disparu dans l'ombre des bâtisses, je soupirai encore une fois. J'avais faim. J'avais passé du temps pour trouver cet étudiant, et qui plus est, il semblait ... délicieux. Et maintenant, tous mes efforts avaient été anéantis par cet humain qui, visiblement, aimait fourrer son nez dans les affaires des autres. J'allai me retourner pour enfin découvrir son visage lorsque je sentis mon cellulaire vibrer dans la poche arrière de mon pantalon. A cette heure-ci, il n'y avait qu'une seule et unique personne susceptible de m'envoyer un message. Je saisis nonchalamment mon téléphone, et pris soin d'entrer le code de verrouillage pour consulter ma messagerie. Je ne prêtai pas attention au fond d'écran, que mon "Père" m'avait tant de fois demandé, si ce n'était ordonné, de supprimer. Il détestait l'idée que je puisse rester attachée à certains souvenirs de ma vie humaine. Mais certaines choses ne pouvaient pas êtres oubliées aussi facilement que l'on jette un vieux mouchoir usagé dans une poubelle vide.

"Il faut que tu rentre. J'ai un travail à te confier." lis-je à voix basse. Pour la troisième fois de la soirée, je soupirai en découvrant que je ne pourrais pas encore rentrer chez moi. Il faut dire que j'avais connu des journées bien meilleures que celles-ci. Premièrement, j'avais dû suivre un inconnu pour fabriquer les preuves de sa future humiliation jusque dans un endroit répugnant et bondé d'humains alcoolisés. Deuxièmement, alors que j'avais enfin le plaisir d'avoir trouvé une source de nourriture, un imbécile dont je n'avais toujours pas vu le visage m'avait stoppée, me forçant ainsi à laisser filer mon repas. Et, pour finir, mon créateur désirait une fois de plus que je m'occupe de faire le sale boulot à sa place. J'espérais juste que le lendemain serait un jour plus tranquille.

Avant de tourner les talons, je jetai un regard à celui qui m'avait dérangée. Je le dévisageai de haut en bas, tout en gardant une expression parfaitement neutre. S'il croyait que son arme était bien dissimulée, il se fourvoyait. Lorsque mon regard croisa le sien, je pu y sentir toute la haine qu'il portait envers ma "race". Encore un qui pensait être le ténébreux héros des humains.

"Les Rebels choisissent n'importe qui pour rejoindre leurs rangs, maintenant ?" Dis-je avec un ton dédaigneux. En vérité, j'avais plus posé cette question pour moi-même que dans l'attente d'une réponse de sa part. Pour en avoir fait parti, je connaissais bien les Rebels. Je savais les reconnaître. Ils avaient tous cette petite chose en plus qui les rendait différents des autres humains.

"Je suppose que tu demander ton nom serait inutile, non ?" lui demandais-je tout en regardant à nouveau mon téléphone. Il était déjà plus d'une heure du matin. Il ne fallait pas que je traîne si je voulais me reposer ne serait-ce qu'un tout petit peu. De plus, si je mettais trop de temps à arriver, celui qui m'avait envoyé ce message risquait fortement d'être agacé. Et croyez-moi, personne ne voudrais avoir affaire avec lui lorsque sa bonne humeur est absente.

Je vis la poitrine de l'homme qui me faisait face se gonfler lentement, signe qu'il allait sûrement dire quelque chose. Il semblait particulièrement crispé. Sans doute que mon attitude envers lui lui déplaisait ? Mais je n'avais pas de temps à perdre avec ça. Allais-je seulement le recroiser un jour ? J'en doutais fort. Avant qu'il ne prononce un seul mot, je commençai à m'éloigner doucement. Je n'avais plus envie de courir. C'est ce que j'avais fait toute cette putain de journée, et j'estimais que j'avais le droit à un peu de tranquillité. Quitte à irrité mon cher papa vampire à cause de mon retard, autant prendre mon temps. Je fermai les yeux et respirai l'air tiède qui m'entourait, seul le bruit de mes talons hauts venant troubler le silence de cette nuit d'été.

En y repensant, ce garçon me faisait étrangement penser à Min-Hun. Ce regard ... j'aurais juré avoir vu le même traverser les yeux de mon ami lorsque celui avait découvert que j'étais devenue une vampire. Ce fut d'ailleurs le dernier regard qu'il m'adressa. Après ce jour, je ne l'avais plus revu. Du moins, je ne l'avais plus revu en face à face.

Soudainement, le vacarme provoqué par le rythme de pieds foulant le sol me sortit de mes pensées.
Qu'est-ce qu'il me veut, encore ?
© M

_______________________________


"I will always remember that. Whatever I do, I'll never succeed to chase these memories of my memory. ©️ M


Dernière édition par Kim Eun-Mi le Lun 18 Juil - 17:18, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://calix-sanguinis.forumactif.org/t1411-kim-eun-mi-liens#176
Humans
we are weak

Pseudo : M (엗랜)
Avatar : Seo Kang Joon + M (엗랜)
Messages : 78
Double compte ? : Kim Jun Myeon + Wu Gao Sheng

I will, for you.
avatar
Yim Jung Won
MessageSujet: Re: Now, you know who I am. (Kim Eun-Mi & Yim Jung Won)   Jeu 14 Juil - 20:19







 ~ Fucking monster ~

 Kim Eun Mi & Yim Jung Won




"La peur mène à la colère, la colère mène à la haine, la haine mène à la souffrance"

- George Lucas



Alors que je pressais d’avantage sur l’épaule de la femme vampire, l’obligeant à lâcher l’humain, elle finit par lâcher prise, laissant sa proie terrifiée s’en aller en courant. À présent, je savais que j’allais dorénavant faire l’objet de ses préoccupations, sauf si, bien autre la chose la retenait. Quel genre de vampire était-elle ? Faisait-elle partie des nouveau-nés incontrôlable, prêts à se jeter sur n’importe quel humain, incapables de réfléchir, totalement dépourvus, comme j’en ai si bien rencontré des centaines, si ce n’est plus. Ou bien, peut être, était-elle l’une de ces créatures capables de se consigner un peu plus, ce qu’on appelle des vampires de niveau 2 ou 3, de niveau supérieur. En tout cas, après déduction, et l’avoir détaillé de haut en bas ainsi que ses faits et gestes, je finissais par supposer que le bambin vampire était à rayer de la liste. Elle semblait bien trop calme et bien trop méprisante pour se permettre de se donner un air si cool, alors qu’en même temps, un humain s’était imposé lors de son repas. N’importe qui ne se serait permis d’agir de la sorte et encore moins un mortel.

À son tour, elle se permit de me dévisager, comme si, je ne représentais qu’un simple déchet à ses yeux, un détritus dont elle se serait bien passée. " Les Rebels choisissent n'importe qui pour rejoindre leurs rangs, maintenant ?" Un léger rire moqueur ne put s’empêcher de s’échapper d’entre mes lèvres, qui finissaient ensuite par être mouillées, laissant le bout de ma langue les humidifier dans un geste lent. Peu importe combien elle pouvait être forte, je ne pourrai laisser un suceur de sang se permettre, d’être aussi hautain avec moi. Savait-elle seulement, combien elle venait de se mettre dans le pétrin ? Bien sure que non, elle l’ignorait.

Je ne pris peine de lui répondre, bien trop agacé par ses manières grossières. Croyait-elle qu’elle puisse se permettre d’agir ainsi, car elle était vampire et qui plus est, femme ? Quelle foutaise. J’allais lui prouver quand bien même mortel, je n’allais pas reculer face à de simples intimidations vampiriques. "Je suppose que te demander ton nom serait inutile, non ?" En effet, tu perdrais bien trop de ton temps à me poser la question, car je n’étais pas si idiot pour le lui donner, gratuitement, du moins. À la place, j’arquais simplement un sourcil et continuais de la dévisager d’un regard noir sans broncher ne serait-ce une petite fois. Elle semblait bien plus vouloir disposé à discuter, réfléchir, plutôt qu’à chercher la bagarre. Il était sans aucun doute, bien évident, qu’elle n’était un level 1. Reste à voir à présent, si elle faisait partie des anciens, ou bien des level 2.

L’avais-je sans doute lassé par mon manque de réactivité ? Je la voyais déjà tourner les talons et retourner de là où elle venait. Cette sangsue se foutait littéralement de moi, et je n’allais pas rester les bras croisés, à la regarder sagement s’en aller. Oh non. Alors, je fis quelques pas rapides, la rattrapant avant qu’elle ne disparaisse entièrement parmi les ombres.

La saisissant par le bras, je l’obligeais à faire face à moi et plongeais mon regard dans le sien, découvrant ses prunelles sombres bien que légèrement scintillantes du sa nature de vampire. « Ne crois pas que tu vas t’en sortir aussi facilement. » Dis-je alors que ma main restait suspendue à son bras.

S’il y avait bien une chose à laquelle je ne pouvais supporter, c’était me voir me faire rabaisser par un monstre comme elle. Ils empiétaient déjà suffisamment assez sur nos terres, ôtant la vie à tous ceux ne faisant partis de leur race, et si en plus ils se mettaient à nous dénigrer de la sorte pour nous faire sentir comme de moins que rien, incapables de leur tenir tête, et bien, j’allais leur prouver que nous n’allions rester silencieux éternellement. S’ils croient qu’humains nous n’avons assez de courage pour les défier, et bien, ils se trompent.

Nous avons, nous encore, humains, une certaine lueur d’espoir qui persistait à briller dans nos regards, et quand bien même elle restait infime pour beaucoup, certains n’abandonnaient pas. Certains demeuraient à croire continuellement qu’un temps, les beaux jours reviendront, et dès lors, toutes vengeances auront été accomplies.



© M

_______________________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Level 2
Do not underestimate

Pseudo : Kim Eun-Mi
Avatar : Kim Seolhyun © M
Messages : 16
Double compte ? : Non


Age : 21
avatar
Kim Eun-Mi
MessageSujet: Re: Now, you know who I am. (Kim Eun-Mi & Yim Jung Won)   Lun 18 Juil - 17:17


Now, you know who I am.

Kim Eun-Mi & Yim Jung Won

Il n'imaginait même pas à quel point ses dernières paroles venaient de le mettre dans le pétrin. Que pouvait-il bien me faire ? Il n'était qu'un simple humain. De ce que j'avais pu voir jusqu'ici, non seulement il était inconscient, mais il était aussi d'une stupidité phénoménale. Ne s'était-il toujours pas rendu compte qu'il était seul ? Seul et face à un vampire d'une force incroyablement supérieure à la sienne ? Être un Rebel ne faisait pas tout. Mes parents en étaient le parfait exemple. A ne pas connaître ses limites, la seule chose qui l'attendait, s'était la mort. De plus, énerver un vampire en faisant fuir son repas n'était pas ce qui semblait être l'une des idées les plus judicieuses.

"Et qu'est-ce qu'un imbécile comme toi pourrait bien me faire ?" lui rétorquais-je après avoir entendue sa pseudo-menace. Cette fois-ci, j'avais perdu mon imperméabilité émotionnelle, tout comme mon sourire suffisant. Je pouvais devenir exécrable lorsque j'avais faim. J'en avais plus qu'assez de le voir me regarder de cette manière. Il pouvait bien me considérer comme un monstre sanguinaire, cela m'importait peu. Mais j'avais cette insupportable impression qu'il me prenait de haut, comme si nous, les vampires, étions une abomination, une espèce semblable à de vulgaires cafards qu'il était nécessaire d'écraser pour le confort de la communauté humaine. Je n'avais jamais eu l'habitude de m'emporter, mais s'il continuait ainsi, je ne pouvait lui garantir que je ne lui ferais rien cette nuit.

"Dis-moi. Dis-moi cette raison dont tu me parlais, tout à l'heure. Que crois-tu que vous, les humains, avez de plus que nous ?" lui dis-je sans lui avoir laissé le temps de répliquer quoi que ce soit. De mon point de vue, les seuls êtres méprisables dans ce monde, la seule espèce qui pouvait nuire plus qu'autre chose, étaient bel et bien les humains. Si nous tuions des humains pour nous nourrir, eux s'entretuaient pour de simples questions de territoires ou d'argent, si ce n'était pour des raisons encore plus futiles. Si les vampires étaient une menace pour la race humaine, eux l'étaient pour toutes celles du monde entier, exceptée la nôtre. A y réfléchir, notre univers y gagnerait plus à les voir disparaître qu'à les voir proliférer comme ils le faisaient depuis des milliers d'années.

Et pour lui exposer le fond de ma pensée, je saisis violemment son bras qui s'était emparé du mien, tout en veillant à serrer du mieux que je le pouvais. Juste compresser son bras, assez pour qu'il sente la douleur jusque dans ses entrailles, mais pas non plus au point de lui casser quelque chose. Je voulais juste qu'il comprenne qu'il ne pourrait rien me faire, et ce malgré l'aide de son arme qu'il croyait naïvement avoir bien cachée. Oui, je n'allais pas céder de si tôt. S'il s'attendait à ce que je brise notre contact visuel la première, s'il s'attendait à ce que je baisse la tête en signe de résignation, il se trompait lourdement.  Je n'étais pas faible. Je ne l'étais plus. En devenant une vampire, j'avais choisit de rester la plus forte face au monde qui m'entourait, lui y comprit. S'il les vampires étaient responsables de ses problèmes, les humains étaient responsables des miens.

Je sentis de nouveau mon téléphone vibrer dans la poche de mon pantalon. Sûrement Papa vampire qui commençait à s'impatienter. Comme je le connaissais, si je ne le rejoignais pas tout de suite, ou tout du moins que je ne répondais pas à son appel, il me passerait un bon savon lorsque je le recroiserai. Et chez les vampires, les termes de "passer un savon" ne se résumaient pas à quelques cris et assiettes cassées. Si je ne voulais pas que tout ceci dégénère encore plus, il fallait que j'en finisse au plus vite avec cet idiot d'humain. Au pire, je n'aurais qu'à lui briser une jambe pour qu'il ne me suive pas.

A présent, il fallait voir s'il pouvait se montrer sensé et raisonnable. Mais ce qui était certain, c'était que s'il continuait à se montrer borné comme il l'avait été jusqu'ici, je ne comptait pas flancher face à lui.
© M

_______________________________


"I will always remember that. Whatever I do, I'll never succeed to chase these memories of my memory. ©️ M
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://calix-sanguinis.forumactif.org/t1411-kim-eun-mi-liens#176
Humans
we are weak

Pseudo : M (엗랜)
Avatar : Seo Kang Joon + M (엗랜)
Messages : 78
Double compte ? : Kim Jun Myeon + Wu Gao Sheng

I will, for you.
avatar
Yim Jung Won
MessageSujet: Re: Now, you know who I am. (Kim Eun-Mi & Yim Jung Won)   Mer 3 Aoû - 22:40







 ~ Fucking monster ~

 Kim Eun Mi & Yim Jung Won




"La peur mène à la colère, la colère mène à la haine, la haine mène à la souffrance"

- George Lucas



Pas une seule fois avais-je quitté son regard. Je tenais fermement son bras tandis qu’elle perpétuait à me dévisager de son regard noir, et hautain à la fois. Si seulement elle s’était tue plus tôt, peut être que nous n’en serions pas là, à nous affronter dans de paroles aussi provocatrices, les unes que les autres. N’avait-elle pas été la première à chercher les ennuis ? Qui avait été la source à « tous ces problèmes » ? Hein, qui ?

Plus les secondes s’écoulèrent plus je pouvais sentir cette tension montait à son paroxysme, il ne suffirait d’un rien pour aviver encore que plus la flemme qui brûlait à l’intérieur de nous. "Et qu'est-ce qu'un imbécile comme toi pourrait bien me faire ?" S’était-elle empressée de me répondre, se sentant définitivement menacée.
Généralement les vampires de level 1 sont ceux qui se permettent de prononcer à la légère, de telles paroles aussi irréfléchies, cela m’étonnait d’elle.

Alors que je m’apprêtais à lui répondre, elle ne me laissa point le temps de m’exprimer, et préféra opter pour poursuivre seule la conversation. J’ignorais que nous étions dans un monologue, autant vous dire que je l’aurais finalement, bien laissé filer si j’avais su. Pourquoi s’entêter à discuter avec un sourd. "Dis-moi. Dis-moi cette raison dont tu me parlais, tout à l'heure. Que crois-tu que vous, les humains, avez de plus que nous ?" Qu’avait-on de plus que les vampires ? Une âme peut être ? Non, plus sérieusement, nous avions plus que ces monstres. Nous avions une conscience, un cœur, une âme, des émotions, nous avions bien plus qu’eux. Comment pouvait-elle se permettre de me questionner ainsi alors qu’elle était autrefois humaine ? Reprochait-elle quelque chose à ses anciens confrères ? Qu’avait-il bien pu lui arriver pour qu’elle ose éradiquer ainsi sa « race » ? Sans aucun doute, cette jeune femme avait du vivre quelque chose de traumatisant, du moins, suffisamment assez pour qu’elle ne laisse répit à ses semblables, d’autrefois. « Nous avons tout ce que vous, vous ne pourrez jamais avoir ? » Au moins, j’avais le mérite d’être honnête. Était-ce blessant ?
Je n’attendis pas trop longtemps pour obtenir réponse de sa part, puisque, en effet, à peine avais-je terminé qu’elle s’était empressée de me faire regretter mes paroles. Mauvaise réponse, l’entendais-je même dire.

La femme vampire s’était à son tour, emparée de mon bras en le saisissant avec violence, m’obligeant à lâcher prise, tout en venant presser sur celui-ci. Putain de femelle. Je me mordis violemment la langue pour m’empêcher de lâcher un cri de douleur, en outre, lui faire comprendre qu’elle dominait le terrain en ce moment même. Elle n’avait le besoin de le savoir.

Un léger goût de ferraille prit place en peu de temps dans ma bouche, et j’eus franchement l’envie de lui porter un coup pour calmer son ardeur. Si cela était la façon dont elle voulait s’y prendre et bien soit, je n’allais non plus m’en priver. Femme ou non, qu’importe.

Alors qu’elle se décida à me lâcher, j’en profitais pour expulser le goût du sang dans ma bouche, en crachant à ses pieds avant de venir humidifier mes lèvres de ma langue et me redressais convenablement. « Sale garce, tu vas me le payer. » Lui avais-je balancé à la figure avant d’expulser à nouveau le reste de l’affreux liquide à ses pieds. « Toi et tes semblables, buveurs de sang, vous finirez tous plus bas que sous terre, sois en certaine. »

Pris de colère, je ne pu plus contenir quelconques sentiments davantage et, ne pus, non plus, me retenir de sortir l’arme de ma veste en vitesse, la dévoilant sous ses yeux et pointant franchement celle-ci, entre ses deux grands yeux de poupée. « Allez tous pourrir. »  La regardais-je avec un regard noir, empli d’une colère et d’un chagrin inconsolable. Elle m’avait bien cherché, et à présent, qui sait ce que je pourrais lui faire si elle s’entêtait à continuer ainsi, non, plus rien ne pouvait m’arrêter.
© M

_______________________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Now, you know who I am. (Kim Eun-Mi & Yim Jung Won)   

Revenir en haut Aller en bas
 
Now, you know who I am. (Kim Eun-Mi & Yim Jung Won)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Calix Sanguinis :: Hors jeu † :: Cemetery :: Calix Version 2-
Sauter vers: