Partagez | 
 

 Sous le masque de la complexité, la simplicité se questionne. (SB)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Level 3
theyarepowerful

Pseudo : Heiko/Rieser.
Avatar : Mitsuji Sen
Messages : 39
avatar
Satô Benjiro
MessageSujet: Sous le masque de la complexité, la simplicité se questionne. (SB)   Jeu 14 Avr - 20:42



Satô Benjiro
ft. Mitsuji Sen
logo


Bonjour moi c'est Satô Benjiro, âgé de 254 ans, mais concernant mon âge réel, j'ai 26 ans et que je sois d'origine japonaise. Je fais partie des vampire (level 3). Actuellement, je suis maquilleur (effets spéciaux). Quant à ma situation, je suis en couple ou veuf, je sais pas et je ressens une forte attirance pour les femmes.






Bonjour moi c'est Heiko/Rieser (encore). J'ai actuellement le même âge qu'avant. Je débarque sur Calix grâce à un reboot et je trouve le forum trop bien pour moi. Concernant mon activité, je serais présent(e) plus qu'avant j'espère (on se motive :superman: ). Et attendez, ce n'est pas fini ! Je souhaiterais également vous dire que je suis dans une période de crise, en fait, je n'aime plus mes persos. :paf: (et officieusement parce que je ne supporte pas le rose des humains) En vrai, Kwang risque bien de revenir me hanter un jour, mais avec un background plus construit, parce que là ça me bloque un peu (beaucoup). Bref, prédéfini, et c'est difficile de choisir vous savez ? Je sais pas comment j'ai fait. histoire Enfin bref, j'arrête de raconter ma vie. ET JE SIGNALERAI MA FICHE QUAND ELLE SERA FINIE CETTE FOIS-CI. #nomoreboulet

A remplir pour le bottin

Code:
▲<pr>Mitsuji Sen</pr> alias [url=http://calix-sanguinis.forumactif.org/u303]Satô Benjiro[/url]
Une odeur de fleurs coupées embaumait l'air. Loin d'être désagréable, l'acidité de cette fragrance adoucissait le parfum suave et entêtant des orchidées, sans laquelle Benjiro aurait eu l'impression d'étouffer. Des plantes, le jeune homme ne connaissait que celles des champs, ceux où il travaillait avant de commettre la bêtise de s'engager dans l'armée. Celles-là avaient une odeur terreuse de campagne, dotée d'une richesse aromatique un homme des villes n'aurait jamais pu sentir. Une odeur que Benjiro avait oubliée depuis longtemps. Mais les fleurs, elles, ne ressemblaient en rien à ce que le jeune homme connaissait. Elles avaient le parfum de l'inconnu.
C'était la première fois depuis longtemps que Benjiro retrouvait l'air libre – mais seul l'air était libre. Lui gardait ses chaînes comme preuve de sa non-appartenance à ce monde. Ou de sa soumission à ceux qui l'avaient capturé quelques mois ou années plus tôt – le temps, déjà, avait commencé à filer pour lui, préfigurant sa future éternité. Les souvenirs se pressaient au coin de sa mémoire, sans pour autant parvenir à briser la solide barrière que Benjiro avait établie pour se préserver du passé. Il les entendait tambouriner, mais préférait se concentrer sur le parfum des fleurs pour s'ancrer dans le présent.
Tout, plutôt que d'y retourner.

Cet endroit, c'était l'enfer, un enfer qui avait commencé dès son village natal, lorsque les rumeurs d'une guerre sur le continent. Les enjeux étaient brumeux aux yeux d'un jeune homme dont la seule perspective était les champs à perte de vue dont il fallait s'occuper pour vivre – ces histoires de commerce international étaient si lointaines de son petit quotidien. Benjiro ne pouvait pas prétendre les comprendre. En revanche, d'autres sirènes chantaient à ses oreilles – la sensation de devoir protéger des personnes innocentes qu'il n'avait jamais vues d'ennemis contre qui il n'avait aucun grief, mais qui les menaçaient, la gloire de prendre les armes et de se comporter en homme d'honneur... que de fausses raisons auxquelles il avait crues, évidemment.
L'enfer, ce n'étaient pas les combats. Ils étaient aussi rudes que dangereux, mais il ne tenait qu'à Benjiro de rester en vie. Il y avait toujours un moyen de s'en sortir, même si tous n'étaient pas honorables. C'est parce qu'il avait refusé de fuir qu'il s'était retrouvé prisonnier. Il ne commettrait plus jamais la même erreur.
Les combats n'étaient que les prémisses de l'enfer, une damnation nommée prison dans laquelle on avait d'abord enfermé Benjiro. Le jeune homme s'était senti coupable de ne pas s'être suicidé, ou au moins échappé. Il avait rongé son frein en pensant à son village, aux personnes qu'il laissait derrière lui et qui avait besoin de son aide pour les champs. Ses yeux se fermaient, ses oreilles se bouchaient, ses sens s'estompaient, et il s'imaginait de retour chez lui pendant quelques instants. La netteté de sa vision s'était peu à peu dégradée, jusqu'au moment où il était devenu incapable de se rappeler la forme de sa propre maison. Benjiro avait cru toucher le fond.
Sa cellule était froide et humide, construite sur des terrains un peu bourbeux qui exhalaient une forte odeur en temps de pluie. C'était la seule indication géographique que Benjiro possédait. Il lui était possible de suivre le cours du temps par la faible lumière transmise par le lointain soupirail. Il regardait ce qu'il pouvait. Les gouttes d'eau sur le mur qui coulaient comme son sang. La mousse qui agrandissait son territoire à la même vitesse que la folie. Les ombres noires sur le sol, comme autant de brûlures sur cette peau foncée. Et tant d'autres détails si infime que Benjiro ne les avait toujours pas oubliés.
Des années plus tard, il ferait de cette cellule son palais de mémoire.

Mais ce doux parfum de fleurs dans une matinée de printemps avait quelque chose de réconfortant. L'odeur lavait les poumons de Benjiro de tous les miasmes qui s'y étaient incrustés. Elle ouvrait son champ d'horizon sur un nouveau monde où il avait peut-être un avenir. Devenir un objet n'était pas ce qu'il avait prévu, mais cela valait mieux que d'être mort ou enfermé. La maigreur de son corps, dont il ne se remettrait jamais complètement, était le seul témoignage des heures douloureuses qu'il avait passées entre les mains de ses geôliers. Tout le reste avait été soigneusement effacé avec une prouesse presque surnaturelle. Afin que personne ne le croie jamais. Pourtant, même si son corps ne portait pas de marques, son esprit ne pouvait oublier. Il frissonnait sous ce vent trop doux qui faisait à peine balancer les brins d'herbe, preuve de sa fragilité. Ses yeux refusaient de s'ouvrir dans ce monde trop lumineux – et pourtant, il le fallait, et lorsqu'il le fit, Benjiro contempla un domaine à l'anglaise, avec sa précision si carrée. Un coup dans le dos voulut le faire avancer – il ne put que trébucher sur ses jambes défaillantes. Il entendit au dessus de lui un commentaire acerbe, suivi d'un rire moqueur qui lui était adressé. Tu as été vendu, le Jaune. Ça aurait pu être pire.
Benjiro ne prit pas la peine de le détromper. Ils savaient tous deux qu'il avait échappé au pire.

Les années qui suivirent, Benjiro avait préparé sa revanche sur la vie.
La première étape avait été la plus importante : il avait regagné des forces. Le travail lui avait permis de retrouver un peu de vigueur. Benjiro savait très bien qu'il pouvait être revendu s'il se montrait trop fainéant, une perspective qui l'effrayait suffisamment pour faire quelques efforts. La maigreur, cependant, s'attachait à ses os, refusant au muscle de se développer ou à la graisse de s'y déposer. En des temps où il fallait être en chair pour prouver sa prospérité, il ne s'étonnait guère de voir les Anglais le regarder d'un air dégoûté, comme s'il n'avait vu que son squelette, et non ce qui le recouvrait. Quand ils lui adressaient un regard. Parfois, Benjiro avait l'impression d'être d'une transparence totale. Un élément du décor, trop laid cependant pour valoir la peine qu'on s'arrête pour le contempler, comme on le faisait pour un beau vase. Cela ne le dérangeait pas vraiment. Cela faisait trop longtemps qu'on l'avait dépouillé de son humanité.
La deuxième étape était venue toute seule lorsqu'elle n'avait pas détourné les yeux de lui. Mais qu'est-ce qui avait pu convaincre Isis qu'il valait la peine d'être sauvé ? Il n'avait rien d'exceptionnel, mais elle n'en avait pas besoin : elle savait faire preuve d'humanité sans qu'on le lui demande. Isis l'avait suffisamment pris en pitié pour lui offrir une porte de sortie et lui permettre de s'évader. Benjiro avait toujours cru qu'il refuserait de s'enfuir ou qu'il en aurait peur, ce en quoi il se trompait. Il ne voyait rien d'humiliant dans le fait de rejeter ses injustes chaînes et de prendre le chemin d'une nouvelle vie, à suivre une dame étrangère qu'il ne connaissait pas vraiment mais qui lui paraissait si sympathique. Il n'avait même plus peur : celle-ci s'était envolée définitivement, quelque part entre la prison et les chaînes, pour ne plus pouvoir être retrouvée. Benjiro le sentait, il avait gagné un courage neuf, qui l'inciterait à se sacrifier pour sa sauveuse si cela pouvait la sauver en retour.
La dernière étape était la plus décisive, et celle qui achevait totalement sa revanche : la vampirisation, un processus que Benjiro avait totalement oublié. Apparemment, cela ne s'était pas trop mal passé pour lui, et il s'était réveillé vampire sans paraître trop perturbé. Ce n'était qu'une expérience étrange de plus dans sa vie, et peut-être pas la plus désagréable.

La vie de vampire de Benjiro avait été assez longue pour remplir des pages et des pages, mais quelle importance ? Il avait suivi Isis un peu partout dans le tiers-monde, de quoi avoir pitié de ces pauvres gens sur qui tombaient toutes les misères de la guerre. Guerre, faim, soif, épidémies, chômage... Lui, ça l'avait touché. S'il était resté chez lui depuis le départ, de telles visions auraient pu lui être épargnées. Puisqu'il n'avait pas fait ce choix, il avait le droit à ce nouvel aperçu des misères humaines. Encore.
En un sens, s'installer en Corée avait été un véritable soulagement. Il était si proche de son pays natal, sans qu'il eut envie d'y retourner. Les siens étaient morts, la société avait évolué ; il ne voulait pas voir cela. Quelle hypocrisie, lui aussi évoluait. Le temps où Benjiro était paysan était loin derrière lui : la position dominante que s'assuraient les vampires faisait de lui un notable, lui permettant de profiter de la vie comme il le voulait.
Enfin, presque. À croire que Benjiro ne pouvait être satisfait de cette vie-là s'il n'avait pas sa petite cause à défendre, il s'était pris de compassion pour les ksrniks, au point de vouloir établir l'égalité entre eux et les vampires. Au point même de prendre l'un d'entre eux sous sa protection. Non, vraiment, à n'y rien comprendre.

Je ne sais pas trop pourquoi je vous ai parlé de cette vie-là. Le passé est mort et enterré ; Benjiro n'a même plus besoin de le tenir à l'écart, il ne ressent plus rien. Tout cela est trop loin, trop éloigné de la vie qu'il vit actuellement. En quoi est-ce que cela pourrait encore le déterminer ?
Peut-être justement parce que ceci est son ombre. Et vous connaissez le principe d'une ombre. Elle ne peut exister pleinement qu'en pleine lumière.



force : ❚❚❚❚❚❚ + régénération : ❚❚❚❚❚❚ + sens : ❚❚❚❚❚❚
+ vitesse : ❚❚❚❚❚❚ + adaptation : ❚❚❚❚❚❚ + self-control : ❚❚❚❚❚❚


사람의 ABOUT THE HUMANS


Le statut des humains intéresse relativement peu Benjiro. Cela fait si longtemps qu'il a perdu son humanité qu'il n'est plus certain de pouvoir les comprendre, en particulier ceux qui donnent volontairement leur sang aux vampires, en échange de si maigres avantages – mais il ne va pas s'en plaindre, évidemment. L'attitude des rebelles lui paraîtrait presque plus logique : ils combattent pour leur dignité et leur liberté, ce qu'il respecte, d'une façon ou d'une autre. N'allons pas jusqu'à dire qu'il les soutient : ils restent ses ennemis, après tout, qui plus est, des ennemis qui lui semblent assez peu dangereux pour le moment. Le jour où ils deviendront des adversaires sérieux, il n'hésitera pas à se battre à la loyale contre eux, mais pour l'instant, il se contente de les surveiller de loin, par pure mesure de précaution.
Et les autres, ces pauvres petits humains qui n'ont pas choisi leur camp et n'ont versé de tribut à aucun groupe ? Parfois, ils semblent n'exister que sous la forme d'un transparence que Benjiro ne voit que du coin de l'œil. Ils vont, ils viennent, ils meurent et sont remplacés par d'autres qui leur ressemblent tout autant. Comment, dans ces conditions, percevoir les multiples différences entre eux ? Benjiro sait qu'il n'en est plus capable et pour cette raison a l'impression d'avoir perdu quelque chose. Cela ne l'empêche pas de les respecter à sa manière, bien sûr, mais il ne s'attache pas vraiment à eux.
Du moment que la situation ne dégénère pas et qu'il est possible de se nourrir auprès d'eux... eh bien, c'est tout ce qui compte, n'est-ce pas ? Puisque Benjiro répugne un peu à boire leur sang sans leur accord – ce qui se justifie d'un point de vue pratique, lorsqu'ils ont peur, leur rythme cardiaque augmente, donc la pression dans leurs veines, et ce n'est pas quelque chose que Benjiro apprécie -, mieux vaut garder des rapports un minimum cordiaux avec eux.
Benjiro affirme cela, ceci dit, en dépit de son indifférence prononcée, il serait sans doute l'un des premiers à venir en aide à un humain un peu trop malmené par un vampire. Il abandonnerait peut-être aussi vite si le vampire en question se trouvait être encore plus fort que lui. Question de bon sens, le monde vampirique lui semble encore plus important que le monde humain.
Car Benjiro est d'abord et avant tout intéressé par l'égalité entre anciens krsniks et vampires, une égalité malheureusement pas toujours établie, à son grand désarroi. Il s'est engagé envers son protégé de faire tout son possible pour la réaliser, et il est bien décidé à respecter sa promesse. Pour Benjiro, ce n'est pas la naissance qui détermine un vampire, mais sa façon de vivre ; après tout les besoins sont les mêmes. Il ne comprend pas que certains puissent y trouver à redire. Benjiro leur est donc plutôt favorable et leur apportera tout le soutien dont ceux-ci ont besoin dans leur quête de reconnaissance, si cela permet de corriger certaines inégalités.

L'honneur. On aurait sans doute du mal à comprendre pourquoi cette notion tient tant à Benjiro. Bien d'autres valeurs valent leur pesant d'or, à commencer par la richesse ou la puissance, qui ont toujours été les maîtres de ce monde. De toutes celles qui existent, il a fallu que Benjiro choisisse l'honneur. À savoir la seule qui vous attire plus d'ennuis qu'autre chose.
L'honneur, vous savez, c'est ce qui vous pousse à faire ce que vous n'avez pas envie de faire pour des raisons futiles. Enfin, elles sont futiles surtout pour un vampire : un être humain qui cherche l'honneur a pour objectif que son nom survive à sa mort, mais un vampire immortel n'a pas besoin de cela : il a survécu à sa propre mort, d'une certaine manière. Il a laissé derrière lui un humain trop fragile et idéaliste pour prendre place du côté des vainqueurs, une évolution dont il devrait se satisfaire. Il a réussi à vivre tant que ceux qui l'ont tourmenté dans sa jeunesse sont morts et enterrés depuis longtemps, leurs noms oubliés. Cela devrait lui suffire.
Benjiro ne recherche plus la vengeance depuis longtemps – s'il l'a vraiment un jour recherchée. Il n'a pas non plus l'arrogance de se croire la meilleure personne au monde ou d'avoir l'ambition de le devenir. Si Benjiro est aussi droit, c'est pour d'autres raisons. D'abord parce qu'il a besoin de croire en quelque chose, et cette chose, c'est lui-même, ou plus exactement, la certitude qu'il ne regrettera pas ses actions passées. Il a déjà vu les pires côtés de l'humanité, en a même été victime, et ne tient pas à commettre les mêmes actes que ceux dont il a pu se plaindre. Rester quelqu'un de bien, en quelque sorte, quoique la définition de « bien » n'est jamais facile à arrêter et que Benjiro s'interroge parfois sur ce que cela veut dire. Cette volonté de bien faire est peut-être sa grande faiblesse : Benjiro est le genre de personne qui aura honte de ne pas tendre une main charitable à ceux qui en avaient besoin. Une part de lui, peut-être, se rappelle le calvaire que lui ont fait subir les Anglais et a conscience de la chance qu'il a eu d'être secouru. Ou peut-être est-ce une empathie provoquée par le statut de victime qu'il n'a pu totalement oublier. Benjiro ne le sait pas lui-même.

Et par bien des côtés, Benjiro s'affirme comme un personnage assez original. Pas vraiment le type de level 3 à comploter dans votre dos pour asseoir sa position.
Des ambitions, Benjiro en a, bien sûr, mais on ne peut pas dire qu'il s'en cache, quoiqu'il n'ira pas non plus crier ses projets sur les toits. En tout cas, vous pouvez être quasiment certain qu'il n'emploiera pas de coups retors contre vous – quasiment, car il se laisse une légère marge de manœuvre par pure précaution. Mais il n'est pas franchement l'archétype du manipulateur, et a comme défaut d'accorder une confiance trop aveugle à ses proches, à commencer par sa créatrice, qu'il croit dénuée de toute mauvaise intention à son égard (le pauvre, s'il savait).
Benjiro considère qu'il n'a rien à prouver, qu'il a déjà fait ses preuves à de nombreuses reprises et que ceux qui en doutent apprendront de leurs erreurs. Que ce soit en tant que vampire, maquilleur ou homme, il pense avoir l'expérience nécessaire pour se sortir d'à peu près toutes les situations. Et ce n'est pas faux : il est très difficile de mettre Benjiro au pied du mur, celui-ci ayant généralement l'imagination et la réflexion nécessaires pour surmonter les obstacles. Sans compter une certaine prudence qui pour lui est le meilleur des boucliers, et sans tomber dans la vantardise pour autant : il sait se juger à sa juste valeur, tout simplement.
La modestie se manifeste plutôt dans sa mise, parfois élégante il est vrai, mais le plus souvent passe partout. Les signes extérieurs de richesse ne l'obsèdent pas le moins du monde, et Benjiro a même le mérite de ne pas vous juger selon votre apparence – ce qui ne le sert pas toujours, soyez-en sûr. Il en va de même pour les signes extérieurs de puissance. Benjiro certes respire la confiance en lui, il mais ne ressent pas forcément le besoin de vous rabaisser en permanence pour prouver qu'il vous est supérieur, d'une façon ou d'une autre. Benjiro n'a tout simplement besoin de jouer au dominateur : quelques secondes avec lui suffisent pour comprendre qu'il est le genre d'homme qui est facilement obéi. Benjiro peut d'ailleurs se montrer exigeant, voire carrément dur, ne supportant pas qu'on le conteste. Vous ne vous attendiez pas à un saint, tout de même ?
Il faut dire que lorsqu'il désire quelque chose, Benjiro se donne les moyens de l'obtenir – et il est bien rare de le voir échouer, lorsqu'il est déterminé. Il a des atouts pour lui : appliqué et méthodique, il a parfaitement conscience de ses limites, même s'il a toujours un peu de mal à abandonner – il ne peut le faire sans de bonnes raisons. Benjiro teste cette méthode dans à peu près tous les domaines, y compris le domaine amical, mais c'est sans doute sur le plan professionnel que Benjiro s'est le plus illustré. Depuis son installation en Corée, Benjiro a tenté beaucoup de carrières différentes, pour le simple plaisir de se tester. Il a fini par choisir le métier qui lui plaisait le plus – pas celui qui a les horaires les plus avantageux ou la meilleure paie, non, celui dans lequel il a pu se projeter et se voit évoluer. Modeste, je vous ai dit, même si le cinéma et l'art manuel sont deux passions qu'il a toujours voulu concilier. Benjiro vous dira, lorsqu'il crée des monstres, qu'ils sont l'image de ses démons intérieurs – ce qui est complètement faux, mais il aime reprendre à son compte le langage vaniteux des artistes. Comprenez simplement qu'il se sent parfaitement à l'aise dans son domaine.

Peut-être même pourrait-on aller jusqu'à dire que Benjiro est fréquentable.
D'un côté, Benjiro est en effet une personne tout à fait agréable à vivre. Relativement ouvert aux autres, Benjiro leur prête volontiers une oreille attentive et se montre plutôt disposé à leur venir en aide. Quiconque s'étant attiré son affection est d'ailleurs assuré de trouver un véritable soutien auprès de lui. On pourrait presque parler de générosité. Il n'est en revanche pas très empathique et n'est pas du genre à exprimer ses sentiments, ce qui place bien souvent une distance de fait entre lui et les autres. Benjiro n'aime pas beaucoup parler de lui, c'est certain, sa vie privée étant un domaine réservé accessible à quelques privilégiés. Il n'aime pas non plus se mettre en avant : impossible de le taxer de vantardise ou d'arrogance, il n'intervient pas si ce n'est pas strictement nécessaire, ne parle que s'il a quelque chose à dire. Libre à vous d'accepter ou non les quelque conseils qu'il vous donnera, il ne cherche qu'à vous aider.
Peut-être, au fond, est-il un peu égoïste. Lorsqu'il s'agit de faire des efforts pour quelqu'un d'autre que lui, il ne se donne pas vraiment à fond, comme s'il se réservait pour plus tard. Cela se sent : Benjiro n'est pas le genre de personne à foncer bille en tête ou à s'investir corps et âme dans ce qu'il fait. Plutôt le genre lent mais efficace. Il se montre également volontiers un peu têtu, n'appréciant pas vraiment qu'on le contraigne, par la force ou la parole, désireux de suivre ses envies. Un vrai personnage conservateur d'énergie, en somme.
Et comme pour ces personnages, cela n'empêche pas Benjiro de travailler, en fin de compte. Et de faire travailler les autres. Benjiro est plutôt exigeant envers ses collaborateurs, qui ont intérêt à filer droit devant lui. Benjiro n'est ni méchant, ni tyrannique, cependant : il fait simplement preuve de justice en demandant aux autres de fournir le meilleur d'eux-mêmes, quitte à les pousser dans leurs limites. En cas de défaillance, il saura faire la différence entre de la fainéantise et un échec plus profond, et il saura même vous réconforter s'il sent que vous en avez besoin. Mais la plupart du temps, il vous dira vos quatre vérités en face, en vous regardant droit dans les yeux, persuadé que c'est ce que vous avez besoin d'entendre. Il n'élève jamais la voix, mais vous n'en avez pas besoin pour comprendre lorsque vous avez sérieusement besoin de vous remettre en question. Il semble bien avoir du mal à garder pour lui ses commentaires.
Ceci dit, on lui pardonne. Après tout, c'est Benjiro.

©️ Pimchan


Dernière édition par Satô Benjiro le Dim 24 Avr - 15:19, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité

Invité
MessageSujet: Re: Sous le masque de la complexité, la simplicité se questionne. (SB)   Jeu 14 Avr - 21:02

(Re)bienvenue !!
Bon courage pour ta fiche ! :D
Revenir en haut Aller en bas
Level 2
Do not underestimate

Pseudo : Natia / Korea.
Avatar : Lee Chang Seon (Joon).
Messages : 207
Double compte ? : Ziegler Siobhan ; Seo Sek Shi & Ahn Marc.


Age : 28 ans en apparence et 78 ans en âge réel.
avatar
Choi Jae Sun
MessageSujet: Re: Sous le masque de la complexité, la simplicité se questionne. (SB)   Jeu 14 Avr - 21:04

Ah ah ! J'espère que tu vas pouvoir reprendre un bon départ avec ce pv ! :coeur: Je suis contente de voir que tu restes avec nous en tout cas, j'y tiens à mon rp ! Tu ne vas pas y échapper ! XD

Si tu as besoin de quelque chose n'hésite pas en tout cas ! :coeur: Et courage pour faire ce nouveau personnage ! :calin:

_______________________________

HOMELESS

Je n'ai pas toujours été parfait. Pardonnez-moi, ne m'en voulez pas. Je ne voulais pas être celui-là. Mon propre corps a décidé de me chasser. ©️shinouh


   
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Level 3
theyarepowerful

Pseudo : Heiko/Rieser.
Avatar : Mitsuji Sen
Messages : 39
avatar
Satô Benjiro
MessageSujet: Re: Sous le masque de la complexité, la simplicité se questionne. (SB)   Jeu 14 Avr - 21:19

Bien sûr que je reste. :coeur: Et je t'offre même mon premier RP si tu veux. :jtm:
(il faut VRAIMENT que je retire ce rose tout de suite, j'avais oublié)
Bref, merci, je vais essayer de finir ça vite fait, sans trop bâcler j'espère. ♥️
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Calices
willing slaves

Pseudo : Deubeulesse
Avatar : Kim Yeri
Messages : 19
Double compte ? : Jung Jae Jin

Age : 17 ans
avatar
Hwang Jade
MessageSujet: Re: Sous le masque de la complexité, la simplicité se questionne. (SB)   Jeu 14 Avr - 21:39

Bienvenue? Re-bienvenue? xD Je me perds un peu.

Mais en tout cas amuse toi bien ou encore plus avec nous ici :eheh:
Et pis Sen....magad, il nous faudra un lien :cute:

_______________________________

I wonder
if you ever
think of me
And I need you. And I miss you. And now I wonder... If I could fall into the sky, do you think time would pass me by ? 'Cause, you know, I'd walk a thousand miles if I could just see you tonight.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Level 3
theyarepowerful

Pseudo : Heiko/Rieser.
Avatar : Mitsuji Sen
Messages : 39
avatar
Satô Benjiro
MessageSujet: Re: Sous le masque de la complexité, la simplicité se questionne. (SB)   Jeu 14 Avr - 21:47

(rebienvenue)
Merci. ♥️ Avec plaisir pour le lien, et bon courage aussi pour ta fiche du coup. :eheh:
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Humans
we are weak

Pseudo : M (엗랜)
Avatar : Jeon Jung Kook + M (엘랜)
Messages : 419
Double compte ? : Yim Jung Won & Wu Gao Sheng

Why I need you when I know I will get hurt?
Age : 19
avatar
Kim Jun Myeon
MessageSujet: Re: Sous le masque de la complexité, la simplicité se questionne. (SB)   Jeu 14 Avr - 22:05

Welcome here with this new character ! Have fun ! :D

_______________________________

- 미안해, 사랑해, 용서해  -
내 사랑 ...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://calix-sanguinis.forumactif.org/t1211-topic
Level 3
theyarepowerful

Pseudo : Heiko/Rieser.
Avatar : Mitsuji Sen
Messages : 39
avatar
Satô Benjiro
MessageSujet: Re: Sous le masque de la complexité, la simplicité se questionne. (SB)   Jeu 14 Avr - 22:11

Merci. ♥
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Level 2
Do not underestimate

Pseudo : billpazuzu
Avatar : Chanyeol + billpazuzu
Messages : 32
Double compte ? : Bang Kibum ♥ leplusmieuxdelaterre

Elle...
Age : 19 à ma mort, 21 en réalité.
avatar
Song Hyo
MessageSujet: Re: Sous le masque de la complexité, la simplicité se questionne. (SB)   Jeu 14 Avr - 22:25

Ah du renouveau, des fois ça fait du bien !
J'te souhaite bon courage avec ce nouveau personnage ♥ t'es beau déjà héhé.

_______________________________


hate this part, paper hearts
Remember the way you made me feel. Such young love but something in me knew that it was real, frozen in my head. Pictures I’m living through for now, trying to remember all the good times. Our life was cutting through so loud. Memories are playing in my dull mind.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Level 3
theyarepowerful

Pseudo : Heiko/Rieser.
Avatar : Mitsuji Sen
Messages : 39
avatar
Satô Benjiro
MessageSujet: Re: Sous le masque de la complexité, la simplicité se questionne. (SB)   Ven 15 Avr - 14:24

Merci. ♥
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Level 3
theyarepowerful

Pseudo : Pimchan
Avatar : Bang Yong Guk [B.A.P]
Messages : 225
Double compte ? : Maybe

Age : 27 ans
avatar
Bae Keenan
MessageSujet: Re: Sous le masque de la complexité, la simplicité se questionne. (SB)   Mar 26 Avr - 19:51

Je suis très contente que tu prennes Beni car purée je le vénère ♥ c'est mon coup de coeur des prédéfs et EN PLUS celui dont j'étais fier de créer xD !

Encore Bienvenue alours ♥ ! Excellent choix de prédéf kékéké et vraiment désolé de débarquer maintenant. J'essaie de faire au plus vite pour valider ce beau petit monde ♥ !

En tout cas je te dis félicitation puisque tu respectes vraiment le personnage, l'idée que je m'étais faite de Benji ♥o♥ ! Tout est respecté, je suis aux anges !

J'arrête de blablater et je me presse de te valider chaton xD !


Félicitation

Tu es validé(e) !




Bravo à toi, tu as survécu à la première étape. Mais il te reste encore un petit bout de chemin afin de vivre parmi nos survivants. Tout d'abord, je te conseille de te trouver des amis en créant ta fiche de liens. Cela serait dommage de se retrouver seul(e)... Tu peux aussi remplir la partie liens situé dans ton profil pour qu'on puisse consulter ta fiche de lien, c'est très important. Ensuite, élances-toi dans l'aventure Calixienne en demandant ton premier sujet. Une bonne âme ou (peut-être pas) se fera une joie de trouver un ou une partenaire de rp. Pour finir, nous t'invitons à faire vivre la magie de Calix en votant sur les top-sites. Qui sait ? Peut-être que d'autres aventuriers te rejoindront !

Lilith et nous le staff, nous resterons toujours à ta disposition. Mais en attendant, nous te souhaitons une bonne aventure sur Calix Sanguinis !

_______________________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://calix-sanguinis.forumactif.org/t1187-han-min-sung-liens#1
Level 3
theyarepowerful

Pseudo : Heiko/Rieser.
Avatar : Mitsuji Sen
Messages : 39
avatar
Satô Benjiro
MessageSujet: Re: Sous le masque de la complexité, la simplicité se questionne. (SB)   Mar 26 Avr - 21:12

D'abord, merci. :inlove:
Tu peux être fière parce que ce personnage est vraiment cool, et je suis contente du coup de l'avoir bien saisi (un souci en moins :stp: ). Bref, je vais essayer de me montrer à la hauteur, à présent. :slurp:
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Sous le masque de la complexité, la simplicité se questionne. (SB)   

Revenir en haut Aller en bas
 
Sous le masque de la complexité, la simplicité se questionne. (SB)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Calix Sanguinis :: La gestion de nos survivants † :: Who are you ? :: Les survivants-
Sauter vers: