Partagez | 
 

 Les Ombres de la Nuit [Summer]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Level 3
theyarepowerful

Pseudo : Flafla
Avatar : TOP big Bang
Messages : 136
Age : 25 ans / 300 ans
avatar
Park Jun Min
MessageSujet: Les Ombres de la Nuit [Summer]   Mer 20 Jan - 17:38

Il devait sortir tôt ce soir. Il était attendu par une vieille amie pour une sortie nocturne. A priori, elle aurait désiré le voir dans son bordel mais, il fallait avouer, les gémissements des uns et des unes le malmenaient considérablement et l’empêchaient de se concentrer. Et ce soir, il ne désirait nullement faire partie de ce concert du Plaisir interdit, entre les quatre murs clos. En cette belle soirée, il souhaitait uniquement savourer – et comme d’habitude depuis ces derniers temps – une certaine solitude ou calme. Vêtu élégamment – en costard, en somme –, parfumé délicatement – il n’était nullement efféminé, et il préférait paraître féminin à vrai dire que d’être traité de puant par Summer elle-même – et « l’estomac remplit » de sang chaud, lui donnant un peu de couleur aux joues, il était plus que présentable.

La Maîtresse des Maisons Closes de Séoul – ou peut-être même de tout Corée – avait un tantinet insisté pour revoir son client favori – mais également ami, et amant occasionnel – suite à ses visites de plus en plus espacées, et à ses airs des plus moroses pour les rares fois où il venait. Il faut dire, en cinquante ans, il était passé du joyeux Milicien qui faisait des traits d’humour à un homme ombrageux, solitaire et des plus muets. Hormis le « travail », rien ne sortait de sa bouche. Autant dire, il avait dit et assuré à Summer que ses filles ou elle n’étaient nullement fautives de cette dépression qui gagnait toujours plus de terrain dans l’âme damnée du Milicien. Il était seulement fatigué.

Summer ne tarda pas à se présenter et elle était, comme toujours aux yeux du Milicien, d’une beauté élégante. A vrai dire, à bien réfléchir, c’était une caractéristique propre aux femmes de level 3 mais, malgré tout, chacune avait une distinction particulière. Certaines étaient élégantes, certaines envoûtantes, certaines impressionnantes, certaines intimidantes, certaines attractives comme la coréo-néerlandaise.

- Bonsoir Mademoiselle, finit-il par dire en baisant délicatement la main de la demoiselle qui sortait de son bordel. Je vous propose une belle balade au clair de lune, sous ce magnifique ciel étoilé, disait-il avec un ton un tantinet théâtrale et grave, volontairement.

Il pouvait être sacrément morose avec les filles de la maison close mais, pour la level 3 en face d’elle, il ne pouvait s’empêcher de faire des efforts. Elle n’était pas « n’importe qui », et elle était malgré tout une amie qu’il appréciait dans le fond. Il ne souhaitait nullement ruiner les moments passés avec par une humeur grise et aussi noirâtre que cette nuit. Il ouvrit la portière et attendit que la demoiselle monte.

- Voulez-vous bien m’accompagner ? continua-t-il sur la lancée de ce jeu.

Joueur … Il l’était oui, encore plus qu’aujourd’hui il y a cinquante ans ; A vrai dire, l’homme qui faisait face aujourd’hui à Summer n’était plus qu’une ombre face au colosse qui s’était dressé contre vent et marée depuis plus de deux siècles.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Level 3
theyarepowerful

Pseudo : Maddy'n
Avatar : Jamie Chung
Messages : 106
Double compte ? : ~


Age : 309 ans
avatar
Evans Summer L.
MessageSujet: Re: Les Ombres de la Nuit [Summer]   Lun 1 Fév - 19:18

Jun Min & Summer L.

« Plaisirs  Noctures »


Assise devant le miroir, les yeux fermés, je m'inspirais des bruits environnant pour revisiter quelques vieux souvenirs. Je revoyais dans les moindre détails l'établissement dans lequel j'avais grandi. Toutes ses filles également, dont tous les prénoms sont gravés dans ma tête et dans mon coeur. Malgré l'important tournant qu'avait prit ma vie, je n'avais pas su lâcher prise sur cette partie de mon passé. J'étais aujourd'hui à la tête d'un grand nombre de maisons de passes de Séoul, et j'étais loin de m'en cacher. La prostitution n'était pas un honte à mes yeux, encore moins un signe d'infériorité, et je n'avais que pour mot d'ordre que le respect, pour chaque personne qui travaillait dans un de mes établissement. Moi-même présente dans le plus réputé de mes établissements, je me préparais pour ma soirée.

Une soirée très différente des autres filles m'attendait, bien que le nom de mon rendez-vous était ici connu de toutes. Park Jun Min était connue par toutes les filles de l'établissement, même par celles qui n'avaient pas eut la chance de passer une nuit à ses côtés. C'était un homme charismatique et respectueux, et un si bon client que je n'avais pas tardé à m'occuper moi-même de lui, poussant notre simple relation d'amants du début à une amitié solide et sincère aujourd'hui. Seulement, l'homme que j'avais connu il y a plusieurs décennies avait désormais pas mal changé, et bien qu'il soit toujours aussi respectueux, sa joie de vivre et son sourire me manquait.

A sa demande, le rendez-vous avait lieu loin des bordels de Séoul, et ne sachant ce qu'il avait prévu, j'attendais sa venue en peaufinant ma tenue et mon maquillage. A la fois élégant et discret, j'aimais me montrer dans un style simple, qui pourtant, savait inspiré le respect envers ma personne. A moins que ce ne soit dû à mon statut de level 3. L'arrivée de Jun Min aux portes de l'établissement provoqua chez mes filles une certaine hystérie. Elles se plaisaient à nous observer, passionnées par nos aventures, comme si notre histoire provenait d'un livre de romance, certaines même espérait un jour l'officialisation de notre relation. Après avoir donné mes dernières consignes, je me dirigeais vers l'extérieur, où Jun Min m'attendait.

Comme à son habitude, il était galant  et élégant, si bien que je ne pouvais jamais rien lui reprocher. Il baisa ma main en signe de salutation tandis que j'affichais un sourire sincère, heureuse d'observer que le Jun Min que je connaissais n'avait pas totalement disparu. J'acceptais de monter la voiture et laissais le milicien refermer la porte avant de monter de l'autre côté de la voiture. Lorsque la voiture démarra j'arrivais encore à distinguer la présence de certaines filles derrière les fenêtres du bâtiment. Elles ne se lassaient jamais. Reportant mon attention sur mon rendez-vous. « Quelle est notre destination ? J'espère au moins que ce sera plus intime que la ville !  ». De la provocation ? Un petit peu. Je n'avais pas honte de celle que j'étais, et en jouer ne me posait pas de problème. De plus, nous avions passé un cap dans l'intimité depuis déjà longtemps. « Sinon, comment vas-tu ? J'espère que tu forces moins sur le travail. ». C'était un petit peu délicat comme sujet, mais je ne pouvais m'empêcher de penser qu'il en faisait trop.


Dernière édition par Evans Summer L. le Sam 13 Fév - 23:18, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Level 3
theyarepowerful

Pseudo : Flafla
Avatar : TOP big Bang
Messages : 136
Age : 25 ans / 300 ans
avatar
Park Jun Min
MessageSujet: Re: Les Ombres de la Nuit [Summer]   Sam 6 Fév - 1:40

Jun Min entendait les gloussements des demoiselles de la Maison Close et il sentait leurs regards insistants sur lui, et sur Summer … et il en souriait faiblement. A vrai dire, ce petit jeu l’avait lassé il y a bien des années mais, pour faire plaisir à ces « petites dames », il continuait à prétendre être amusé ou un tantinet intimidé. Il ne riait plus vraiment à la vie, ce n’était nullement une raison pour répandre son malheur autour. Enfin, peut-être que ce soir, Summer apportera un baume à son mal-être mystérieux.

- Nous serons loin de la ville
, rassura-t-il, ne donnant pas plus d’indications. Et hormis nous deux, il n’y aura personne.

Quant à la question du travail, il ne répondit pas immédiatement. Il se taisait soudainement, se renfermant telle une coquille. Ce n’était pas par timidité, ou par « énervement », mais davantage par « habitude ». Il se rendit bien compte du malaise qu’il installa inconsciemment, et se rattrapa du mieux qu’il pouvait en raclant sa gorge et en posant sa main libre sur celle de Summer.

- Ne parlons pas de travail, ce soir.


C’était peut-être le comble de dire ça à la Maîtresse d’une Maison Close et, peut-être, ne représentait-il qu’un « travail » en cette belle soirée ? Il pouvait être un ami pour le moment, mais plus tard, que sera-t-il ? Soit un ami à qui on allait rendre service, soit un client à servir. Dernièrement, suite aux insistances de Summer, une idée avait germé dans son esprit « d’artiste » et c’était avec grande peine qu’il dissimulait un tantinet sa nervosité. Heureusement, la solitude des routes, l’éloignement de la vie, et l’apparition graduelle d’un ciel étoilé – épargné de toute pollution- lui changèrent vite les idées.

Ils ne tardèrent pas à atteindre une falaise, après un passage dans une petite forêt isolée. Si les humains pouvaient avoir peur, ce n’était nullement le cas des Vampires et surtout pas de deux levels 3 qui surpassaient leurs pairs en termes de vitesse, de puissance, de sens ou de régénération. Arrivée à cette fameuse destination, soit pile aux rebords de la falaise, il arrêta le véhicule sortit, invita la demoiselle à en faire de même et … tapota le capot de la voiture.

- Ça te dirait d’observer les étoiles, avec moi, sur ce capot ?

Sans un mot, il s’allongea sur son dos pour se plonger dans la contemplation de ces petits diamants blancs. Il s’y plongea tellement qu’il en oubliait presque son monde … Jusqu’à ce qu’il commence à parler.

- L’époque où nous ignorons ce qu’était une étoile me manque
, commença-t-il. L’époque où gravir cette montagne en pleine nuit est davantage folie que « normalité », et où l’on se réfugiait dans notre petite demeure. L’époque où … nous étions encore un peu ignorant, où les choses simples de la vie suffisaient.

Il se tut bien vite, et finit par afficher un sourire amer.

- Et voilà que je radote. Je suis vraiment « Vieux » comme on commence à le dire partout.

Le « Vieux » avait été prononcé avec ironie, prouvant que ce mot ne désignait pas son vénérable âge mais davantage sa sénilité.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Level 3
theyarepowerful

Pseudo : Maddy'n
Avatar : Jamie Chung
Messages : 106
Double compte ? : ~


Age : 309 ans
avatar
Evans Summer L.
MessageSujet: Re: Les Ombres de la Nuit [Summer]   Sam 13 Fév - 23:18

Jun Min & Summer L.

« Plaisirs  Noctures »


Comme je m'y attendais en le voyant arriver, notre destination, même si elle m'était toujours inconnue, se trouverait loin de la ville. Jun Min n'avait pas tardé à me le confirmer et c'était d'ailleurs là le seul indice que j'avais. Si bien que mon imagination se mit en route toute seule, imaginant mille et un lieux dans lesquels nous aurions pû nous rendre en toute tranquilité. Certainement loin des humains. Mes yeux se fixèrent sur la vitre à mes côtés, regardant les lumières des rues de la capitale danser, alors que Jun Min attrapa ma main, me demandant d'oublier le travail pour ce soir. Pour ma part, ça ne me posait pas de problème, mais je ne pouvais pas m'empêcher de me dire que c'était certainement plus compliqué dans son esprit. Gardant sa main quelques secondes dans la mienne, je la caressais par réflexe du bout du pouce, avant de lacher prise.

Le voyage me parut à la fois très court et très long. Le paysage se dessinait peu à peu, tandis que les montages nous encerclaient. Désormais, c'était sur, nous serions bien à l'écart de tout autre être humain. Une soirée en toute tranquilité s'annonçait, ce qui n'était pas forcement un mal. Nous avions certainement besoin, loin comme l'autre, de retrouver une certaine sérénité dans nos vies. Sérénité qui se perdait un peu plus chaque jour depuis l'ascension fulgurante de la société vampirique. Être un level trois avait ses avantages comme ses inconvénients. Certes, nous étions craints et respectés par la plupart de nos pairs, mais nous étions aussi souvent solicité pour diverses affaires. Et encore, je ne me mêlais pas des affaires de la milice, alors certes, j'avais un peu de mal à vraiment me rendre compte de la pression qui pesait sur les épaules de Jun Min. La voiture finit par s'arrêter, me sortant de mes pensées.

Dans mon habituelle élégance, je descendis de la voiture et fit quelque pas pour regarder tout autour de moi. Nous étions isolés de toute civilisation, il n'y avait autour de nous que la nature et l'immensité du ciel. En parlant du ciel, Jun Min m'invita à m'assoir sur le capot de la voiture pour admirer les étoiles. Depuis combien d'années je n'avais regardé les étoiles en toute tranquilité ? Prise au jeu, je le rejoignis sur l'avant de la voiture, le visage levé vers les étoiles, tout en l'écoutant. « Petite, je pensais que les étoiles étaient les soleils des jours précédents. C'est un client qui m'avait expliqué ce que c'était réellement. ». Comme Jun Min, j'étais régulièrement nostalgique de l'époque où j'étais humaine. Pourtant, je n'avais pas à me plaindre. La vie - Ou du moins la mort - m'avait offert une seconde chance. Le respect, la liberté, la connaissance, et surtout l'affection, toutes ces notions n'étaient que des mythes lorsque j'étais humaine. J'y ais certainement gagner plus que j'y ais perdu. Mais le passé de Jun Min étant différent du mien, peut-être lui se lassait-il déjà de cette éternité. « Peut-être devrions nous tenter de nouvelles choses. Il y a certainement des choses qui nous surprendraient encore, des nouvelles sensations à explorer. A condition que nous allions à leurs rencontre. Regarde moi, déjà plus de 300 ans, et je continue de m'évermeillée devant les choses simples de la vie. Comme le ciel et les étoiles ! ».
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Level 3
theyarepowerful

Pseudo : Flafla
Avatar : TOP big Bang
Messages : 136
Age : 25 ans / 300 ans
avatar
Park Jun Min
MessageSujet: Re: Les Ombres de la Nuit [Summer]   Mar 8 Mar - 21:32

- Mes trois derniers siècles n’ont été que combat, sang, ordre et violence, Summer, soupira Jun Min.

Il semblerait que la demoiselle avait trouvé son bonheur dans cette seconde vie. Pour sa part, ce n’était pas tout à fait ça : son bonheur aurait été d’être avec la femme qu’il aime, mais elle était morte. Au lieu de diriger sa petite maisonnée, d’être son pilier et d’en apporter le pain, il dirigeait tout une communauté assoiffée de sang, qui ne vieillissaient pas et qui n’allaient que de décadence en décadence.

- Et si je désire une nouveauté, je suis mort.


Plus d’un souhaiterait voir sa tête sur un piquet. Il avait contrôlé bien trop longtemps la Milice, au point de se faire des ennemis redoutables qui n’attendaient qu’une faiblesse de sa part, qu’un « instant » pour planter une dague en argent en plein cœur, ou encore le décapiter sans pitié. S’il « changeait » ou « quittait » la Milice pour une chose « nouvelle », il signait sa mort. C’était être mangé ou manger, à ce niveau-là.

- Et puis, je ne sais pas si « la nouveauté » existe pour nous, Summer. Tu sais que j’aime la photo ? Tu sais que je vois, comme toi, les époques qui changent. Je suis las d’en être qu’un spectateur, il semblerait. Tous les matins, le même visage. Tous les jours, les mêmes visages. Tous les soirs, les mêmes choses.

C’était peut-être insultant à l’égard de Summer mais oui, il se lassait du monde en général. Plus rien n’arrivait à l’épater : ni l’insouciance des humains, ni les premiers-nés vampires, ni les vampires level 2 aux idées grandioses et encore moins les level 3 à la grâce inégalable et envoutante. Quant au monde : il savait ce qu’était les étoiles, il savait de quoi c’était fait. Ce n’était plus de petits soleils d’un jour précédent, ou des diamants du ciel. Ce n’était que de la physique et d l’astronomie. Son esprit cartésien était la raison de cet état d’esprit. Ce dont il avait besoin, c’était d’une étincelle, d’une nouvelle flamme, d’une personne ou d’une chose qui bouleverse de fond en comble son existence, qui l’oblige à reprendre des risques … qui l’empêche de « regretter » ce qu’il n’arrivait nullement à nommer ou à imaginer.

Cependant, il ne se laissa nullement aussi longtemps dans cet état-là.

- Parlant photo, et de sensation … Il se peut que j’ai une demande spéciale, Mademoiselle Summer.

Il se releva soudainement pour se diriger vers l’arrière de la voiture, afin de sortir du coffre une boîte assez grande. Clairement, un vêtement inestimable s’y trouvait. Il donna à la demoiselle, et il attendait qu’elle l’ouvre. Ce qu’elle allait voir était la chose suivante : une vieille tenue traditionnelle très élégante. C’était la tenue portée par les plus grandes dames de son époque d’humain, soit dans les environs des 1700.

- Quand j’étais jeune, j’appréciais de regarder ces dames de haute naissance porter ces tenues. Débutant en la matière, mes rêves étaient forts simples : une rencontre au clair de lune avec une grande dame portant une élégante tenue, quelques caresses et des échanges de baisers.

Il s’était à nouveau poser sur le capot et parler avec un demi-sourire de cette époque perdue. Qu’il avait été sot et innocent. Il en riait, à vrai dire.

- Mais mon imagination s’arrêtait aux caresses et aux belles paroles à cette époque-là. J’en connaissais nullement la suite, ria-t-il.

Sa première fois ? C’était son épouse, évidemment, comme l’exigeait les mœurs de l’époque. Eh oui, il n’avait pas le temps de voir une ou deux prostituées qu’on l’avait marié bien jeune à la plus jolie fille du village …

- Dis moi Summer, quel était ton « rêve innocent » avant de découvrir … les choses de l’amour ? demanda-t-il avec un air taquin.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Level 3
theyarepowerful

Pseudo : Maddy'n
Avatar : Jamie Chung
Messages : 106
Double compte ? : ~


Age : 309 ans
avatar
Evans Summer L.
MessageSujet: Re: Les Ombres de la Nuit [Summer]   Mer 25 Mai - 12:35

Jun Min & Summer L.

« Plaisirs  Noctures »


    Sur bien des points, Jun Min et moi avions des visions différentes. Je ne voyais pas la « mort » comme une fin, mais bien comme un renouveau. Quelques jours après ma transformation, j’avais du quitter tout ce que je connaissais. Ma ville, mon pays, ma « maison ». J’avais tout quitté en quelques instants, dans la peur et l’errance. Certes, sur le moment, je pensais  que c’était fini pour moi, que ma vie s’était arrêtée, mais ce fût à cette époque que je découvris le monde, et la vie. Moi, qui était née et morte prostituée, qui ne valait rien aux yeux du monde, j’avais désormais toutes les cartes dans ma main pour devenir celle que je voulais. Certes, j’ai continué pendant longtemps à vivre comme une fille de joie, mais dans différents pays, avec différentes cultures, et je fréquentais alors des hommes de plus en plus différents, parfois même de la haute société. Je découvrais et j’apprenais tout ce que j’étais interdit pendant des années, par peur d’en souffrir. Quel était l’intérêt de connaitre le monde quand on ne pouvait quitter une maison ? Désormais, l’intérêt était réel, et pendant des siècles, j’avais regardé le monde bouger, changer, et s’agrandir. Et doucement, je m’étais fait une place parmi tous ces changements. La vie ne m’avait rien apporté, elle ne m’avait même pas permit de garder mes véritables enfants. Certaines cultures vénéraient la mort plus que la vie, et peut-être avaient-elles finalement raisons. Mais ces changements résultaient directement de mes choix. J’avais fait ces choix de ne plus me soumettre, et de m’élever pour obtenir ce que je cherchais. Si ma vie n’avait été que violence et soumission, ma mort pouvait se révéler bien différente, et elle n’avait rien d’inéluctable. « Et les trois prochains pourraient n’être que plaisir, joie et paix, si seulement tu te le permettais. ».

    J’étais consciente que nos situations étaient très différentes, et que sa position de chef de la milice pouvait être soumise à un excès de haine particulier, mais s’il s’était fait des ennemis, il s’était également fait des amis. Et pas des moindre. J’étais certaine que s’il prenait le temps d’y réfléchir, il trouverait une solution pour lâcher prise. Encore fallait-il être certain que cela lui permettrait de retrouver une quelconque joie de vivre, ce dont je doutais toujours à l’heure actuelle. Son esprit était peut-être trop terre à terre, et peut-être ne voyait-il dans le miroir que le visage d’un homme qui avait tout perdu, ce qui pouvait lasser, je le concevais. Mais cela valait-il le coup d’avoir vécu déjà trois siècles de solitude si c’était pour abandonner maintenant ? Si l’on avait tenté de mettre fin à mon éternité peu après ma transformation, je l’aurais certainement accepté, ayant déjà tout perdu. Aujourd’hui, il y avait encore tant de chose que je voulais encore voir pour me permettre d’accepter ma fin aussi facilement. Et surtout, il était hors de question que je me laisse mourir qu’ailleurs que sur ma terre natale.

    Si la discussion ne semblait pas joyeuse, notre moral restait quasiment intact. Ce qui, je devais l’avouer, était plutôt une bonne surprise. Et alors que je commençais à me perdre dans l’immensité du ciel, Jun Min descendit du capot de la voiture. S’en pour autant en descendre, je me redressais pour suivre du regard le Coréen qui, je le vis, sorti une immense boite du coffre de la voiture. Lorsqu’il me tendit la boîte, je descendis du capot de la voiture pour l’y poser et l’ouvrir. A l’intérieur de la boite se trouvait une magnifique et grande robe qui me laissait croire, même si son état était irréprochable, qu’elle était aussi vieille que moi, ou presque. « Ou as-tu trouvé ça ? » . La robe était magnifique, et sans aucun doute, digne des grandes dames de l’époque.  Alors que je reposais délicatement la robe dans sa boite, j’écoutais Jun Min me raconter l’innocence qu’il avait à l’époque, je l’avoue, un petit peu moqueuse. « Je ne t’aurais jamais imaginé si pur et innocent. Tu as bien grandi » . Je prenais plaisir à le taquiner, surtout quand on voyait l’homme qu’il était devenu. Non pas qu’il soit devenu quelqu’un de mauvais, mais aujourd’hui, personne d’imaginerait qu’il ait pu être aussi prude. « Malheureusement, de là d’où je viens, il n’y avait pas de place, ni pour l’amour, ni pour l’innocence. Il était uniquement question de travail, et d’argent. ». C’est ce qui arrivait, quand on naissait dans une maison close. L’amour et l’innocence étaient des notions qui disparaissaient de notre esprit dès notre plus jeune âge. Les plus jeunes s’occupaient de diverses tâches ménagères, ou de services divers en vue du jour où elles pourraient être utilisées comme instrument de plaisir. Pour ma part, j’avais onze ans la première fois. Les plus chanceuses pouvaient se vanter d’en avoir quatorze ou quinze, mais aucune d’entre nous pouvait prétendre avoir connu l’innocence des « choses de l’amour ». « Les prostituées de mon époque n’avait pas ce luxe Jun Min. La seule chose à laquelle on pouvait prétendre rêver, c’était de ne pas se réveiller seule dans le lit au petit matin. » . Les clients qui passaient une partie de la nuit avec nous, disparaissaient toujours avant le lever du jour. Nous nous endormions à deux au milieu de la nuit, mais nous étions toujours seules à notre réveil. Ce qui nous rappelait que nous ne serions jamais des femmes. Du moins, pas celles destinées à être respectées d’une quelconque façon. Les choses avaient bien changées depuis cette époque, j’étais celle qui disparaissait au milieu de la nuit désormais.

    En voulant me rassoir sur le capot de la voiture, je reposais les yeux sur la robe, je réalisais que le Coréen ne m’avait pas encore donné d’explications sur le sujet. « Quelles sont vos intentions par rapport à cette robe, au juste, Mr Park ? » . Si Jun Min me l’avait donnée en me parlant de demande spéciale, ce n’était certainement pas pour rien. Il devait avoir une idée derrière la tête, la question était de savoir laquelle, bien que j’aie quelques soupçons.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Level 3
theyarepowerful

Pseudo : Flafla
Avatar : TOP big Bang
Messages : 136
Age : 25 ans / 300 ans
avatar
Park Jun Min
MessageSujet: Re: Les Ombres de la Nuit [Summer]   Mer 8 Juin - 22:54

Il voulut répondre aux paroles de la belle Vampire mais une sonnerie retentit. C’était son portable. Il aurait voulu ignorer tout cela mais la sonnerie insistait et, plus important, c’était de la part d’un Milicien en charge d’une mission importante. Il ne ferait pas sonner « autant » si l’affaire n’était pas importante. Le fait de répondre aux côtés d’une autre level 3 le gênait un tantinet : Summer entendra tout avec ses capacités exceptionnelles. Cependant, bon gré, et mal gré, il répondit. La suite détruisit toute la magie de la soirée, ramenant le beau Park Jun Min sur terre, dans le monde du travail.

- La mission s’est mal déroulée. Le Vampire a lancé un sort dans le wagon, sur un certain périmètre. On ne pouvait pas contrôler notre soif. Et il n’était pas seul, il y avait une dizaine d’autres vampires … On a du laisser la moitié des passagers derrière nous, aux « autres », pour sauver l’autre moitié. Et notre peau.

Jun Min ne disait rien. Il se contenta de mettre fin brutalement à la conversation, pour aussitôt farfouiller les dernières nouvelles russes, voire mondiale. Et effectivement, déjà les premières images du wagon abandonnées étaient véhiculées sur quelques sites. Ce n’était qu’une question de temps avant que cela ne se propage. Les humains étaient certes moins, mais ce n’était pas le moment pour déclencher une rehausse des mouvements rebels. Il avait déjà beaucoup à faire rien qu’avec les vampires et le grimoire laissé dans la nature.

Enervé, en colère, il rangea rageusement la robe dans le coffre, pour ensuite faire les cent pas autour de la voiture. Il réfléchissait encore et toujours. C’était mauvais : mauvais qu’on sache que les vampires n’étaient pas aptes à se contrôler, et mauvais que des rumeurs sur une probable puissance du grimoire circule au sein de chaque gueux de cette planète. Il fallait à tout prix que les recherches sur tout cela s’accélèrent. Destin ou hasard, la réponse pouvait se trouver en Summer.

- Tu es toujours à la recherche de choses anciennes, n’est-ce pas ? Et tu as un bon jolie réseau de bordel …

Plus que jamais, ses intentions étaient claires.

- Il faut que l’on mette la main sur ce grimoire au plus vite, Summer. Au risque que toi, comme moi, on va mal finir. Les Krnisk et maintenant cette capacité de « contrôler », c’est trop … trop de pouvoir laissé dans la nature. Il faut retrouver ce grimoire, et le mettre dans un lieu inaccessible pour qui que ce soit.

Il se tut, et étudia la Coréenne qui est tantôt une amie d’affaire, tantôt une amante, tantôt une confidente.

- Est-ce que tu me comprends, ou penses-tu différemment ?

Park Jun Min n’hésitait jamais à consulter un avis tiers, et surtout un avis féminin. Réalité ou impression, il trouvait que les femmes avaient un instinct plus développé, et une finesse plus poussée pour comprendre certains concepts de ce bas-monde. En somme, la seconde face d’une même pièce qui complétait l’autre face.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Level 3
theyarepowerful

Pseudo : Maddy'n
Avatar : Jamie Chung
Messages : 106
Double compte ? : ~


Age : 309 ans
avatar
Evans Summer L.
MessageSujet: Re: Les Ombres de la Nuit [Summer]   Mar 14 Juin - 18:25

Jun Min & Summer L.

« Plaisirs  Noctures »


    Le téléphone de Jun Min sonna, coupant court à notre conversation. J’aurais voulu qu’il ne réponde pas, qu’il ignore cet appel, l’empêcher moi-même de répondre. Jun Min était le genre d’homme à faire passer son travail et son honneur avant ses propres envies, ce n’était pas une surprise pour moi, mais cette fois-ci, j’aurais préféré qu’il pense à lui et uniquement à lui. Pour quelqu’un fatigué de son travail et de ses activités, il était toujours très présent pour la milice. Comme ce soir. La gravité des nouvelles n’enlevait rien à mon mécontentement. Tout cela aurait pu attendre demain matin. Je ne connaissais pas les détails du problème, mais de savoir que des miliciens avaient dû fuir en disait long sur la situation, pour autant, j’étais certaine qu’il était déjà trop tard pour que nous puissions intervenir. Quel interet alors de gacher une soirée en sachant pertinament que la situation ne dépendait pas de nous ? C’était peut-être égoïste, mais au-delà de ma propre personne, je m’inquiètais bien plus pour celle de Jun Min. Il était un vampire fatigué par cette violence et peut-être était-il temps pour lui de comprendre que chaque bataille ne pouvait pas toujours être la sienne. Bien qu’à la vue de sa réaction, ça ne soit pas pour ce soir. Je le regardais, ranger la robe dans son coffre, sous un excès de rage, avant de faire les cents pas autour de la voiture. Ce qui n’avancerait pas la situation. A mon tour, je descendis du capot sur lequel j’étais toujours assise pour me rapprocher de Jun Min et lui prendre la main. « Calme toi. Rager ne t’aidera pas à y voir plus clair. ».

    Tant bien que mal, j’essayais de me montrer apaisante. La colère n’aidait en rien au moment de prendre des décisions, si ce n’était les mauvaises. Manquant d’information, je consultais mon téléphone pour en apprendre plus sur les nouvelles mondiales. Rapidement, les choses se mirent au clair. Les nouvelles mondiale, la conversation de Jun Min et les messages de certaines de mes prostituées donnaient un sens à toute cette histoire. Et effectivement la situation était grave. Quel genre de vampire pouvait altérer autant l’esprit d’un autre ? Et surtout quel était l’intérêt ? Les humains avaient perdu le contrôle du monde mais pour autant, ils nous restaient necessaire. Le monde ne s’écoulerait pas si l’équilibre entre nos deux espèces perdurait, alors quel pouvait être l’intérêt d’assassiner tant de gens en si peu de temps… Mes réflexions mes perdirent plus profondément dans mon esprit jusqu’à ce que la voix du milicien se fit entendre. Enfin, je commençais à entrevoir ses intentions. « Je te comprends mais... ». Je marquais un temps d'arrêt pour réfléchir. Pour la première fois depuis longtemps, j'hésitais vraiment, au plus profond de moi. J'étais déjà entrée en contact avec ce grimoire, est ce que je désirais vraiment recroiser son chemin ? « Je ne sais pas. Comme moi, tu connais les conséquences d'avoir entre les mains ce livre, es-tu sur d'être prêt à tout perdre à nouveau ? ». Etais-je prête moi aussi à tout perdre une nouvelle fois ? Mais rester indifférente me permerrait-il de continuer à vivre ? Tout semblait si compliqué quand il était question de ce maudit bouquin. « Je vais avoir besoin d'y réfléchir, sérieusement. Mais quoiqu'il arrive, si j'apprends quelque chose, tu seras le premier au courant. ». Même si refusait de partir à la recherche du grimoire, je restais quelqu'un de loyal, et j'étais prête à fournir à Jun Min toutes les informations que je pourrais obtenir, et à prêter oreilles à toutes les rumeurs potentiellement interessantes. Les bordels débordaient de rumeurs et de on-dit, et le commérage faisait parti intégrante des activités. Et le milicien le savait parfaitement. « Tu avais des hommes sur les lieux ? Comment vont-ils ? ». Non, je n'étais toujours pas une grande amie des miliciens, mais Jun Min avait confiance en ses hommes, et les potentiels survivants avaient peut-être des informations à nous donner.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Les Ombres de la Nuit [Summer]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Les Ombres de la Nuit [Summer]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Calix Sanguinis :: Séoul † :: Hors Séoul :: Montagnes-
Sauter vers: