Partagez | 
 

 Une heure de plus à vivre, stay calm...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité

Invité
MessageSujet: Une heure de plus à vivre, stay calm...   Mar 29 Juil - 17:12

Brother, I'll make you mine, you see ? ※  Asami & Kazuki




Asami Rlymanovchka
Kamijo




J'étais enfin arrivé à l'aéroport de Séoul. Le voyage n'était pas si long, mais l'impatience avait raison de moi. J'allais enfin pouvoir retrouver mon frère, Kazuki. Franchissant la porte, j'arrivais sur la route principale de cette capitale. Les structures ne ressemblaient en rien à ce que l'on voyait en Russie, et surtout, les rues étaient étonnamment bondées ! Asami prit la peine de lire les panneaux. Difficilement, soit, mais il y parvient. Son coréen était médiocre, donc réussir à s'en sortir allait être bien difficile pour le jeune mafieux. Surtout quand il cherchait quelqu'un sans savoir par où commencer ! Cherchant du regard un hôtel pour pouvoir avoir un minimum de logement, je ne trouvais rien de bien accueillant à première vue. Un taxi garé devant l'aéroport était libre, ce qui me fit penser que le chauffeur aurait peut-être un bon endroit à me présenter. A peine avais-je commencé à parler que le chauffeur me proposait de parler en anglais. Mon coréen était donc si minable ? Un peu irrité, j'haussais un peu la voix en demandant à être conduit à un bon hôtel. Malgré ça, le chauffeur prit la peine de continuer à dialoguer. Au cours de la conversation, l'homme mentionna avoir vécu la même expérience avec un autre client russe quelques temps auparavant.

Bondissant face à cette information, je ne réussis à rester de marbre. Bondissant presque, je l'inondais de questions sur ce fameux russe. "Un homme un peu plus grand que vous, la peau assez blanche et des yeux aussi bleus que les votres". Le bleu des yeux de la famille Rlymanovchka n'avait jamais été entaché depuis des générations. Un mélange de saphire et d'opale. Aucun doute, ce client, c'était bel et bien Kazuki.

Je restais silencieux le reste du trajet. Une fois arrivée à l'hôtel, je remerciais le chauffeur et lui laissait un supplément sur sa course. Effectivement, ce genre de bâtiment convenait plus à quelqu'un qui avait l'habitude du luxe. A l'accueil, il y avait un aquarium rempli de poissons divers et variés. Comme un gamin, je l'admirais comme si c'était un tableau vivant. L'hôtesse me demanda si je voulais des renseignements. Sursautant, je m'excusais et lui expliquais que j'étais fatigué. Quémandant une chambre, la jeune femme me proposa différents types de pièces. Évidemment, une chambre au dernier étage, lit double, terrasse et baignoire, je n'allais pas prendre un petit truc où je pouvais à peine m'étirer ! L'hôtesse me désigna le livre des registre pour que je puisse signer. Regardant par curiosité les noms précédents, je vis le même que le mien. "Kazuki Rlymanovchka". Le sourire qui se dessinait sur mon visage voulait bien dire que j'étais heureux. Il était là, quelque part. J'allais enfin le retrouver. Et puis en lisant plus attentivement, je constatais qu'il s'agissait de sa signature de départ de l'hôtel... Quelle malédiction pesait sur moi, non mais vraiment ?

Blasé, je signais la feuille et prenait la clé. Un bain. De la détente, pitié. Rien que l'idée de pouvoir me détendre un peu me fit presque courir dans les couloirs pour rejoindre ma chambre. Jetant ma valise sur le lit, je commençais par faire couler l'eau du bain. Le tend que la baignoire se remplisse, j'avais fuit sur la terrasse. Admirant la ville d'en haut, les bâtiments couvraient tous le panorama. Il y avait vraiment toutes sortes de structures, et ça donnait un certain charme à la ville. Soupire. Et c'est dans tout ce foutoir que je devais retrouver mon frère... Je pensais pouvoir y arriver assez vite mais en fin de compte, j'en avais pour un moment à jouer au chat et à la souris. Le bain était prêt. Je me déshabillais en jetant mes fringues au hasard dans la pièce et me glissant dans l'eau. Ah, quel bonheur ! Levant la tête au plafond, je me mis à penser. Et quelle erreur de ne pas avoir réussi à m'arrêter. Je me retrouvais en larmes dans mon bain. J'avais été si heureux de voir son nom, je pensais avoir enfin atteint mon but puis tout s'était écroulé, encore. Kazuki, bon sang, mais où es-tu passé ? Son visage me hantait, quand je fermais les yeux, l'image de son sourire au bal revenait. Et comme un idiot, tout ce que j'avais fait ce soir là, c'était foutre un coup de poing sur sa belle gueule.

Me mordant la lèvre, je mis la tête sous l'eau pour tenter de remettre mes idées en place. Revenant à la surface, j'admirais encore une fois le plafond. Le silence était roi dans la salle de bain. Du moins, jusqu'à ce que mon ventre grogne. Un nouveau soupire, et je sortais de bain. Uniquement une serviette autour de la taille, je m'emparais du téléphone de service et commandais de quoi diner. Il ne fallut pas longtemps à la jeune serveuse pour me livrer. Je n'avais toujours rien enfiler, mais j'accueillais tout de même la jeune fille dans ma chambre habillé de ma serviette uniquement. La gêne se lisait sur son visage, et je voyais bien qu'elle n'arrivait pas à regarder autre chose que mon torse. Agrippant son menton, je la fis me regarder dans les yeux. Un sourire en coin, j'avertis la demoiselle que mes yeux valaient aussi le détour, quitte à regarder mon corps en bavant presque. Bégayant, elle s'excusa et prit la direction de la porte. Je l'interpellais. J'avais bien du temps à tuer, alors autant s'amuser. Lui proposant de constater d'elle-même de quoi ce corps était capable, ses joues s’enflammèrent tant le rouge dominait sur son visage.  Ça m'amusait. Ne l'entendant plus, j'approchais mes lèvres de son oreille, léchant son lobe. La jeune fille se colla contre mon torse, un frisson lui parcourant l'échine. Je l'allongeais sur le lit et profitait de ce petit divertissement une petite heure.

Le repas était froid quand la serveuse fût partie. Mais tant pis, j'avais vraiment trop faim maintenant. J'engloutissais le contenu de mon assiette et défit ma valise pour trouver de quoi m'habiller. Un jean et un haut large, je prenais ma veste légère et quittait ma chambre. Je me sentais mieux de m'être un peu défoulé, donc il fallait désormais que j'aille à la chasse aux informations. Je devais trouvé un bar connu où pas mal de personnes se rendaient. L'hôtesse me proposa le bar de l'hôtel, au sous-sol, correspondait bien à cette description. Elle m'expliqua que de nombreux spectacles y avaient lieu et que du fait qu'il soit coupé de l'hôtel, tout le monde y avait accès. Ce bar, on y accédait en passant dans la ruelle bordant l'auberge et en descendant les escaliers. La remerciant, je sortais de l'hôtel et filais directement dans ce fameux bar.

Il allait bientôt être minuit, j'étais toujours au bar à boire comme un ivrogne. Ça devait bien faire quatre heures que je glandais comme un idiot. En venant ici, je pensais oublier un peu mon désespoir de n'avoir toujours aucun signe de Kazuki. Personne n'avait entendu ou vu un tel homme. Du coup, à nouveau désespéré, j'avais chercher un petit jouet pour ce soir mais... Qui voudrait-on draguer dans ce bar pourri ? Au moins, le mien grouillait de beautés et de bons coups. Pourtant, je m'obstinais à rester ici. Constatant que mon verre était vide, j'appelais le barman. Il ne bouge pas. Allant pour hurler  de m'apporter un autre verre, je remarquais que la musique s'était arrêtée. Plus personne ne bougeait. "C'est quoi ce délire... ?". L'horloge au dessus du comptoir s'était figée à minuit pile. Pensant qu'il s'agissait de l’œuvre d'un vampire, je scrutais les visages de toutes les personnes présentes dans la salle. Non, aucune trace de ces créatures.

Par contre, un sourire en coin, ces deux-là, depuis tout à l'heure, ils m'énervaient. Le mec trouvait pas son courage de dire à la fille qu'il veut sortir avec elle. Et elle, elle se bouge pas non plus... Jouant de leurs corps figés, je fis en sorte qu'ils soient sur le point de s'embrasser. Ça sera drôle quand ils se réveilleront ! Puis la nostalgie m'envahit. Depuis quand jouais-je les cupidons ? Bref, ma bêtise me fit sourire mais me renvoyant en pleine figure que moi-même je n'avais jamais fait part de mes sentiments à Kazuki... Un pincement  au cœur rien que de penser à lui. Mes yeux croisèrent l'horloge. L'aiguille refusait de continuer son train-train quotidien. Je n'arrivais pas à comprendre ce qu'il se passait. Avais-je trop forcé sur la boisson ? Me grattant l'arrière du crâne en soupirant, je me dirigeais vers la sortie. Peut-être que dehors tout irait mieux. Ouvrant la porte, je m'apprêtais à monter les escaliers mais en levant la tête, je me suis rendu compte que quelqu'un était là. "Il" était là, devant moi. Ses yeux bleus plus magnifiques que n'importe quelle pierre brillaient malgré la pénombre.

“Kazuki...”







Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité
MessageSujet: Re: Une heure de plus à vivre, stay calm...   Ven 1 Aoû - 20:23


Une heure de plus à vivre, stay calm...
 Est-ce que c'est un rêve ?


Ha que d'ennuis en ce moment, entre certains problèmes de gangs, de trafic et d'autre j'étais de plus en plus fatigué. Et depuis un moment les problèmes de vampires commencent aussi... J'avais complètement pété un cable. A croire que je travaillais beaucoup trop, quoi que, ça fait un moment que je n'avais pas pris un jour de repos. Actuellement j'étais dans un hôtel de luxe, dans une chambre, enfin une suite, ce serait le mot exacte même. Allongé sur le lit, je fermais les yeux tout doucement soupirant, la vie d'un krsnik peut paraître dur parfois. J'avais de plus en plus de mal à tenir avec de la nourriture simple, le sang de vampire me manquait terriblement... Parfois je me pose la question, " Ai-je vraiment fait le bon choix ? " je n'oubliais pas ma vengeance pour autant, mais la pègre me prenait tout mon temps. Certes j'arrivais à avoir de magnifique informations, mais cela ne me suffisait plus du tout, il fallait vraiment que je me bouge, pour "elle". Même si en ce moment mes sentiments envers une personne fleurisse un peu plus chaque jour, je m'étais pourtant juré de ne plus avoir de tels sentiments, c'était si douloureux.... Il ne fallait pas que j'ouvre mon coeur une nouvelle fois, mon nom porte malheur au final. D'autres personnes aimeraient tellement avoir ma place, oui je vis dans le luxe, mais aussi dans la mort chaque jour, toujours un peu plus.

Secouant la tête légèrement, je pris mon visage entre les mains et frotta mes joues pour changer mes idées. Un chef ne devait pas avoir de doutes, c'est ma vie et je dois l'accepter telle quelle se présente. Je me leva de mon lit et partit prendre une douche, cela faisait maintenant 3 jours que j'étais réfugié à cet hôtel, il fallait que je sorte de là. Sortant de la salle de bains habiller d'un peignoir blanc, je pris les vêtements que j'avais préparés en avance. Je voulais être décontracté pour une fois, alors je mis un jean, avec un simple t-shirt blanc à manche 3/4, avec cet ensemble j'avais une paire de boots noires assortie à ma veste en cuir. Je me séchais les cheveux pendant une bonne vingtaine de minutes, je regarda un instant mes tatouages, il fallait que je retourne chez le tatoueur pour refaire le noir... Bah je ferais quand j'aurais le temps car l'argent cela ne me manquait pas du tout, je finis par signer le livre des registre et sortit de l'hôtel! Je pris mes affaires avec moi, mon chauffeur m'attendait, mais je lui demanda juste de prendre ma valise et de la déposer chez moi. Je voulais faire un tour tout seul, oui j'aime faire des caprices, c'est dans ma nature de toute manière.

Je partis donc dans mon coin, à vrai dire j'avais sentit une odeur forte agréable. J'avais faim, oui j'avais besoin de sang et j'avais trouver un vampire qui allait faire l'affaire pour un certain temps. Je le suivis et l'attaqua sens remord, je mordis directement dans sa jugulaire et pris sa vie, en à peine 10 minutes, j'étais dans un coin de rue où personne ne passait évidemment. Je sentais que ça allait beaucoup mieux, ma force était à son point le plus fort, je laissa le cadavre dans une poubelle caché entre deux sacs... Cela faisait un bien fou, je m'étirais doucement, je voulais aller faire un peu la fête, me trouver quelqu'un pour ce soir. Ah c'est vrai que l'hôtel où j'étais il n'y a pas quelques heures avaient un bar, je réfléchis un instant et regarda autour de moi, non il n'y avait pas de bar assez bien pour moi ici. Je pris le chemin de l'hôtel pour y aller, le bar était situé dans une rue à côté qui longé le bâtiments, il était donc au sous-sol... Je regarda l'heure et constatait que l'aiguille de ma montre c'était figé sur minuit.... Une désagréable sensation envahit mon corps, je me retourna et regarda les autres rues, je fus surpris de voir les gens figés à leur tour. C'était quoi ce foutoir ?! Tout c'était figé dans le temps, quel genre de personne pouvait faire cela.... Mais je ne pus réfléchir d'avantage car j'entendis une voix prononcé mon nom, bien évidemment je regarda vers la direction de l'entrée du bar, en bas des escaliers... Je regarda la personne un peu plus attentivement... Je restais planté comme un idiot... C'était... Non ce n'était pas possible, j'étais en plein rêve ce n'est pas possible, ce visage d'ange, cette voix agréable et douce à entendre et ces yeux... Ces yeux que seul moi pouvait reconnaître... " Asami...?"

Je m'avança dans les escaliers lentement, je tremblais, mon frère était là sous mes yeux, en Corée. Comment ?! Si c'était un rêve je vous en supplie faite que je ne me réveille jamais... Je me mis à courir vers lui, et le pris dans mes bras, ma force était telle que son corps ce plaqua contre un mur, mais fort heureusement pour lui une de mes mains agrippait ces doux cheveux ondulés, je le serra fortement contre moi. Lui qui était ma seul famille.... " Asami, c'est vraiment toi ?! Je te croyais mort, tu ne m'as donner aucune nouvelle depuis ce jour." Je recula d'un pas et l'admira de mes yeux bleus " Tu as tellement grandit, petit frère...". Je n'y croyais pas mes yeux, est-ce cela qu'on appel un miracle ?


Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité
MessageSujet: Re: Une heure de plus à vivre, stay calm...   Sam 2 Aoû - 1:04







Une heure de plus à vivre, stay calm...
Brother, I'll make you mine, you see?



Kazuki se tenait là, devant moi. Quelques secondes auparavant, j'étais dans ses bras. J'avais l'impression d'être figé comme les autres, tout autour. Combien de verres avais-je bu ? L'ivresse m'avait-elle endormi à ce point ? Quel rêve magnifique, retrouver mon frère par un pur hasard... Mais ce parfum, et ce toucher semblaient si réels. Le temps s'était peut-être arrêté pour que nous nous retrouvions ? Ses yeux étaient humides. Il n'allait pas pleurer, bien sûr, c'était un homme bien trop dur avec lui-même. Kazuki aussi était fort étonné de me voir, me demandant même pourquoi je ne lui avais pas donné de nouvelles vu que je n'étais pas mort, contrairement à ce que les autres lui racontèrent. Sa voix, mon dieu...

Je reculais d'un pas, l'émotion avait raison de moi.« Tu as tellement grandit, petit frère », c'est ce qu'il me dit. Mes yeux s'embuaient de larmes. Mon cœur s'apprêtait à exploser. Mon frère ne m'avait pas oublié, j'étais si heureux... Si quelqu'un me réveille, je le tue sur le champ ! Les lèvres tremblantes, j'allais pour lui expliquer tout mais mes larmes prirent le devant et inondèrent mes joues. Plus ma voix essayait de sortir, plus mes sanglots prenaient le dessus. Essuyant tant bien que mal mon visage humide, je cherchais les mots pour réussir à lui parler. Me voyant ainsi, il me prit à nouveau dans  ses bras, passant une main chaleureuse dans mes cheveux en bataille. Profitant de cette étreinte pour passer mes mains dans son dos, je profitais au mieux de ce temps qui m'étais offert près de lui. Mes sanglots s'arrêtèrent et je retrouvais enfin usage de ma voix. Expliquant à Kazuki qu'en fait j'avais vécu chez un oncle croyant que j'étais le dernier survivant de la famille, je lui commençais à lui raconter tout ce que je pouvais. Me tapotant l'épaule, alors que je n'arrivais pas à mettre de pause dans mon récit, mon grand frère me proposa d'aller à l'intérieur du bar, prétextant être gêné de rester ainsi dans les escaliers. Tournant les talons pour retourner à l'intérieur, je me pris la porte. La tête dans la lune, j'étais tellement perturbé que je devenais carrément débile !

La honte se lisait sur mon visage mais Kazuki rigola légèrement avant de me demander si je ne m'étais pas fait mal. Me frottant le nez, je lui dis que ca allait. Nous sommes donc rentrer dans le bar. Sans plus d'étonnement, mon frère se posa au bar, se servant dans la bouteille posée sur le comptoir. Je suivais le mouvement et m'installais sur la chaise à côté de lui. Admirant son visage, il plongea ses yeux bleus dans les miens et me demanda de continuer mon récit, ce que je fis sans plus tarder. Il laissait sa tête reposer contre sa main, me fixant de son regard océan. Je racontais comment j'avais commencer à travailler pour la mafia, l'accident de nos parents, et je finis par le bal des Rlymanovchka. Explosant de rire, Kazuki me confia qu'il n'avait pas eu le temps de comprendre que c'était moi, ce jour-là. M'excusant platement, mon aîné me souriait. Un silence pesant prit place, et je continuais de réfléchir à ce que je pourrais bien raconter. Puis me revint en mémoire que je n'étais pas le frère de Kazuki. « Au fait, on n'est pas vraiment frères. Je suis le fils de la sœur de papa... Ah, notre famille est bien compliquée ! » concluais-je avec un petit rire nerveux. « On est cousins alors ? Pardon, mais je vais continuer à t'appeler petit frère un moment. Il y eut un léger malaise dans la salle. Puis Kazuki finit par dire : " Tu es tout ce qu'il me reste, tu sais. Nous ne sommes plus que deux Rlymanovchka. On est vraiment maudit, hein ? ».

Ouais. Maudit était mon cœur d'avoir ce genre de sentiments à ton égard. J'étais tiraillé entre l'envie de t'embrasser sans demander ton avis et l'envie de te garder près de moi sans rien te dire de ce qui était né dans mon cœur. Je te regardais droit dans les yeux, et toi tu en faisais de même. Bon sang, ton sourire allait bientôt prendre le dessus sur ma raison. Je me levais de ma chaise et, m'apprêtant à t'embrasser, je me rendis compte au bon moment de la connerie que j'allais faire. Tournant la tête pour échapper à tes iris, mon regard se perdit sur la pendule. L'aiguille n'avait toujours pas bougé, l'horloge affichait toujours minuit. Dos à toi, je n'osais plus bouger. Je sentis alors la main de Kazuki agripper mon bras...




Revenir en haut Aller en bas

Messages : 259

avatar
Lilith
MessageSujet: Re: Une heure de plus à vivre, stay calm...   Lun 25 Aoû - 20:27



Une heure de plus à vivre


Rien ne semble donc perturber les frères/cousins Rlymanovchka. Quelle honte, moi, qui a tellement besoin de me sentir reconnu et crains par les vulgaires hommes. Ah, alors que vous papotez gentiment de vos histoires d'ancêtres, vous n'avez pas fait attention au danger qui rodait en ville. Pauvres idiots imbus. Vous n'allez pas tarder à le regretter. Alors que le vent se met à rager dehors déplaçant de pauvres pigeons trop maigres pour résister un hurlement d'horreur s'échappa des égouts. Il faudrait peut-être commencer à vous réveiller jeunes hommes avant de le regretter.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://calix-sanguinis.forumactif.org
Invité

Invité
MessageSujet: Re: Une heure de plus à vivre, stay calm...   Lun 1 Sep - 13:12


Une heure de plus à vivre, stay calm...
 Est-ce que c'est un rêve ?


J'avais retrouvé le sourire, un vrai sourire, pas un faux qu'on fait devant des inconnus. J'avais retrouvé mon frère après toutes ses années... Nous étions rentrés dans le bar pour discuter avec un verre à la main. Il me raconta alors tout ce qu'il avait fait au par avant, mon menton posé sur le dos de main, je l'écouta attentivement. C'est alors qu'il me révéla qu'ont étaient pas vraiment frères... J'eu un choque au début, mais ne laissa rien parrître devant lui. Non pour toi tu resteras mon frère à tout jamais, on a été élevé comme tel alors pourquoi arrêter ? Je lui dis alors avec un simple sourire " On est cousins alors ? Pardon, mais je vais continuer à t'appeler petit frère un moment..." Un blanc s'installa entre nous, comme une gène... Je répliqua alors pour continuer la conversation " Tu es tout ce qu'il me reste, tu sais. Nous ne sommes plus que deux Rlymanovchka. On est vraiment maudit, hein ? ". Oui maudit, nos parents étaient morts dans une telle violence, je n'avais rien vu de tout ceci alors qu'Asami oui... Cela à du être dur pour lui, lui qui était si jeune. Et je n'étais pas là pour lui, je soupirais doucement, puis le regarda... Je me mis à sourire doucement, il ressemblait quand même à notre père, il reste à Rlymanovchka après tout... soudainement Asami tourna la tête de l'autre côté. Mon petit frère n'avait pas l'air très à l'aise, je me demande pourquoi... Quelque chose n'allait pas ?

Je posa ma main sur son bras en douceur " Asami.... ". j'allais lui dire quelque chose, mais soudainement j'entendis un hurlement d'horreur, mon corps ce figea entièrement. Qu'est ce que c'était que ça ?! Je regarda l'heure, l'horloge affichait toujours " minuit" c'était quoi ce bordel ? Je n'aimais pas ça du tout. " Asami on sort d'ici, j'ai un mauvais pressentiment... Suis moi !" Je pris soudainement mon frère par le bras et sortit du bar, je fus surpris par le vent qu'il y avait dehors, alors que quelques heures au par avant tout étaient calme. Finalement je pris mon frère par la main le tenant fermement et essaya d'appeler mon chauffeur, mais ce dernier ne répondait pas. Fait chier, normalement j'avais laissé une de mes voitures pas très loin d'ici. J'emmena mon frère avec moi, je sentais que quelque chose ce rapprochait de plus en plus de nous, mais quoi ? Je n'en savais rien, mon visage avait un air assez grâve, on emprunta une rue, mais Asami s'arrêta pour me demander ce qui n'allait pas. Je me retourna rapidement vers lui fronçant les sourcils " Asami ne fait pas l'enfant et suis moi sans faire d'histoire ! Quelque chose approche et je ne sais pas ce que c'est... Mais c'est dangereux !" Je le sentais étant donné que j'étais un Krsnick mais c'est vrai qu'Asami était qu'un humain après tout... Il ressent moins les choses que moi...

Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité
MessageSujet: Re: Une heure de plus à vivre, stay calm...   Lun 1 Sep - 14:33






Une heure de plus à vivre, stay calm...
Brother, I'll make you mine, you see?


Sa main sur mon bras,  son visage était doux. Kazuki souriait comme avant, cette époque où tout allait bien. Oui, ce temps où nous étions inséparables. Je me sentais apaisé de le voir ainsi, après toutes les souffrances qu'il avait pu endurer. Soudain, un cri résonna dehors, rendant le visage de Kazuki blanc d'horreur. Que se passait-il, bon sang ?! C'est comme si mon frère ressentait quelque chose que je n'arrivais pas à percevoir.

L'horloge ne bougeait pas, minuit était roi. Paniqué, mon frère m'invita à sortir du bar en me prenant par le bras. Sa poigne était forte mais ne faisait pas mal. C'est comme s'il avait peur de me lâcher. J'aurais préféré que l'ambiance soit du genre "fugue en amoureux", dommage... Là, la panique avait raison de nous. Une fois à l'extérieur, un vent glacé souffla sur nous. Je regardais autour de moi si quelque chose pouvait donner un indice sur la situation, mais rien. Puis mon coeur manqua de s'arrêter. Kazuki venait de prendre ma main. J'admirais nos mains agrippées l'une à l'autre. Un petit rire nerveux s'échappa de ma bouche, comme une vierge effarouchée l'aurait fait dans une telle situation.

Alors que je restais bloqué sur nos mains enlacées, Kazuki tentait en vain de joindre son chauffeur. N'ayant aucune réponse, mon frère se mit à marcher vite vers un autre endroit. Je le suivais comme je pouvais mais il allait vite. Sans m'avoir indiquer où nous allions, je le suivais sans me plaindre. L'étreinte de nos mains se fit plus fort, me faisant mal cette fois. A quoi pensait-il ? Que savait-il que je ne savais pas ? Entre l'humeur de tout à l'heure et maintenant, c'est comme si j'avais eu à faire à deux Kazuki différents. J'en étais presque déprimé.

Je lâchais alors cette main si importante à mes yeux et restait immobile dans la rue que nous avions empruntée. Fâché, Kazuki se retourna vivement vers moi. Je le regardais dans les yeux, je ressentais le besoin de savoir ce qu'il se passait : "C'est quoi ce bordel à la fin, on va où là ? Tu pourrais au moins me le dire, tu me stresses à rester silencieux !". Fronçant méchamment les sourcils, mon frère se mit à me crier dessus. C'est vrai que je venais d'agir comme un gamin... Mais du coup, il m'avoua ne rien savoir sur la situation, de quoi commencer à bien me stresser.

Pourtant, je ne sentais pas d'aura particulièrement mauvaise dans le coin. Les sens de Kazuki devaient vraiment être au dessus des miens, digne du chef de la mafia, pas comme moi. Je baissais les yeux et retournait vers mon frère sans faire de nouveau scandal. J'arrivais à sa hauteur quand soudain je fus pris d'un vertige. Mon aîné me rattrapa, inquiet. C'était vraiment trop bizarre, un bourdonnement résonnait dans ma tête. Au début, rien de bien gênant, mais sur la durée, ça devenait agaçant. Je me tenais là tête tellement ça faisait mal. Kazuki paniquait, il me serrait dans ses bras. Bordel, j'aurai voulu profiter de cette proximité entre lui et moi. Il est si beau...

Un nouveau cri d'horreur résonna et mon bordonnement quitta enfin ma tête. Mon frère s'empressa alors de nous emmener vers sa voiture. Malheureusement pour nous, les pneus ont été crevés et la carosserie avait été repeinte de sang bien frais. Pourtant, il n'y avait pas de cadavres... Même si mon frère et moi baignons depuis longtemps dans le domaine de la mafia, cette atmosphère me tuait à petit feu tant le stresse perdurait. Ca allait bientôt finir cette connerie ? "Kazuki, il doit y avoir un vampire qui fait sa crise d'adolescence" essayais-je de rire. Un rire sadique résonna, me glaçant le sang. Kazuki leva la tête vers le haut d'un bâtiment. Voyait-il quelque chose ? Cet affreux bourdonnement reprit, j'accrochais la manche de mon frère en me tordant légèrement.




Revenir en haut Aller en bas

Messages : 259

avatar
Lilith
MessageSujet: Re: Une heure de plus à vivre, stay calm...   Mer 24 Sep - 10:16



Une heure de plus à vivre


Un vampire en pleine crise d'adolescence ? Non, cela serait beaucoup trop simple. Vous sous estimez la force de Lilith pauvres idiots. Certes, il y avait un vampire dans l'histoire, mais pas seulement. Lilith n'est-elle pas liée à l'enfer ? Dans la brume non loin de vous se dessine une forme humaine, du moins, un vampire homme qui vient tout juste de lâcher un petit rire. Ah ! Un bon tartare d'humains que demander de plus. Le plus inquiétant n'est pas réellement le vampire mais plutôt ce qu'il retient avec bien du mal. Tenant avec du mal un Hellhounds (chien noir aux yeux rouge sang, d'environ 1m40 au garrot), le vampire est prêt à le lâcher sur vous. Connaissez vous ce que l'on raconte sur ces créatures déjà mortes ? Elles sont là pour voler les âmes des vivants pour les entrainer en enfer. Si Kazuki ne risque pas grand chose, la vie d'Asami semble remit en cause. Sauvez vous pauvre fou, si vous tenez à la vie d'Asami, car dans un long rire terrifiant, le vampire lâcha le gros chien qui partit en courant vers vous prêt à tuer et prendre l'âme de sa proie.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://calix-sanguinis.forumactif.org
Invité

Invité
MessageSujet: Re: Une heure de plus à vivre, stay calm...   Ven 10 Oct - 21:10


Une heure de plus à vivre, stay calm...
 Est-ce que c'est un rêve ?


Je lui avais crié dessus... C'était bien le moment de s'énerver tien... Je devais me calmer et rapidement. C'était bien la première fois que je ressentais un tel stress, alors que j'étais un Krsnick, je n'avais pratiquement rien à craindre du danger. J'ai surement peur pour mon frère que je venais à peine de retrouver après toutes ses années. Pourquoi ce merdier arrivait-il maintenant bordel ?!! Je le regarda un instant, puis soudainement il partit vers l'arrière, je le rattrapa rapidement pour le serrer contre moi, il venait tout juste d'avoir un vertige..." Asami ?! ". Mon frère se tenait la tête, il devait entendre quelque chose... Mais quoi je n'en savais rien, je lui caressais les cheveux doucement, réfléchissant, pour comprendre ce qu'il se passait. Je voyais au loin ma voiture qui était recouverte de sang... Bon déjà on était pris pour cible ça c'était clair, Asami pensait que c'était un vampire qui faisait sa crise... Si seulement ça pouvait être ça. C'est Alors qu'un rire résonna dans toute la rue, cela me glaça le sang. Asami s'accrocha à moi encore une fois, dans son état on ne pouvait pas vraiment s'échapper..

Mais soudainement un vampire apparu dans une brume légèrement plus loin, je fronçais les sourcils, car il y avait une autre ombre... Cela ressemblait à un chien, un gros chien, un très gros chien en faite ! C'était quoi ce monstre ?! Il était complètement noir et des rouges sangs qui brillaient dans la nuit... Je n'en croyais pas mes yeux, il venait tout droit de l'enfer ! C'était bel est bien un Hellhounds qui se dressait devant nous ! Asami ne pouvait pas courir ..." Asami, ce chien est dangereux pour toi, va te mettre à l'abri je vais essayer de le ralentir ! ". Je le serra une dernière fois contre moi et le lâcha m'avançant vers le chien qui était à présent lâcher, bien évidemment il s'en prit à moi, il bondissa sur moi, je me protégeais avec l'avant de mon bras, ce dernier était pris alors dans la gueule de la bête, ça faisait mal, mais je devais sauver mon frère. Alors je souleva la créature et d'un coup brusque et je l'envoya contre le sol tellement fort que le béton ce brisa. Le sang gicla, mais pas que celui du chien, le mien aussi, il m'avait arraché de la chaire, mais grâce à mon pouvoir de Krsnik, tout cicatrisa assez rapidement... la bête repartit vers son maître. Mais Asami était encore là, je voyais la peur dans ses yeux, qui devait lui paralysé le corps " Asami !! Va t'en !! ". le disais-je en Russe. Je me retourna vers les deux créature, mais le vampire me mis un coup, je finissais contre le mur assez violemment que je cracha du sang... J'étais sonné, ma vue était légèrement floue, mais je vis le chien courir vers mon frère, je tendis le bras en sa direction et hurla son prénom.

Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité
MessageSujet: Re: Une heure de plus à vivre, stay calm...   Mer 15 Oct - 18:41






Une heure de plus à vivre, stay calm...
Brother, I'll make you mine, you see?


J'étais toujours aussi bizarre, je me sentais mal. Ma tête me rendait fou. Ce son ignoble résonnait. Kazuki me tenait dans ses bras, il ne me lâchait pas. Il me serrait fort contre lui. Aah, ce mal de tête avait du bon ! Mais il nous fallait fuir. Il y avait ce crétin de vampire là qui nous gâchait nos retrouvailles. Si seulement j'étais en état, je l'aurai tué !! Je n'avais aucune force physique, je tenais à peine debout... Il fallait que je protège Kazuki, je ne voulais pas le perdre une fois encore.

Puis, en relevant la tête, entendant mon frère jurer, je vis que le vampire était accompagné d'un gros chien. Un molosse contre lequel j'aurai bien peur de perdre un bras. Kazuki grognait autant que la bête. Il m'expliqua que cette dernière était dangereuse pour moi. "Pour moi, seulement?" avais-je pensé. "Pour toi aussi, idiot...". Me donnant l'ordre de me mettre à l'abri, il conclut en prétextant qu'il allait le retenir. Non, je ne voulais pas le perdre. Je me battrai avec lui. J'allais parler mais mon frère me serra encore une fois, fort contre lui. J'avais peur, pour la première fois de ma vie, j'avais peur comme un môme seul dans le noir.

Cette étreinte sonnait comme un adieu, surtout lorsqu'il me lâcha et partit vers le chien. Ce connard de vampire venait de lâcher sa sale bête. Je m'apprêtais à courir vers Kazuki mais cette fois, c'étaient mes jambes qui me faisaient un mal de chien. Ha ha, quelle ironie cette expression. Mon coeur manqua de s'arrêter quand je vis le chien se jeter sur l'amour de ma vie. Mais quelque chose m'interpella en voyant Kazuki soulever la bête. Depuis quand était-il si fort ? Enfin... Ce n'était pas humain ! Je sais que nous, russes, étions plus fort physiquement que les autres races, mais là tout de même... Il venait de péter le sol, bon dieu !

C'est en voyant la plaie de mon frère adoré que je compris ; lui aussi était devenu un membre de la nuit... J'étais paralysé, tant bien par ma stupeur face à cette révélation que par ce qui se déroulait sous mes yeux. Mes jambes ne m'obéissaient pas. J'avais envie de pleurer tellement je devenais fou. Le molosse retourna vers son maître en couinant. J'étais le seul humain là. C'était sûr, j'allais crever. Pour la première fois de ma vie, je me rendais compte de la valeur de la vie. J'entendais mon frère me hurler de partir mais je n'y arrivais pas. C'est seulement quand Kazuki commença à se faire tabasser par l'autre enfoiré que la force de bouger me revînt.

Je partais vers lui, ne pensant plus qu'à le protéger. Mes jambes avaient du mal à retrouver leur force alors je n'eus le temps de ne faire que quelques pas. Je ne voyais plus que mon frère. Je voulais retourner près de lui. Ma voix ne sortait pas mais dans mon coeur j'hurlais son nom. Mon frère... Il tendit la main vers moi et hurla mon nom. La seconde d'après, je sentis des crocs transpercer ma peau. Le molosse était revenu à la charge sans que je m'en rende compte. Sans prévenir, le chien m'embrocha, plantant ses dents pointues dans mon buste. J'entendis mes os se briser. J'hurlais ma douleur. Presque toutes mes côtes avaient pété. J'étais encore dans sa gueule. Cet enflure me lança comme un vulgaire jouet. En relevant la tête, je me suis mis à cracher du sang. Malheureusement, je croisais les iris bleus larmoyants de Kazuki. Aah, vraiment, il était magnifique... Je sentais que bientôt je tombais dans les vapes. Ma vision se brouillait :

"Kazuki, je t----"

Je venais de perdre connaissance. Me parvient juste un hurlement... Aah, Kazuki...





"Il n'y a aucune différence entre cette vie et la suivante... Puisque nous sommes nés de la précédente."

Revenir en haut Aller en bas

Messages : 259

avatar
Lilith
MessageSujet: Re: Une heure de plus à vivre, stay calm...   Dim 2 Nov - 23:35



Une heure de plus à vivre


Des créatures si fragiles et inutiles, il faut l'avouer. Voilà une scène si peu amusante à voir, même totalement ennuyante. Arf ! De l'amour et des larmes. Un peu plus et Lilith serait bien venu elle-même pour mettre fin au jour du plus jeune frère. Cependant, dans son esprit diabolique une idée vient de germer et elle met sur leur chemin un level 3. Cela serait tellement amusant de profiter de cette future mort évidente pour faire transformer Asami en vampire. Certes, il n'allait pas forcément survivre, cela allait être très douloureux et horrible. Mais si Kazuki veut voir son frère sans sortir sans trop de mal, il faudrait mieux laisser le level 3 s'approcher et le laisser faire. Enfin ... Comme ci il avait le choix ? Vu que désormais le beau Hellhounds semble le prendre pour cible pour l'affaiblir un bon moment et surtout l'occuper le temps que le level 3 puisse transformer Asami. Que faire ? Prendre le risque de le force en tant que Krsnik sans faire attention au Hellhounds ou laisser son frère changer à jamais ?

A savoir ; Que les stats en Force de Kazuki vont diminuer s'il ne s'occupe pas du Hellhounds en défendant son frère. S'il aide son frère il peut gagner quelque chose en plus. Néanmoins, Asami risque des séquelles à vie car notre belle Lilith quoiqu'il arrive ne va pas le laisser mourir. Asami quant à lui, en devenant un vampire sera un tout nouveau Level 1. A vous de faire votre choix.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://calix-sanguinis.forumactif.org
Invité

Invité
MessageSujet: Re: Une heure de plus à vivre, stay calm...   Lun 15 Déc - 20:36


Une heure de plus à vivre, stay calm...
 Est-ce que c'est un rêve ?


Je voyais mon frère dans la gueule du Hellhound, mes mains tremblaient, je voulais que ce soit un cauchemar, je voulais être réveiller, mais c'était bel est bien la réalité de ce monde. J'entendais le corps de mon frère ce brisés. En tant que mafieux, cela ne devait rien me faire, mais là il s'agissait de mon petit frère que je venais de retrouver ! Je me releva tant bien que mal... Ce vampire était puissant, surement un lvl3... Je cracha un peu de mon sang, il ne m'avait pas loupé cet enfoiré ! D'ailleurs ce dernier s'approchait du corps de mon frère, je ne savais pas s'il était vivant ou mort... Mais son sang coulait énormément, cela avait commencé à faire une flaque de sang... Non je ne veux pas qu'il meurt ! Pas lui ! " Asami je t'interdis de mourir !! Tu m'entends ! ". Mais avec ce qu'il lui était arriver il y avait si peu de chance qu'il s'en sorte à 100%, je regarda un instant le vampire s'approcher de mon frère, je n'ais donc pas le choix... Le chien revenait vers moi, je porta un dernier regard à mon frère, je n'avais pas d'autre solution pour le sauver, il va devoir endurer une horrible souffrance et devenir un vampire. Je fais ce choix pour te revoir sourire de nouveau.. Asami, survit... Tu es un Rlymanovchka, un vrai, tu es fort. Je m'occupa du Hellhound, cette bête était plus que coriace ! Elle me mordit à plusieurs reprise, mais je pris sa tête dans mes mains et la renversa au sol, j'esseyais de lui briser les os, de le tuer comme je le pouvait avec ma force de krsnik, pendant que l'autre vampire s'occupait de mon frère

Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Une heure de plus à vivre, stay calm...   

Revenir en haut Aller en bas
 
Une heure de plus à vivre, stay calm...
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Calix Sanguinis :: Hors jeu † :: Cemetery :: Calix Version 1-
Sauter vers: